Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2007

IL Y A 90 ANS, ON PROMETTAIT (DEJA) DES LENDEMAINS RADIEUX… (7)

Tous les hommes, ou femmes, dont il est question ici, quel que soit le poste occupé, ont été complices du régime qu’ils ont créé et servi. Les malheurs qui ont pu leur arriver suite à la prise de pouvoir de Staline furent occasionnés, non par une dénonciation des crimes du régime survenus DES LE DEBUT, mais uniquement par des luttes intestines de pouvoir.

GRIGORY GIRSH YANKELEVICH BRILLIANT dit SOKOLNIKOV

d3bbdba0f916b76a3bccd15638308a44.jpgIl naît dans une famille juive d’Ukraine en 1888 et rejoint les bolcheviques dès 1905, à l’âge de 17 ans. Il partira ensuite pour la France et fera ses études à la Sorbonne dont il sortira diplômé en droit et en économie. Ce qui m’amène à faire la même réflexion que précédemment, pour Ouritsky. Même juif, dans l’empire tsariste, on pouvait donc voyager et apparemment avoir les moyens de faire ses études à l’étranger. Etonnant pour un pays aussi furieusement antisémite…

Bref, il rentre en Russie avec Lénine en 1917, dans le fameux train qui amènera tous les bacilles de la peste à pied d’œuvre. Il est élu membre du Comité central du Parti, puis du Politburo dès sa création.

Preuve de son importance au sein de l’appareil révolutionnaire, c’est lui qui signe pour la toute nouvelle république bolchevique le traité de Brest-Litovsk, mettant fin à la guerre contre l’Allemagne, en mars1918.

A partir de la mi-1918, on le retrouve dans plusieurs conseils militaires révolutionnaires de divers régiments de l’Armée rouge, où il sera distingué par Trotsky. Il partira ensuite en mission au Turkestan, vaste région d’Asie centrale où il est chargé d’installer durablement le nouveau pouvoir. De fait, le Turkestan ne tardera pas à devenir l’une des républiques d’URSS.

De retour à Moscou en 1921, Lénine lui confie le poste sensible s’il en est, de commissaire du peuple aux finances, qu’il occupera jusqu’en 1926. C’est lui qui sera chargé de la difficile restructuration des systèmes financier, fiscal, etc, dans le contexte de la NEP, nouvelle politique économique décidée par le pouvoir. Il pourra donc utilement se servir de ses diplômes acquis à la Sorbonne. C’était déjà lui d’ailleurs, qui dès la révolution d’octobre, avait dirigé la nationalisation des banques.

En 1918, il avait écrit dans la Pravda un article intitulé Mauvaises finances, bonne révolution, dans lequel il soutenait que l’ordre ancien devait être balayé et que le chaos financier aiderait à cimenter la révolution. A présent, victorieux, il ne tarde pas à se rendre compte que de mauvaises finances font en réalité une bien mauvaise révolution.

C’est une fuite en avant qui commence, les bolcheviques imprimant pour donner le change des tonnes de roubles à tour de bras. En 1922, Sokolnikov informe le 10e Congrès des soviets que l’Etat n’a quasiment aucun revenu et que 98% de ce qui est dépensé a été imprimé en monnaie « fictive », sans aucune contrepartie économique.

Après la mort de Lénine, il est entraîné comme les autres dans de sombres luttes de pouvoir. Staline s’empressera de l’éloigner et lui confiera à cet effet la fonction d’ambassadeur des soviets à Londres, en 1929. Il sera ensuite rappelé au pays et, son étoile définitivement pâlie, fera partie de la charrette du 2e procès de Moscou, en 1937. Accusé de conspiration contre Staline, il est condamné à 10 ans d’emprisonnement.

Mais il ne les fera pas car il est assassiné par le NKVD dans sa prison, en mai 1939.

Commentaires

Soyons sérieux 5 minutes...

Croyez vous vraiment qu'un peuple de miséreux, de pouilleux et de crève la faim méprisé et pogromisé par tout le monde aurait les moyens de prendre le pouvoir sur un empire aussi immense que la Russie Tsariste?

Si c'était le cas, je vous prie de croire que les gitans, les tziganes, les romanichels peu importe comment on les appelle, se seraient emparés depuis longtemps du pouvoir...

(.......................)

Sachez que ces milliers de bolchéviques qui se sont consacrés entièrement à leur idéal révolutionnaire, n'avaient pas à se soucier de gagner leur vie: ils avaient de l'argent
(.........................................)
Staline a été en contact permanent avec des banquiers juifs de Wall Street durant la seconde guerre mondiale, à qui il avait promis de céder la Crimée à la fin de la guerre, pour en faire un foyer national juif que réclamaient tant les sionistes (Crimée, ancienne partie de la Khazarie d'ailleurs, bien plus logique pour des ashkénazes que la Palestine).

Disons-le carrément: le système soviétique n'a été qu'un laboratoire du totalitarisme, en même temps qu'à l'ouest, un autre test grandeur nature était mis en place avec le libéralisme.

Le système soviétique s'est révélé in fine moins efficace, mais croyez bien que les leçons n'ont pas été perdues.

En fait, il semble que le mondialisme, qui est une mutation du libéralisme aux relents de plus en plus forts de totalitarisme soviet, finisse par combiner les méthodes les plus efficaces des deux systèmes.

Vous parliez hier des organisations mondialistes financées par la haute finance apatride, et qui regroupent "l'élite" autoproclamée de tous les pays, et qui donc est à même de pousser ses pions et faire avancer son agenda politique...

Ces organisations sont la version moderne des organisations clandestines bolchéviques prérévolutionnaires d'il y a 100 ans.

Ne croyez pas que nous soyons dans un système moins totalitaire ici qu'on ne l'était à l'Est.

Primo, les assassinats politiques s'ils sont moins fréquents (c'est gênant car ça attire trop l'attention) sont ici maquillés en suicide, ou alors en meurtre fortuit (tir ami en Irak, visant des journalistes ou témoins gênants, balle perdue, agression qui tourne mal, overdose, "cancer"...). A l'élimination physique, notre système préfère l'élimination sociale: on vous empêche de travailler, on vous rend infréquentable. Vous et un certain nombre d'intellectuels non politiquement corrects en savez quelque chose.

Au lieu d'interdire de parole, on vous laisse parler dans le vide: il suffit de ne jamais relayer les idées adverses, de ne jamais en parler ou alors toujours en mal, et le tour est joué. Vous n'avez de ce fait aucune chance d'élargir votre audience.

Des tas de méthodes d'engineering social et de marketing politique ont été développées aux USA, mais tout reste néanmoins basé sur la tactique politique romaine qui avait tout inventé à l'époque: confort minimum et divertissement, diviser pour régner etc.

Mais surtout, surtout ce qui avantage les oligarques, c'est qu'ils sont à la base du système monétaire et financier. Ils ont donc un accès illimité aux crédits, tandis que nous devons nous battre pour réunir des crédits, en plus de gagner nos vies. De ce point de vue nous avons plusieurs trains de retard et c'est notre plus gros désavantage...

(........................................)

Mais leur "intelligence supérieure" ne les met pas à l'abri de grossières erreurs d'appréciation: depuis qu'ils ont le pouvoir aux USA, les néocons n'ont fait que prouver qu'ils sont des idiots et des incompétents, qui se cassent les dents sur de pauvres guerrilleros faiblement armés mais surmotivés.

C'est une erreur de croire que les musulmans qui se battent actuellement contre la dictature mondialiste sont des fanatiques religieux: les irakiens sont au moins autant nationalistes que croyants. Du reste c'est normal au sein d'une guerre sans merci, de se rapprocher de sa religion. N'importe quel chrétien peut le comprendre, quand il sait qu'il peut perdre la vie à tout instant. De même au Liban et en Palestine, les combattants du Hezbollah et du Hamas sont autant motivés par le nationalisme que par la religion. En fin de compte, l'alliance de ces deux convictions semble donner une force inébranlable à ces pauvres gens qui luttent contre un adversaire démesurément plus puissant.

Notez bien cette alliance du nationalisme et de la religion: ce sont les deux forces que le mondialisme cherche à tuer. Donc ce qui se joue au Proche et Moyen Orient concerne tous les nationalistes, y compris les chrétiens d'Europe. A ce titre, ces musulmans sont comme un rempart face au mondialisme, et leur victoire serait aussi celle de tous les peuples.

Il faut cesser d'avaler le mensonge comme quoi l'intérêt de nos dirigeants est notre intérêt: ils sont nommés et servent les puissances mondialistes. Cela n'a rien à voir avec notre intérêt. Donc nous ne devrions pas nous sentir solidaires de ces armées qui appliquent au moyen orient une politique qui en réalité nous est hostile à nous aussi.

Ce qui se passe au proche et moyen orient est déterminant pour le monde, pour nous tous: si la volonté d'indépendance et de souveraineté de ces peuples triomphe, alors ce sera tout l'agenda mondialiste qui sera remis en cause.

Et si en amérique du sud, la cause d'un Chavez ou d'un Morales progresse, alors on saura que définitivement le mondialisme n'est pas une fatalité. Là encore on retrouve cette alliance du nationalisme, et de la religion.

Les actions de la Chine et de la Russie seront aussi déterminantes à l'avenir pour voir quel camp va gagner: le multilatéralisme des nations souveraines et des peuples, ce qui serait la vraie démocratie, ou alors l'unilatéralisme de ce mondialisme impérialiste et totalitaire...

Ce qui se passe actuellement en Europe et aux USA fait d'ailleurs froid dans le dos: on donne des leçons de démocratie aux russes, mais ici la démocratie ne cesse de reculer... Et avec les moyens technologiques incroyables dont on dispose aujourd'hui, jamais la surveillance du peuple n'a été aussi facile!

Vous imaginez ce que des gens à la mentalité de commissaire politique stalinien pourraient faire avec tout ces moyens technologiques?

Et bien on y est: les néocons sont comme par hasard tous d'anciens trotskystes, ce qui prouve bien que ce mouvement n'est en fait qu'un paravent faussement "de gauche" aux idées totalitaires et pro-israéliennes les plus extrémistes.

Écrit par : roman | 01/11/2007

ENTIÈREMENT D'ACCORD AVEC ROMAN : quoi qu'on en pense (et on ne se gêne pas pour en penser le pire), l'islamisme est le dernier rempart contre le mondialisme maçonnique, à cause de la démission de l'Eglise conciliaire (ex-catholique romaine). Bien sûr, c'est une honte pour l'Occident, qui avait toujors été chrétien et qui n'a jamais été musulman, mais ce doit être aussi l'origine du réveil du christianisme, qui est depuis deux mille ans l'ultime rempart contre tout totalitarisme politque ou "religieux". C'est à cet unique prix que l'ex-Chrétienté se sauvera. L'ennui est que pour l'instant, ce qui fut la Chrétienté est à des années-lumière de cette option. Même que certains de ses éléments ne rêvent toujours que de la "démocratie" pour la sortir du cloaque universel où la démocrasse l'a plongée...

Écrit par : Martial | 01/11/2007

Beau résumé de la situation, Roman !

Écrit par : Hervé (pas Ryssen, un autre lol) | 01/11/2007

http://www.redmoonrising.com/Ikhwan/Clash.htm/ A lire absolument (naturellement, pour ceux qui lisent l'anglais), ne serait-ce que pour ne pas tomber dans le panneau.

Les Frères musulmans : l'arme secrète des mondialistes
I. Les racines du terrorisme islamique
II. Créer l'"arc de la crise"
III. Les Frères musulmans étendent leurs activités
IV. Osama Bin Laden : les débuts
V. Ben Laden en exil
VI. World Trade Center 1993
VII. Les problèmes d'argent de Ben Laden
VIII. La révolution des Frères musulmans continue

Les Frères musulmans sont l'équivalent de la franc-maçonnerie dans le monde arabe. En fait, certaines études tendent à montrer que toutes les loges européennes ont pour modèle une institution esoterico-artistique fondée par le calife fatimide Caliph Al-Hakim bi-Amr Allah en 1004 : "La Maison de la sagesse", dans les enseignements de laquelle la kabbale, le Coran et les superstitions pre-islamiques s'entremêlent. De là, il envoyait régulièrement, par vagues, des "frères" en Europe pour prêcher l'Islam, mais naturellement pas au grand jour. Indirectement, souterrainement, insidieusement, par le biais de l'"art". Ces "frères", ce sont ceux qui ont inspiré les premiers troubadours. D'où le caractère alanguissant qui est celui de la plupart des oeuvres de ceux-ci, où l'on retrouve ces motifs de la sensualité proprement orientale qui "jouent sur les nerfs".

Pour saisir à quel point l'islam est, de toutes les religions abrahamiques, la plus néfaste qui soit à la véritable tradition européenne, la plus niveleuse des idéologies religieuses, et pourquoi elle séduit tant l'Européen moderne déraciné, il vaut aussi la peine de lire http://www.masud.co.uk/ISLAM/misc/race.htm/ d'autant plus que cet article, "Islam and the race question", a été écrit par un anti-raciste.

Écrit par : nic | 02/11/2007

Mais oui nic,

c'est clair ce sont les musulmans qui ont fait la révolution en angleterre, france, amérique, russie et turquie.

C'est à eux que ça a profité à chaque fois, les révolutions, la laïcité, la fin de la noblesse, le communisme, le libre-échangisme, la haine du christianisme et de l'islam, le colonialisme qui n'était que le premier avatar du mondialisme (voir qui contrôlait les différentes "compagnie des indes"), et même la décolonisation qui a enteriné une forme encore plus directe de domination des banques mondialisées sur le tiers-monde riche en ressources.

Continuons à fantasmer sur les complots d'un Islam qui est tout simplement en train de lutter pour sa propre survie, et qui en est réduit à quelques groupes islamistes armés de kalachnikov et de roquettes bricolées. Cela peut sembler pitoyable mais cela emmerde tout de même les mondialistes.

On peut juste regretter qu'en Europe, le christianisme se soit laissé mettre de côté pratiquement sans réagir. Au moins les groupuscules musulmans font ce qu'ils peuvent dans la limite de leurs faibles moyens.

Sur le blog de Ryssen j'ai pu admirer une oeuvre d'art: Jésus plongé dans de la pisse. 15 000 $.

L'oeuvre d'un "artiste" musulman sans doute? Non? Non! On aurait pas crié au génie sinon, et puis Jésus étant sacré en Islam, la chose aurait été impensable.

Parfois on en vient à regretter que contrairement aux musulmans, les chrétiens ne se manifestent pas plus pour protester contre de telles insultes.

Enfin je veux surtout parler des catholiques et des protestants. J'ose croire qu'en Russie Orthodoxe, une telle oeuvre aurait coûté cher à son auteur.

Pas étonnant que les mêmes qui stigmatisent l'Islam comme une religion antisémite, cherchent à nous faire avaler l'idée que la Russie, ou le christianisme orthodoxe plus généralement, est un repaire d'idées arriérées et antisémites.

Diviser pour régner, vous connaissez?

Écrit par : carl | 02/11/2007

Tout est fait pour instrumentaliser ce qui reste de l'Islam et du Christianisme, et les opposer autant que faire se peut, jusqu'à neutralisation complète de toute vélléité nationaliste ou identitaire.

Le discours de ceux qui le matin sont amis avec les noirs contre les blancs "racistes", et l'après midi amis avec les blancs contre la "repentance" des noirs revanchards, ne m'atteint pas.

Les mêmes qui un coup défendent le droit à la différence, le coup d'après critiquent les immigrés qui refusent de s'intégrer.

Ceux qui stigmatisent la France éternellement vychiste, pour affirmer suivant le sens du vent, qu'ils sont "fiers d'être français".

Les mêmes qui défendent les musulmans quand ceux-ci luttent contre la dernière église chrétienne un peu traditionnaliste et influente (bosnie musulmane contre serbes orthodoxes, tchétchènes musulmans contre russes orthodoxes) et qui insultent les musulmans quand ceux-ci luttent contre le sionisme et le mondialisme (proche et moyen-orient).

Toutes ces contradictions apparentes n'en sont pas: c'est de la manipulation pure et simple. Et ceux qui tombent dans le panneau en gobant les mensonges sur le choc des civilisations sont des traitres à leur propre cause, sans le réaliser. Par bêtise pour la plupart, par carriérisme pour les plus malins et les moins scrupuleux.

Alors sortons des schémas et prenons de la hauteur dans le débat. Les informations que nous livre ce blog sur l'activisme des innomables (comme a osé les a appellé l'écrivain noir Raphaël Confiant, dans le sens littéral qu'il est interdit de prononcer leur nom) devraient nous ouvrir les yeux à tous.

D'ailleurs il est étonnant de voir que les attaques les plus frontales à l'égard des lobbies qui n'existent pas émanent de personalités noires ou musulmanes. Pas étonnant que le retour de bâton soit violent. C'est à croire que les blancs n'osent plus s'exprimer, n'osent même plus penser même en dehors du cadre fixé par la bien pensance unique.

Écrit par : dimitri | 02/11/2007

"Diviser pour régner"'

Vous ne croyez pas si bien dire, Carl (pas Lang, mais un autre, sans doute). A la fin de la soi-disant guerre froide, le mur tombé, il fallait bien créer un nouvel ennemi extérieur pour amuser la galerie goy et la détourner des questions de politique intérieure. Il a alors suffi de réactiver l'islamisme activé par la CIA et le Mossad à la fin des années 1970 dans les montagnes afghanes, où, du jour au lendemain, à coup de dollars, de querelleurs chefs de tribus tièdement musulmans plus ou moins alcooliques se s'étaient autoproclamés "guerriers d'Allah" et avaient déclenché une "guerre sainte" contre l'occupant russe, avec qui, la veille, ils étaient encore plus ou moins "maqués". Dans ces régions, tout est une question d'argent. Tout s'achète, ancestralement. Le Mossad et la CIA payaient (et paient toujours) comptant, "cash", et bien plus que les Russes. Les chefs de tribus n'ont donc pas hésité une seule seconde. Tous ceux qui ont étudié le Coran savent que les questions d'argent y tiennent une place fondamentale : elles y tournent même à l'obsession avec la dhimma, dont bien des ministres de nos diverses républiques ont dû s'inspirer pour mettre au point le système de racket organisé qu'on nomme impôt (direct ou indirect). La "conversion" subite des Afghans à l'islamisme a été documentée amplement par des sources diverses, de del Valle à des chercheurs russes et iraniens, mais, naturellement, chacun est "libre" d'avoir son "opinion personnelle" sur la question, et de l'exprimer, de son salon.

Depuis que le produit qu'est l'islamisme a été lancé, il fait fureur, il enflamme les imaginations. Le goy, qui ne sait plus, qui ne peut plus se défendre lui-même, se prend, dans sa schizophrénie, à rêver d'un islam le délivrant du "mondialisme", pendant que, dans les loges de Washington, de Londres, du Caire et de Paris, les "Frères" arabes, les "Frères" noirs, les "Frères" juifs et les petits "Frères" confèrent et se concertent en sirotant un Red Label.

Et l'islam, ou plus exactement la mentalité arabe, c'est vraiment ce qu'il y a de plus efficace pour diviser. L'islam s'est tellement divisé et fractionné en sectes et en sous-sectes, toutes prêtes à s'étriper mutuellement au moindre prétexte théologique, que même les autorités musulmanes sont incapables de les dénombrer. Même le christianisme ne peut pas rivaliser à cet égard. C'est dire. Ils s'en créent d'ailleurs de nouvelles tous les jours, y compris dans les milieux qui comptent des convertis de fraîche date. C'est par dizaines de milliers que se comptent les conversions à l'islam (par an) dans les pays anglo-saxons, où elles ont quadruplé depuis 2001 - majoritairement des femmes, ce qui confirme, si besoin était, la validité du fameux mot de Mussolini sur les Anglo-Saxonnes ; en Italie, en Allemagne, en France, plusieurs milliers par an, et le progression est exponentielle ; en France, majoritairement des hommes, ce qui confirme, si besoin était, que le Français est, de tous les hommes européens, le plus efféminé psychologiquement et mentalement. Cela dit, il est difficile de dire si c'est l'islam qui mène à l'homosexualité ou si, au contraire, c'est l'homosexualité qui mène à l'islam.

Que des Européens puissent sympathiser avec l'islam et même être assez naïfs pour y voir un rempart contre le mondialisme, s'insurgeant contre ceux qui ne sont ni pro-juifs, ni pro-arabes, c'est bien là la meilleure preuve que cette idéologie religieuse est un facteur de division, non seulement dans son milieu d'origine, mais dans toutes les civilisations non sémites dans lesquelles elle s'insinue ou dans lesquelles elle est introduite.

Écrit par : nic | 03/11/2007

Nic, vous confondez tout et mélangez vrai et faux. Vous êtes victime des idées traitres de Delvalle qui s'est vendu au lobby qui n'existe pas. Vous ne seriez pas tendance sarkovilliériste par hasard?

Il y a certes un faux islamisme fantasmé et financé par la CIA. Il faut avoir le cerveau sacrément poreux pour y croire. Et il arrange vraiment bien les mondialistes.

Il y a 3 formes principales d'islamisme à l'heure actuelle.

L'islamisme corrompu et mondialisé, allié à la CIA et à Israel. Les plus grands défenseurs de cet islamisme sont justement ces intellectuels mondialistes qui monopolisent les médias.

Cet islamisme là est généralement au coeur de l'Europe (Bosnie, Kosovo, Tchétchénie...) et pose un réel danger à notre identité. Ils n'existent que par la puissance de l'OTAN, l'UE etc. Honte sur nous! Il faut le combattre, en sachant que ce n'est qu'un instrument aux mains des mondialistes. Si on se concentre uniquement sur lui en perdant de vue les vrais donneurs d'ordres, alors notre combat est voué à l'échec. Pire que ça, on rentre dans le jeu des mondialistes et leur tactique du diviser pour régner. Bien sûr, il faut absolument échapper aux injonctions qui nous disent de l'aimer.

A ce titre, le démantellement morceau par morceau de la Serbie, probablement le dernier pays vraiment nationaliste d'Europe, est une véritable honte. Et nous en sommes complices.

A côté de cet islamisme là, il y a la fausse menace du complot islamiste, celui d'Al Quaida et du wahabisme soutenu par la CIA. Cet islamisme là essaimerait chez nous par le biais de l'Islam des pauvres, celui des analphabètes et des rmistes dont on voudrait nous faire croire qu'il est la vraie menace. Rigolade! Il s'agit là clairement d'un leurre complet qui permet aux mondialistes d'intervenir militairement où bon leur semble. De plus, ils peuvent déstabiliser des régimes un peu trop souverains en fomentant de faux attentats, y compris au coeur de l'UE. Ceux qui ont peur de cet islam là, ou ceux qui sont fascinés, ne sont que des idiots utiles, ils marchent à fond dans le piège qui leur est tendu.

Enfin, le seul islamisme intéressant selon moi, car il est un modèle pour les chrétiens nationalistes et souverainistes, et qu'il lutte contre notre ennemi commun, est celui des libanais du Hezbollah, des palestiniens du Hamas, ou des iraniens de la République Islamique d'Iran.

Cet islam là ne menace pas l'Europe, il n'est pas un ennemi du monde chrétien, il n'a pas de volonté d'expansion. Ce n'est pas une internationale opaque, il s'agit de mouvement territorialement et culurellement localisés. Ils gênent l'agenda impérialiste des mondialistes concernant le contrôle des ressources pétrolières.

C'est précisemment le seul Islam réellement combattu par toute la clique d'intellectuels omniprésents dans les médias, par les lobbies pro-Israéliens etc.

C'est le seul qui soit intéressant pour nous.

Maintenant pour revenir sur vos arguments concernant l'islam et sa division en sectes, croyez vous que nous sommes dans un meilleur état depuis que les USA ont lancé une OPA sur le christianisme, nous ne valons guère mieux avec les évangélistes sionistes ultra riches qui détestent le catholicisme, et tentent de s'emparer des fidèles de l'église orthodoxe (ils pullullent en Europe de l'Est). Et concernant le rapport à l'argent, qui selon vous est plus corrompu, de l'amérique chrétienne ou de l'europe de l'ouest chrétienne? Les musulmans ont encore de la marge. Je ne reviendrais pas sur les parties délirantes de votre message (que vient faire l'homosexualité ici?) ce serait une perte de temps.

Écrit par : ted | 04/11/2007

Il y a beaucoup de vrai dans ce que dit Roman, mais quant à ça, il ne faudrait tout de même pas pousser:

"Et si en amérique du sud, la cause d'un Chavez ou d'un Morales progresse, alors on saura que définitivement le mondialisme n'est pas une fatalité. Là encore on retrouve cette alliance du nationalisme, et de la religion."

Chavez et Morales ne sont que des démagogues de bas étage et des histrions de pacotille, "révolutionnaires " professionnels comme l'Amérique latine n'en a connu que trop. Il sont castristes et pour l'internationalisme socialiste. Il se réclament de l'illuminé franc-maçon Bolivar et sont les idoles de tous les "alter". De vrais patriotes n'ont strictement rien à démêler avec eux.

Écrit par : Fred | 05/11/2007

"Il y a 3 formes principales d'islamisme à l'heure actuelle."

De même, il n'y a qu'une bouteille sur la table mais vous finissez par en voir trois, soit parce que vous avez trop bu, soit parce qu'il s'agit d'un alcool de mauvaise qualité.

Écrit par : nic | 06/11/2007

Les commentaires sont fermés.