Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2007

LA PUISSANCE JUIVE DOMINE, A VANITY FAIR

Voilà un titre étonnant, n’est-ce pas ? Je vous rassure tout de suite, il n’est pas de moi – je ne me serais pas permis -, mais du Jerusalem Post qui, lui, a le droit.

La suite, sous la plume de Nathan Burstein, n’est pas mal non plus : "C'est une liste des 100 personnes les plus puissantes du monde, des banquiers, des grands patrons de presse, éditeurs et faiseurs d'image qui façonnent les vies de milliards de personnes.
Un club exclusif, fermé, dont l'influence s'étend sur le monde entier, mais qui est concentré stratégiquement dans les plus hautes allées du pouvoir.

Plus de la moitié sont juifs..."

Oui, oui, vous avez bien lu  : plus de la moitié sont juifs. Pour une population dont nous avons vu en mai dernier qu’elle représentait environ 14 millions de personnes sur un total de 6 milliards 615 millions, soit 1/500e de la population mondiale, avouez que ce n’est pas mal !

56abc69548030d2d7e257b67fc1075a4.jpgCette liste a été publiée par le magazine Vanity Fair qui offre chaque année en octobre à ses lecteurs un classement des 100 personnes les plus « importantes » de la planète. Dont, comme vous devez vous en douter, une large majorité d’Américains.

L’article du Jerusalem Post souligne que cette liste, qui prouve de façon indiscutable une influence énorme des juifs dans la finance et les médias, et qui « semble conforter tous les stéréotypes traditionnels sur la sur-représentation des juifs » n’a pas fait scandale, mais au contraire a suscité fierté et satisfaction. C’est qu’aux Etats-Unis en tout cas, les juifs ne redoutent plus d’être visibles et influents.

Joseph Aaron, l’éditorialiste du Chicago Jewish News, considère dans un article lyrique que cette liste prouve à quel point les juifs sont devenus « vitaux » pour l’Amérique. « Le classement de Vanity Fair, écrit-il, nous en dit très long sur la place des juifs dans ce pays, sur le peuple extraordinaire que sont les juifs ».

D’ailleurs, ce n’est pas vraiment leur faute si les juifs sont si doués pour ce type d'activités liées au pouvoir. C’est à cause des non-juifs. C’est en tout cas ce que souligne Ruth Wisse, professeur de yiddish et de littérature comparée à l’Université de Harvard, et auteur du livre Jews and Power. C’est par nécessité, parce que d’autres carrières leur étaient fermées, que les juifs ont dû se contenter des affaires, des médias, de la finance. Et de la politique, aussi.

Source :  http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1191257286817&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull Comme toujours dans ce genre d’articles, les commentaires sont encore plus révélateurs (près de 150, c’est un sujet qui intéresse…)

Je vous informe que cette liste instructive est consultable sur le site du magazine Vanity Fair http://www.vanityfair.com/politics/features/2007/10/newestablishment200710

Commentaires

Ouf! la prochaine fois qu'un goy osera pointer ce fait indéniable, il ne sera plus traité "d'antisémite": Les juifs eux mêmes le disent!

Mais, euh... à la réflexion, peut être est ce en fait le "peuple", "élu" qui devient antisémite... Quand on à la persécution comme identité mais que plus personne ne vous persécute, il est important de savoir réagir et de souffler sur les braises pour attiser le feu...

Mais c'est vrai, les juifs sont très forts dans la société qu'ils se sont créés et qu'ils nous imposent depuis 1945. Mais si nous vivions dans une société saine dont les valeurs seraient autres que celles de l'argent, quelle place auraient les juifs dans une telle société ?

Écrit par : Le veilleur | 16/10/2007

C'est une manière de se jeter des fleurs, qui a écrit cette liste ?

Regardez la liste des 100 milliardaires les plus riches, il n'y a qu'une petite poignée de Juifs, au fond du classement.

Comment croire que les fondateurs de google sont plus influents que Bill Gates ?

Écrit par : Eric | 21/10/2007

Les commentaires sont fermés.