Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2007

POT DE TERRE CONTRE POT DE FER

def79566dbd7e3fc10cc66e605f41dd7.jpg

A plusieurs reprises, ces dernières années, la Turquie a réussi à empêcher le vote au Congrès américain d’une loi reconnaissant officiellement le génocide arménien de 1915. Le danger est cependant en train  de se profiler à nouveau et la Sublime Porte ne ménage pas ses efforts  - ni ses menaces à peine voilées – pour faire capoter ce projet à présent en bonne voie.

A ce jour, en effet, pas moins de 220 membres du Congrès ont signé la fameuse résolution 106 et cette liste a tendance à s’étoffer chaque jour davantage. Le seuil de 218 votes étant franchi, le Congrès devrait en principe disposer de la majorité des voix pour valider la résolution. Même si la motion proposée n’est pas contraignante, échappant ainsi à un veto présidentiel, elle provoque une très grande effervescence dans le camp turc qui multiplie depuis le début de l’année les visites à Washington, afin de faire pression de toutes les façons possibles.

Selon la presse turque, un conseiller spécial du Premier ministre Erdogan s’est rendu aux Etats-Unis afin d’y rencontrer secrètement la présidente démocrate de la Chambre des représentants américains, Nancy Pelosi. A l’occasion de cette rencontre, l’émissaire aurait fait part des « soucis » du gouvernement d’Ankara devant un possible vote de la résolution,  indiquant qu’une telle adoption porterait sérieusement atteinte aux liens bilatéraux avec la Turquie.

Une délégation de l’Association des Industriels et Hommes d’Affaires de Turquie (Tüsiad), principale organisation patronale turque, s’est ensuite rendue aux Etats-Unis où elle a rencontré de hauts responsables de l’administration américaine, des représentants du monde économique et des dirigeants de différents lobbies influents au Congrès.

De son côté, le ministre turc des affaires étrangères, Abdullah Gül, n’a pas négligé de demander l’aide des organisations juives américaines dans cette affaire. Venu lui aussi à Washington, il y a rencontré les dirigeants des groupes de pression suivants: United Jewish Communities Federation, American Jewish Committee, Anti-Defamation League, Jewish Institute for National Security Affairs, American Jewish Congress, Chabad-Lubavitch, B'nai B'rith International et Orthodox Union. Il leur a demandé de faire obstacle à la loi présentée par le démocrate Adam Schiff, juif lui-même, et représentant, en Californie, d’une circonscription électorale particulièrement peuplée d’Américano-Arméniens.

Cerise sur le gâteau : c’est carrément une délégation de la communauté juive de Turquie qui a également fait le voyage pour abonder dans le même sens. Menée par Silvio Ovadia, figure emblématique de la communauté juive turque, la délégation a exprimé sa vive inquiétude à l’égard du « très agressif lobbying anti-turc des groupes de pression arméniens à Washington », et a mis en garde contre les effets désastreux qu’aurait sur les relations turco-américaines le vote de cette motion. Rappelant les liens stratégiques unissant Israël, les Etats-Unis et la Turquie, la délégation a souligné la nécessité de faire barrage aux « manoeuvres révisionnistes et d’intoxication des lobbyistes arméniens ».

Décidément très turcolâtre, la délégation n’a pas oublié l’argument qui tue : à savoir que durant la seconde guerre mondiale, les autorités turques avaient permis le sauvetage de dizaines de milliers de juifs fuyant les nazis. Et que cet épisode méconnu de l’histoire de l’Holocauste avait fait l’objet d’un documentaire, Desperate Hours, réalisé et financé par des organismes juifs aux Etats-Unis pour rendre hommage aux Justes turcs.

On ne pourra pas dire que les Turcs n’auront pas fait le maximum…

Comment va réagir la Maison Blanche ? Jusqu’à présent, elle a toujours réussi, par des moyens divers et variés, à empêcher le vote d’une telle loi. Bush en fin de mandat, et plutôt déstabilisé par l’enlisement des conflits, pourra-t-il cette fois encore s’y opposer, même en arguant de la « sécurité nationale » ? C’est que les Etats-Unis ont intérêt à conserver des liens d’amitié avec la Turquie, alliée de longue date au sein de l’OTAN, seul pays ami d’Israël dans la région et voisin de l’Iran, de la Syrie et de l’Irak.

Le parlement israélien, de son côté, a officiellement rejeté la thèse du « génocide » arménien. Pas question d’amalgame entre la shoah et la tragédie arménienne. "Nous rejetons les tentatives de créer une similarité entre l’Holocauste juif et les allégations arméniennes. Rien de comparable à l’Holocauste n’a eu lieu. Ce qu’ont enduré les Arméniens est une tragédie mais pas un génocide" avait déclaré en 2001 le Prix Nobel de la Paix et ministre israélien des Affaires étrangères, Shimon Peres.

La résolution viendra probablement à l’ordre du jour de la Chambre des Représentants début septembre, quand le Congrès reprendra sa session d’automne. Il sera intéressant d’observer la suite des événements…

Sources : www.collectifvan.org / www.tetedeturc.com / www.armenews.com  

Commentaires

Les turcs charrient sur leur attitude pendant la 2ème GM ! Mon défunt beau-père vivait en Turquie à l'époque et me racontait qu'en 42, les turcs se préparaient à entrer dans la guerre aux côtés du Reich et avaient dans cette attente tout préparé pour déporter leurs juifs. Les camps de travail étaient prêts à les accueillir.

C'est plutôt Stalingrad qui, en refroidissant les ardeurs belligérantes des turcs, a réellement sauvé les juifs turcs !

Écrit par : Eric Lerouge | 01/08/2007

Shimon Peres a raison, les tortures endurées par les Arméniens sont sans commune mesure avec celles que l'on nous raconte que les Juifs ont subis.

Écrit par : Eric | 02/08/2007

Dans le même genre, je me rappelle avoir entendu Simone Weil s'exprimer contre la reconnaissance du génocide arménien. Elle s'était d'ailleurs abstenue lors d'un vote d'une résolution sur ce sujet au Parlement européen. Ses arguments se réduisaient à un seul : en clair, le mot génocide est une marque déposée, qui ne doit s'utiliser qu'avec le qualificatif juif.

Écrit par : Lug | 02/08/2007

Simone Weil ? Qu'est-ce qu'elle attend pour aller vanter les mérites de l'avortement aux Israéliens?

Écrit par : Eric | 02/08/2007

Les commentaires sont fermés.