Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2007

PAS DE DOUTE : LA CAMPAGNE ELECTORALE EST OUVERTE !

fa5710d4cc2f39a63f05de94a423490e.jpgLe CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) est toujours reçu avec empressement par tous les représentants du système, qu’ils soient de « gauche » ou de « droite ». Françoise de Panafieu, députée de Paris, maire du 17ème arrondissement et présidente de l’UMP de Paris, qui guigne la mairie de Paris l’an prochain, n’a pas manqué ce passage obligé pour se faire élire. Comme vous le constaterez, tout y est.

Recevant en début de semaine le président du CRIF, Richard Prasquier, elle a rappelé son attachement viscéral et indéfectible à Israël. « Elle s’y est rendue deux fois l’année dernière et s’est déclarée très préoccupée par la menace iranienne, pour laquelle « aucune mesure prise n’a été efficace». L’ancienne ministre reste très vigilante face à la montée des actes d’antisémitisme, d’autant plus qu’elle est maire d’un arrondissement où la population juive est importante et celle issue de l’immigration également. Elle a indiqué à Richard Prasquier et Bernard Gahnassia, qu’elle reçoit régulièrement les responsables des cultes pour faire régner l’harmonie et facilite les voyages à Auschwitz car, estime-t-elle, le devoir de mémoire est indispensable.

Françoise de Panafieu a souhaité développer un dialogue régulier et permanent avec les instances du CRIF et a demandé à être prévenue si une dérive raciste et antisémite se produisait à Paris. Elle sera intransigeante et très réactive dans ce combat prioritaire, a-t-elle promis. »

Pour changer d’Auschwitz, je lui suggère de faciliter quelques voyages vers d’autres destinations, les anciens goulags de l’est, par exemple. Eux aussi pourraient faire réfléchir les lycéens et étudiants. Pourquoi toujours les mêmes ?

Source: www.crif.org

12:06 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : licra, anne, kling, panafieu, crif

Commentaires

Avant même d'avoir terminé votre article, Anne, il m'est venu la même suggestion.
Pas plus tard qu'avant-hier, j'ai interpellé une personne, pourtant assez cultivée et avec une remarquable vivacité d'esprit sur le communisme en lui disant : -"savez-vous que la plupart des doctrinaires, fonctionnaires, et tortionnaires bolchéviques étaient des juifs ?". La personne est restée bouche-bée. Comme pour la plupart des gens, juifs = argent = capitalisme, donc rien à voir avec l'Est. Je lui ai expliqué que Karl Marx = Kiessel Mordechaï, que le le premier président de l'URSS, Sverdlov, s'appelait en fait Solomon, Zinoviev = Apfelbaum, Trotsky = Bronstein , que le plus grand criminel du XXéme siècle était le chef du NKVD Genrikh Yagoda, bien placé aussi le beau-frère de Staline, le juif Lazare Moïse Kaganovitch. Un petit mot sur le sanguinaire hongrois Bela Kun, (Cohen), etc... les liens financiers qui existaient entre l'Amérique des banquiers Warburg ou Schiff et les bolchéviques, les origines de Lénine . Une brève sur les massacres de Katyn, j'ai dû écourter tellement la liste est longue. J'ai conclu en rappelant que les victimes du communisme étaient des Slaves ou des Aryens et toujours des chrétiens et que les bourreaux appartenaient à des minorités, et qu'ils s'ingénient à tout mettre sur le dos de Staline. J'ai aussi expliqué que la loi Gayssot avait été réclamée par un rabbin, et j'ai rajouté des détails politiquement incorrects. Il faut aussi expliquer au gens qui étaient les révolutionnaires de mai 68 et comment ils pérennisent l'idéologie trotskyste, etc.. etc... J'en passe et des meilleures. Ce n'est pas un travail de mémoire qu'il faut faire, mais carrément d'instruction. Si les bourreaux de notre identité font un tel raffut avec les crimes d'Hitler copyright Nuremberg, c'est bien pour cacher tout ça et nous empêcher d'expliquer aux gens les crimes passés et leurs liens avec les souffrances et les périls présents et à venir.

Écrit par : Hervé | 14/10/2007

En fait, cette l'histoire du communisme est largement ignorée par l'Européen moyen. ( Récemment, un sondage auprès des jeunes suédois indiquait qu'à 90% ils ignoraient tout des crimes du communisme ! ). Il est vrai que la Suède sociale-démocrate a été un des régimes les plus collabos du bolchévisme. En 2006 d'ailleurs, ce sont essentiellement les députés du Nord de l'Europe qui ont refusé de voter un article proposant d'instaurer dans les écoles un programme d'information sur les crimes du communisme. ( débat sur les crimes du communisme au Conseil de l'Europe ).

Les livres les plus sérieux sur l'histoire du communisme sont peu lus. Le " grand public " subit docilement les documentaires formatés diffusés par les medias du régime. Sur les chaînes hertziennes, seule Arte diffuse aujourd'hui des documentaires d'histoire. La judéité des ideologues et criminels bolchéviques est férocement occultée.

Tout au contraire, on continue de subir périodiquement des docus complaisants envers le communisme. Et surtout des progammes de basse propagande anti-nazi/fasciste et résistancialistes.

Écrit par : l'Eurasien | 21/10/2007

Les commentaires sont fermés.