Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2007

CES ANCETRES QUI DONNENT DES CAUCHEMARS ....

Dans un magazine féminin de décembre qui vient de paraître, j’ai trouvé un article intitulé Mes ancêtres et moi ! sous-titré : Du vécu de nos aïeux, on hérite du meilleur comme du pire ! Profitons des réunions familiales pour renouer avec nos racines et éclairer le présent. Pourquoi pas, après tout ? Cet article était illustré par deux témoignages, dont l’un, qui m’a fait sursauter, est le suivant :

« Marie-Laure, 55 ans

Quand j’ai eu 7 ans, j’ai commencé à faire des cauchemars et à souffrir d’asthme. Sur les conseils d’une amie psy, ma mère a cherché à savoir si cela avait un rapport avec notre histoire familiale. C’est ainsi qu’elle a découvert que son grand-père avait une sœur. Elle s’appelait Sarah. Elle est morte à 7 ans, gazée à Auschwitz. Personne n’en avait jamais parlé. Ma mère a retracé la vie de sa tante et m’a ensuite raconté toute son histoire. Chose incroyable : mes cauchemars ont disparu de suite et mes crises d’asthme ont cessé en quelques mois ».

Je suis désolée de dire que cette tragique histoire ne tient pas debout et j’attends de pied ferme qu’on me démontre le contraire. Cette dame ayant 55 ans aujourd’hui est donc née en 1952. On peut raisonnablement penser que sa mère est née au plus tôt en 1934 (elle aurait alors eu 18 ans à la naissance de sa fille), mais plus vraisemblablement vers 1930, ou même avant.

La petite fille gazée à 7 ans à Auschwitz devait être née, elle, au plus tard en 1938 et au plus tôt vers 1933.

La mère est donc vraisemblablement née avant cette petite fille qui est censée avoir été sa tante ou sa grand-tante, on ne sait pas très bien car le texte se contredit sur la question. Comment le grand-père/père aurait-il dans ces conditions pu avoir une sœur dont elle n’aurait jamais entendu parler ?

Vous allez me dire que je pinaille ? Peut-être, mais dans ce domaine douloureux, il n’y a pas de place pour l’à-peu-près.

Ceci dit, ça n’a pas vraiment d’importance car le message était ailleurs, et il est passé, c’est l’essentiel.

Commentaires

Dans certains magazines, on trouve fréquemment des pages de tests, et vous venez d'échouer à celui-là. Ce test visait justement à tester vos capacités d'empathie avec le peuple élu, et la douleur aurait dû vous empêcher de raisonner. Si je dis "Auschwitz", vous ne devez pas vous mettre à compter, mais ressentir de la douleur. Indécrottable !

Écrit par : Hervé (pas Ryssen, un autre lol) | 08/11/2007

Curieux, cette propension à geindre sans cesse, à hurler au pogrom à la moindre occasion, à se présenter en victime universelle... On en a eu une nouvelle démonstration hier soir sur Rance 3, avec l'émission "Comme un Juif en France"... C'est-à-dire - on l'aura compris - comme un malheureux, un proscrit en butte à toutes les exclusions, toutes les avanies, toutes les menaces, toutes les agressions de ce pays maladivement et chroniquement antisémite. Curieux également : pas un mot sur les Juifs influents, omniprésents, omnipotents qui abondent dans notre pays, qu'ils fassent dans la politique, l'odieux visuel ou le chaud bise. Et pourtant........

Écrit par : Martial | 08/11/2007

C'était une soeur "symbolique" bien évidemment..

Écrit par : HerbeDeProvence | 13/11/2007

Les commentaires sont fermés.