Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2007

LES SAVANTS MAUDITS…. ET LES AUTRES

Hier, jour anniversaire d’Hiroshima et Nagasaki, on aurait pu s’attendre à ce qu’une des chaînes « historiques » se fende d’une émission sur le sujet. Même pas. On a eu droit, sur la chaîne Histoire, aux éternels inoxydables : Faust contre Méphisto – les savants allemands de l’âge d’or aux années de plomb. Etaient offerts à la détestation des foules : « les destins de Carl Bosch, Adolf (avec un prénom pareil, déjà…) Butenandt et Werner Heisenberg, trois grands savants qui ont choisi de mettre leur savoir au service des nazis. »

Diffuser cela un jour particulier comme hier, c’est quand même un peu fort. Car l’objectif avoué de ce documentaire réalisé en 2000 pour Arte, était, au-delà de la question de la « compromission » de la communauté scientifique allemande avec les nazis, de s’interroger plus généralement sur les rapports qu’entretiennent la science et le pouvoir politique. Vous remarquerez au passage que chez les bons, on parle de coopération ou de partenariat, chez les mauvais, de compromission. Tout est déjà dit en un seul mot.

Puisqu’il était question des rapports entre science et pouvoir politique, on pouvait difficilement trouver meilleure illustration que la saga des bombes atomiques américaines. Et hier était à mon sens le jour idéal pour évoquer le sujet. Mais personne n’a eu l’air de le remarquer.

337abb915cbde9e15fd2b84092d40185.jpgDisons un mot de ces trois Allemands maudits, qui ont choisi, quelle horreur, de rester dans leur pays au lieu de le fuir comme les vertueux :

Carl Bosch, contemporain d’Einstein puisque né en 1874. Ingénieur et chimiste, il sera l’un des fondateurs d’I.G. Farben, l’un des plus puissants consortiums chimiques du monde. En 1931, il est co-lauréat du prix Nobel de chimie pour le développement de la chimie hautes pressions. Il meurt en avril 1940.

92843cc3a25058f71120ab6a7653a1cd.jpg

Adolf Butenandt est de la génération suivante, puisque né en 1903. Il est biochimiste et ses travaux porteront surtout sur les hormones sexuelles. Il reçoit le prix Nobel de chimie en 1939 avec le biochimiste suisse Léopold Ruzicka, mais en raison de l’opposition du pouvoir, ce prix ne lui sera remis officiellement que dix ans plus tard. Il mourra en 1995.

 

1299c5644eb47d99772505fd640adc29.gifWerner Heisenberg, né en 1901, est physicien, fondateur de la mécanique quantique. Il recevra le prix Nobel de physique en 1932 pour les applications qui découlent de ses travaux. La fission nucléaire a été découverte en Allemagne en 1938 et Heisenberg dirigera pendant la guerre le programme allemand d’armement nucléaire. L’hypothèse qu’il ait tenté de ralentir le projet a été soulevée.

 

Voilà pour les maudits. Et puisque les rapports entre science et pouvoir politique sont, effectivement, un sujet intéressant, je suggère que lors d’une prochaine émission – et je maintiens que hier aurait été le bon jour pour ça – on s’intéresse à d’autres personnages.

b03e7836860ac5d85765155a8a3a83f4.jpgPar exemple à Robert Oppenheimer, considéré comme le père de la bombe atomique américaine. Nous sommes toujours dans la même génération et presque dans le même pays : il est né en 1904 de parents juifs allemands qui ont émigré aux USA en 1888. Dans les années 30, il devient communiste et subventionne même un certain nombre de mouvements de gauche. Ce qui ne l’empêchera pas d’être nommé chef du projet Manhattan, chargé de mettre au point les bombes dont nous avons vu hier les effets, qui n’ont pas traîné. Il sera finalement suspendu, en raison de ses sympathies politiques, par Eisenhower, en 1953.

27ca287e79c08f33f049bd68c94c6b74.jpgOu bien à Albert Einstein, dont on a vu qu’il avait écrit en 1939 la lettre initiale à Roosevelt, qu’il presse de se lancer dans la course au nucléaire. C’est cette lettre qui déclenchera le projet Manhattan. Juif allemand né en 1879, fervent sioniste, favorable à la création d’un Etat mondial, il clame ses opinions pacifistes et socialistes dès avant la première guerre mondiale. Avant d’émigrer aux Etats-Unis dans les années 20.

Bon, c’est vrai, il réécrira à Roosevelt en 1945 pour lui demander de renoncer à cette arme terrifiante. Mais c’était un peu tard pour les populations d’Hiroshima et Nagasaki, n’est-ce pas ? Et pour un « pacifiste », c’était vraiment réussi.

Voilà déjà deux très intéressants sujets pour illustrer ce type de débat. Mais je suis sûre qu’en cherchant bien, on en trouverait d’autres, de ces « grands savants » qui ont « choisi de mettre leur savoir au service des yankees ». Mais ça, c’est bien.

Commentaires

La première personne à avoir prédit le principe de réaction en chaîne est Lise Metner née en 1978 dans une famille juive viennoise - ( http://www.sdsc.edu/ScienceWomen/meitner.html )

"Pour ce qui est de l’invention de la bombe, elle est atribuée aux travaux effectués au Collège de France par MM.Joliot-Curie, Halban* et Kowarski* qui en déposèrent le brevet en 1939 (brevet d’invention N°971-324). Pour l’anecdote, la France ne réclama pas de royautés après les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki."

*1: Hans von Halban, (Leipzig, 24 January 1908 - Paris, 28 November 1964) was a French physicist, of Austrian-Jewish descent.

*2: Lew kowarski, Physicien et chimiste français d'origine juive russe qui participa aux recherches sur la fission de l'uranium ainsi qu'à la réalisation des premiers réacteurs nucléaires français.

Je me rappelle avoir lu quelques pages d'un livre sur la bombe nucléaire israèlienne quand j'étais encore au collège, l'écrivaine, juive, à commencé par dire, fière d'elle que "Ce n'est pas la France qui a donné la bombe à Israël, la bombe atomique est une invention juive, sur la centaine de scientifiques (physiciens) engagés sur le projet manhattan, plus de la moitié étaient juifs".



...Et aujourd'hui les mêmes se veulent donneurs de leçons.

Écrit par : doctarace | 07/08/2007

Chaque époque de l'ère laïque (c'est-à-dire athée et antichrétienne) a ses saints : saint Albert est de ceux-ci. Plus récemment, après "santo Subito" (Karol Wojtyla, dont la mère s'appelait Katz), nous allons bientôt avoir droit à saint Aron ("Jean-Marie" Lustiger), le maranne de service au sein de la secte gnostique conciliaire, le "cardinal" qui se rendait à New York pour approfondir sa connaissance du talmud en compagnie de ses "frères aînés", tous rabbins.

Écrit par : Martial | 07/08/2007

Les commentaires sont fermés.