Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2007

ISRAELIS, GO HOME !

71d51f467e29a2cbd0b02aef57b238db.jpgA l’heure actuelle, il y aurait - chiffres gouvernementaux - environ 700 000 Israéliens ayant fait le choix de quitter leur pays natal pour des cieux plus cléments: 60% d’entre eux vivent aux USA, 25% en Europe, et le reste à travers le monde.

Ces « déserteurs », assez ingrats pour abandonner le navire en péril, ont longtemps été traités par le mépris et désignés sous le terme péjoratif de yordim. Mais voilà que les temps changent. Dans un contexte démographique qui se dégrade, tous les apports possibles et imaginables sont désormais requis et les officiels ont cessé de faire la fine bouche devant les yordim.

Bien au contraire. Une grande offensive de charme vient d’être lancée par le ministère de l’Immigration (Immigrant Absorption Ministry) pour inciter les expatriés à rentrer au bercail. Elle s’intitule Bring Israelis Back Home. « Nous voulons faire passer le message que nous ne sommes plus écoeurés par le fait qu’ils ont décidé de partir, que nous comprenons pourquoi ils l’ont fait, et que nous souhaitons juste qu’ils reviennent » a déclaré le porte-parole du ministre. C'est qu'il s’agit d’une population jeune, entreprenante, d'un bon niveau général, dont 70% a entre 20 et 44 ans, et dont l’absence se fait cruellement sentir de multiples façons.

Pour les décider à rentrer, la fibre patriotique a bien sûr été titillée, car Israël fêtera son 60e anniversaire l’an prochain – je suppose que nous aurons l’occasion d’en reparler – mais pas seulement. Des avantages plus matériels et des incitations plus directes ont été prévus, et des crédits débloqués en conséquence. Comme le souci premier de ces ex-expatriés potentiels est de retrouver le même niveau de vie, des efforts ont été consentis dans ce sens, s’agissant des assurances médicales, d' emplois équivalents, de l’éducation des enfants.
De grandes entreprises israéliennes ont joué le jeu, débloquant un certain nombre de postes pouvant leur convenir. Une agence de placement style Manpower a même été installée pour s’occuper des problèmes spécifiques. Pour bénéficier des mesures incitatives mises en place, il faudra cependant avoir séjourné à l’étranger pendant au moins deux ans. Il paraît que 4 000 Israéliens sont d’ores et déjà rentrés cette année.

Faire revenir les yordim c’est bien, mais faire en sorte que les jeunes Israéliens restent au pays et ne soient pas tentés de partir eux aussi, c'est mieux. C’est à cela que va s’attaquer en parallèle le gouvernement. Qui a pris conscience que ces départs entraînaient des risques autrement plus grands qu’un manque à gagner économique ou des capacités perdues. C’est l’identité juive qui est en péril.

Une  étude inquiétante vient en effet de révéler que les enfants des yordim étaient en grand danger de perdre leur identité juive et israélienne. Car, vivant à l’étranger, ils avaient une fâcheuse tendance à s’assimiler. Terrifiant, isn’it ? Figurez-vous qu’un quart des jeunes Israéliens vivant en Europe font des mariages mixtes – quelle horreur – et que 60% d’entre eux n’appartiennent plus à aucune communauté juive et ne participent plus à des activités juives. Vous voyez d’ici le danger. Ils ne suivent même plus l’exemple de leurs parents qui, eux, tiennent malgré tout à conserver leurs racines.

Pour pallier ce danger, le ministère israélien de l’Education nationale a notamment prévu des cours renforcés d’hébreu à l’intention des enfants des yordim qui rentreront. Cours qui constituent dans son esprit une incitation supplémentaire au retour.

source:  www.jpost.com  

14:45 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : licra, anne, kling, yordim, israel

Commentaires

A Yaveh ne plaise que ces Israéliens expatriés suivent le funeste exemple des gentils qui, exécutant les ordres comminatoiores de la diaspora mondialiste, se marient de plus en plus avec des allochtones !... Il y a décidément Juif et Juif, ce que chacun sait, mais qu'il convient de rappeler de temps à autre ! Il importe au plus haut point d'amener ces brebis égarées à accomplir leur alyah et à s'abstenir dorénavant de faire ce qui nous est de plus en plus imposé, à nous autres Goyim, Goyim, infidèles, fromages, céfrans, faces de craie et autres nouveaux Indiens d'Amérique.

Écrit par : Martial | 11/12/2007

Les commentaires sont fermés.