Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2007

IL Y A 90 ANS, ON PROMETTAIT (DEJA) DES LENDEMAINS RADIEUX… (25)

Tous les hommes, ou femmes, dont il est question ici, quel que soit le poste occupé, ont été complices du régime qu’ils ont créé et servi. Les malheurs qui ont pu leur arriver suite à la prise de pouvoir de Staline furent occasionnés, non par une dénonciation des crimes du régime survenus DES LE DEBUT, mais uniquement par des luttes intestines de pouvoir.

IAKOV IAKOVLEV

Le petit préambule ci-dessus s’applique particulièrement à ce personnage dont le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est tombé dans les oubliettes de l’histoire. C’est dommage, car son grand titre de gloire aura pourtant d’avoir été commissaire du peuple à l’agriculture pendant l’Holodomor, la terrible famine orchestrée par le pouvoir bolchevique en 1932-33, qui fit au bas mot six millions de morts.

Il existe fort peu de données le concernant, du moins dans une langue intelligible pour moi. Encore moins de portrait. Le seul que j’aie trouvé est en fait une caricature publiée dans un livre qui vient de sortir, Dessine-moi un bolchevikLes caricaturistes du Kremlin, 1923-1937, qui a été traduit du russe. On y voit une sorte de rat moustachu et mal rasé assez peu ragoûtant. Mais, je le rappelle, c’est une caricature faite par un de ses collègues bien-aimés en 1923.

Il avait alors 27 ans car il était né en 1896, et travaillait à ce moment-là au Département pour l’agitation et la propagande du comité central. Il était entré au parti bolchevique en 1913 et s’était en quelque sorte spécialisé dans la propagande puisqu’en 1918, il sera envoyé en Ukraine pour y œuvrer dans ce secteur. Dans les années 20, il sera notamment rédacteur en chef de la Krest’janskaya Pravda (La Vérité Paysanne), qui titrait alors à plus d’un million d’exemplaires.

Fervent stalinien, c’est sans doute sa « connaissance » du monde paysan qui conduira Staline à le nommer commissaire du peuple à l’agriculture en 1929. Il le restera jusqu'en 1934. En février1930 commença la « dékoulakisation », c’est-à-dire la déportation et la répression de masse contre les centaines de milliers de paysans suffisamment aisés pour avoir de quoi manger et/ou mécontents de la politique bolchevique. Les sbires de la Guépéou feront régner la terreur dans les campagnes. Tout cela donnera tellement de travail à Iakovlev qu’il sera obligé d’envoyer son adjoint afin de le représenter en juin 1930, au 16e congrès du Parti.

Cet adjoint - qui le restera en 1929 et 1930 - n’est pas n’importe qui. Il s’agit du « nain sanguinaire » Nikolai Yezhov, qui finira chef du NKVD. Et qui retrouvera d’ailleurs Iakovlev à cette occasion, nous le verrons. Représentant donc son supérieur lors de ce congrès, il en profitera pour se répandre en articles pompeux sur la collectivisation, l’éducation des masses, leur mobilisation, etc. Amusant, lorsque l’on sait qu’il avait péniblement fini l’école primaire et qu’il avait été apprenti tailleur dans sa vie pré-bolchevique.

2ce04ba033466dcab68f6e418e76f9dc.jpg

C’est donc Iakov Iakovlev qui sera de par ses fonctions responsable de l’exécution de cette politique décidée à Moscou, qui consistait en fait à liquider toute une partie de la population. La loi du 7 juillet 1932 prévoira même la peine de mort pour « toute escroquerie au préjudice d'un kolkhoze », qui commençait par le simple vol d’un épi de blé.

Cette « politique » culminera avec l’horreur de l'Holodomor, en Ukraine principalement. Nous en avons déjà parlé.

Je lis ça et là que Iakovlev occupera ensuite - forcément après 1934 - des fonctions importantes dans l’appareil de contrôle de l’Etat et du Parti. Lesquelles ? Je l’ignore. De toute manière, cela ne l’empêchera pas d’être emporté, comme bon nombre de ses collègues, dans les grandes purges de 1937. Il est arrêté cette année-là mais ne passera devant le peloton d’exécution qu’en juillet 1938.

Et devinez qui donnera l’ordre de tirer ? Le nain sanguinaire lui-même, son ancien adjoint. Qui ne tardera d’ailleurs pas à le suivre. La seule morale que l’on puisse tirer de cette horrible histoire.

Commentaires

Il y a eu quand meme un certain sentiment de culpabilite chez Yezhov lorsqu'il donnait la commande de tuer son bel ami Iakovlev. Selon un collegue de Yezhov, Israel Dagin (Chef du 1er Department de Glavnoe Upravlenie Gosudarstvennoi Bezopasnosti [Departement de Protection d'Etat, une institution sous auspition de NKVD]) juste avant d'etre fusille, Iakovlev tourna la tete a Yezhov et dit "Nikolai Ivanovich! Je vois dans tes yeux que ca te fait du mal de le faire.". Yezhov n'a point repondu mais Dagin remarqua une grande frustration sur son visage quand il donna la commande de tirer.

Écrit par : mj | 08/12/2007

J'aurais voulu poster ce message dans texte consacré à Soljénitsyne mais étant donné que vous évoquez briévement par l'holodomor j'en profite pour signaler ce que vous appellerez certainement la "face sombre" de l'écrivain décédé il y a quelque mois. J'ai trouvé cette vidéo posté par la chaine RussiaToday où Alexandre Soljénitsyne est cité comme ayant dit : >

Voilà la video : http://www.youtube.com/watch?v=PxGwjX19DUs

Et un article où Soljénitsyne fustige l'occident qui selon lui ne comprend pas l'histoire russe et avale n'importe quoi http://www.boston.com/bostonglobe/editorial_opinion/oped/articles/2008/04/05/ukrainian_famine_not_a_genocide/

Plus d'informations ici http://www.russiatoday.com/features/news/33627

Écrit par : Roger (pseudonyme) | 04/02/2009

En effet, Soljénitsyne dévoile là son chauvinisme, voire son impérialisme russe. Il est toujours pénible, voire impossible pour le citoyen loyal d'une grande nation de reconnaître que celle-ci s'est fort mal conduite. Voyez les Turcs avec les Arméniens. Voyez surtout la France avec l'Europe entière, pillée et saignée à blanc par un illustre sabreur dont les cendres reposent aux Invalides et qui doit avoir au moins 3.451 places et rues à son nom en Corse...

Comment dit-on, en russe, en turc et en Français :

"Right or wrong, MY country !" ?

Écrit par : Martial | 04/02/2009

Les commentaires sont fermés.