Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2007

2% TRES INFLUENTS DE LA POPULATION AMERICAINE...

603383b2d52a407311c019c3a363fd61.jpg

 

Avant de passer en revue les diverses faces du “LOBBY” aux Etats-Unis, il est intéressant, pour replacer ce phénomène dans son contexte,  de procéder à un petit tour d’horizon de la population américaine. Les Etats-Unis ont franchi le cap historique des 300 millions d’habitants en octobre 2006. Ils avaient précédemment passé le cap des 200 millions en 1967. Une forte progression due essentiellement à la poussée de l’immigration, surtout hispanique. Les Etats-Unis ont été formés par l’immigration, de toute façon, et le fameux melting pot est né sous la plume d’un romancier et dramaturge juif américain, Israël Zangwill, membre de l’Organisation sioniste mondiale. Un avant-goût de la société multiculturelle idéale, où toutes les différences initiales de culture, de religion, etc, sont balayées pour faire place à un ensemble homogène, préfiguration de la société idyllique de demain. Encore une petite pièce du grand puzzle mondialiste qui se place…

Sauf que, même aux Etats-Unis, on en est bien revenu, de cette utopie dont on attend toujours les effets miraculeux. Au petit jeu du melting pot, il y a eu beaucoup de perdants, et quelques gagnants, tout de même.

Pour en revenir à notre époque, des responsables juifs américains se sont inquiétés de cette progression de l’immigration hispanique, y voyant une menace pour ce qu’ils appellent eux-mêmes « le pouvoir juif ». C’est que les latinos représentent maintenant 14% de la population, avec une population d’environ 40 millions. Ils défendent des intérêts qui sont les leurs, ce qui est normal, et au nombre de leurs priorités n’entre pas la préservation de l’Etat d’Israël. D’où l’inquiétude.

Car  la population juive américaine, de son côté, aurait plutôt tendance à baisser. Elle est estimée à l’heure actuelle à environ 5,2 millions, soit même pas 2% du total. Moins encore que les asiatiques : 13 millions.

Nous arrivons donc au cœur du problème : comment 2% de la population peuvent-ils exercer un tel pouvoir sur l’ensemble ? Et entraîner les Etats-Unis à un soutien aussi massif à l’Etat d’Israël, entretenant un climat de guerre dans tout le Moyen Orient et au-delà ? Même pas 2% en fait, puisqu’on l’a vu, bon nombre de juifs américains ne se sentent pas concernés par le problème.

Alors, c’est vrai, on trouve des réponses du style : la population juive américaine est en petit nombre mais sa puissance politique est importante car elle est concentrée dans des Etats importants électoralement, elle participe massivement aux élections, elle verse de très importantes contributions financières aux campagnes des deux partis. On pourrait ajouter qu’outre les contributions financières, elle se fait élire. Le Congrès des Etats-Unis est composé de 535 personnes en tout : 100 sénateurs et 435 députés. Eh bien, le site www.jewishreference.com nous fournit la liste des membres juifs de ces deux chambres pour le précédent congrès (le nouveau a été mis en place au début de cette année) : 11 sénateurs (2 républicains, 9 démocrates) et 26 députés (1 républicain, 24 démocrates, 1 indépendant). La population juive américaine est donc particulièrement bien représentée dans les instances dirigeantes.

Cela dit, les raisons du soutien américain sont complexes et pour notre part, nous ne nous attacherons qu’aux pressions exercées par diverses organisations. Car, même si elles ne rendent pas compte de la totalité du problème, elles agissent comme de forts aiguillons.

A tout seigneur tout honneur, nous commencerons demain par l’AIPAC.

Commentaires

Merci pour ces articles forts instructifs.
Je vais suivre avec attention la description des différentes faces du "Lobby".

Écrit par : Avel | 17/07/2007

Chère Anne Kling,

Comme j'en ai fait état sur mon blog récemment, le vôtre tend de plus en plus vers l'antisémitisme, selon moi (cf votre promotion du livre de Hervé Ryssen, antisémite et fier de l'être).
C'est regrettable, mais apparemment vous n'en démordez pas. Y compris lorsque, à l'image de ce dernier article, la preuve du contraire de vos allégations complotistes s'y trouve...
Vous citez la proportion de juifs au Congrès et au Sénat (ce qui est déjà antisémite), mais cette proportion démontre qu'il y a infiniment plus de juifs chez les démocrates que chez les républicains !
Au cas où cela vous aurait échappé, ce sont les républicains qui sont au pouvoir depuis 8 ans aux USA, et pas les démocrates.

Bref, vous mélangez à peu près tout, ethnicisez tout aussi, alors qu'on peut être juif et ne pas défendre Israël, noir et ne pas défendre la discrimination positive, homme et défendre les femmes.

Pour ma part, j'en ai assez lu, et l'enthousiasme du départ a entièrement disparu, et ce n'est pas votre mention d'un mari juif qui changera quoi que ce soit.

Écrit par : Jean Robin | 17/07/2007

Cher Jean Robin,

Il est antisémite de citer la proportion de juifs au Congrès ? Eh bien, les juifs américains n’ont pas de ces retenues bien hypocrites. Ils en sont fiers au contraire et le site que j’ai indiqué est rempli de noms de juifs américains qui se sont illustrés dans divers domaines. A ce tarif-là, de votre point de vue, il était hautement antisémite de mentionner l’appartenance des financiers de haut vol d’un article récent ? En poursuivant le raisonnement jusqu’au bout, on aurait éventuellement le droit de le faire, mais à condition que ce soit dans un contexte strictement admiratif, non ? Le problème, c’est que ces gens ont une influence politique déterminante et que par conséquent, leur appartenance n’est nullement neutre. Elle devient déterminante, elle aussi.

Je ne parle jamais de complot, mais de très forte influence, difficile à récuser. Et oui, il ne m’a pas échappé que les républicains sont au pouvoir depuis 7 ans, et non les démocrates. Cela indique, comme je l’ai dit, que ces puissantes organisations juives et ces lobbys pro-israéliens sont loin de représenter la majorité des juifs américains, généralement bien plus réservés à l’égard d’Israël. Les responsables de ces divers mouvements, quant à eux, ont pris - comme en France d’ailleurs - un net virage vers la droite sioniste, où ils ont rejoint tout naturellement les milieux évangélistes chrétiens proches de Bush. Et le petit cercle des néo-conservateurs comprend des sionistes notoires. Bush est de loin le président le plus « favorable » à Israël, si l’on peut dire, mais ce fait, curieusement, ne fait pas l’unanimité en Israël même. Un commentateur du journal Haaretz avait même déclaré lors de sa réélection : « …Un président américain qui donne à Israël la liberté d’agir à son gré dans les territoires occupés n’est pas un ami d’Israël ».

Tout ça pour vous dire que je perçois bien la complexité du sujet et que j’essaie d’en rendre compte. Ce que vous nommez « antisémitisme » est en fait la critique et la dénonciation de prises de position politiques émanant de responsables juifs qui ne sont même pas représentatifs de l’ensemble de leurs coreligionnaires. Et qui se servent de l'"antisémitisme" pour protéger Israël envers et contre tout. Encore une fois, la situation est similaire en France. La masse est prise en otage par quelques-uns qui monopolisent le discours politique et culturel en parlant indûment « au nom des juifs ».

J’essaie toujours de faire pédagogique et de cerner la réalité des faits au plus près. Je n’ambitionne pas de plaire à tout le monde – si je l’avais voulu, je serais restée au RPR où je suis passée lors d’une vie antérieure – et je suis toujours fidèle à mes amis, même s’il m’arrive de ne pas forcément partager toutes leurs convictions.

Écrit par : anne kling | 17/07/2007

Si l'on suivait jusqu'au bout le raisonnement de M. Robin, on interdirait purement et simplement l'emploi du mot "juif", qui est déjà manifestement antisémite, peut-être même dans la bouche d'un Juif dont la fierté ethnique est douteuse. Qu'attend-on pour prendre cette mesure salutaire ?

Écrit par : Martial | 17/07/2007

Réduire quiconque à son origine est du racisme.
Quant à votre réponse, elle semble oublier que je travaille sur le même sujet que vous, sans soupçonner qui que ce soit en fonction de son origine.
Les collabos en 40 auraient dû vous rappeler cette réalité.
Quasiment tous étaient des bons français de souche.
Ils n'en agissaient pas moins pour les intérêts de l'Allemagne nazie.
Quant aux juifs, ils étaient une majorité autour de de Gaulle, ce qui lui fit dire : "J'attendais la France des cathédrales, j'eus la France des synagogues".

Écrit par : Jean Robin | 17/07/2007

Ah, le cher, le très cher De Gaulle ! Il ne manquait plus que lui dans le tableau... C'est lui aussi, qui - si ne je m'abuse - a déclaré triomphalement après la guerre : "J'ai rendu les communistes à la France, je ne vois pas pourquoi je ne lui rendrais pas aussi les francs-maçons". Avec les synagogues, quel brelan d'as, en vérité, quelle chance pour la France !... Et je ne parle pas des milliers de gens qui lui ont dû la mort et l'exil après la guerre d'Algérie, que la France avait gagnée sur le terrain. Vos références sont décidément parlantes, Monsieur !...

Écrit par : Martial | 17/07/2007

Il faut rappeler que les Palestiniens sont des sémites ...
Que veut donc dire le mot "antisémitisme" ? Un ashkénaze est-il un sémite ?

Monsieur Robin, clarifiez ! Que veut dire "antisémitisme" ? Hostilité envers les Juifs, en tant que religion, en tant que race (si tant soit peu qu'elle existe) ?

Et pour compléter Nic, j'ajoute au trio maléfique télé - médicaments - teléphone portable : l'EGOISME. L'amour de son petit Moi, de son petit confort, de son petit matérialisme, l'absence de bien commun, la trop grande absence de l'Eglise traditionnelle, voilà la cause de l'effondrement de la France.

Après, il est évident que tous ces gens qui nous qualifient d'antisémites à la moindre remise en cause de leurs agissements, prospèrent sur un terrain aussi favorable !

Écrit par : Jérôme | 18/07/2007

Je ne suis pas dans ce délire qui consiste à penser que le racisme n'existe pas. Ce n'est pas parce que je critique vertement et ouvertement les antiracistes que je ne critique pas pour autant les racistes. Que l'on soit raciste ou antiraciste, on est dans l'idéologie. Moi je suis dans les faits.
Mme Kling dit : "il y a tant de juifs parmi le Congrès et le Sénat US donc". C'est du racisme. On renvoie les gens à ce qu'ils n'ont pas choisi d'être pour expliquer leur comportement.
Dans le cas des juifs, appelez ça antisémitisme, judéophobie ou anti-judaïsme, peu m'importe. Les petites pirouettes sémantiques du genre de celle que vous faites n'ont pas grand intérêt, car elles ne changent rien aux faits.

Écrit par : Jean Robin | 18/07/2007

Puisque vous prétendez vous placer sur le terrain des faits, j'attends toujours que vous répondiez à la question que je vous ai posée hier : quel était le pourcentage de Juifs dans l'administration russe et ukrainienne de 1917 à 1991 ? Question subsidiaire : quel est le pourcentage de Juifs au Kremlin et "au-dessus" du Kremlin depuis 1991? Puisque vous semblez vouloir jouer au chat et à la souris, d'autres lecteurs de ce blog seront peut-être intéressés de savoir qu'en Russie on est quasiment revenu au point de départ bolchevique de 1917 à cet égard : tous les "décideurs", tous les mafieux en col-blanc qui font la pluie et le beau temps en Russie sont juifs, et ce à quoi on assiste là-bas depuis une dizaine d'années n'est qu'une lutte de pouvoir entre différentes factions juives. Il en va en fait plus ou moins de même de la plupart des autres démocraties occidentales. En France, la chose est en train de prendre des proportions tellement énormes qu'il faut se pincer les lèvres pour s'assurer qu'on ne rêve pas tout éveillé, ou plutôt qu'on ne fait pas un cauchemar tout éveillé.

Écrit par : Nic | 18/07/2007

Désolé Nic, vous parlez de moi alors que vous ne savez ni ce que j'ai écrit sur le sujet, ni les attaques dont j'ai été l'objet de la part d'antiracistes (notamment sur le forum de l'UEJF).
Tout est pourtant public, et à portée de clic.

Mais enfin, votre message a le mérite d'être clair : comme Hervé Ryssen, vous êtes antisémite et fier de l'être. Votre discours général, et votre phrase en particulier laissent peu de doute à ce sujet : "De même qu'un Européen de souche cohérent doit admettre qu'il est dans la nature du Juif de vouloir exercer son hégémonie sur le monde, ainsi ce n'est pas trop demander à un Juif que d'admettre qu'un Européen de souche s'oppose de toutes ses forces à cette hégémonie"

Bien. Maintenant que cela est plus clair (de même que le genre de personnes qui sont d'accord avec vos thèses Mme Kling), pour que je lui réponde Nic serait gentil de nous expliquer ce qu'est un juif. Comment le déterminez-vous ?
Comme Hitler, pour qui il suffisait d'avoir un grand-parent juif sur les 4 pour l'être ? Comme les juifs, pour lesquels il suffit que la mère soit juive ? Comme d'autres, pour lesquels il faut avoir les deux parents juifs ? D'autres encore considère qu'est juif toute personne étudiant sérieusement la Torah... Toutes ces questions reposent la question qu'est-ce qu'être juif, ainsi pour Hitler qu'est-ce qu'un grand-parent juif ? Tant que vous n'aurez pas répondu à cette question, et motivé votre réponse par des arguments factuels, votre question sera inutile et infondée.

Écrit par : Jean Robin | 18/07/2007

je suis très attachée à la liberté des débats et je déteste rejeter ou censurer les commentaires. je viens cependant d'être amenée à le faire et je prie les "victimes" de mes coupures de m'en excuser. n'oubliez pas que je suis responsable de tous les propos figurant sur ce blog.
ne nous laissons pas entraîner à des propos passionnés et tâchons de rester mesurés. il est possible, même dans ce cas, de dire et de démontrer bien des choses....
en tout cas, une chose est sûre: les lois liberticides qui nous gouvernent ne font qu'exacerber passions et rancoeurs. ce que l'on n'a plus le droit de dire ne disparaît pas pour autant des esprits, il n'en devient que plus dangereux et plus virulent

Écrit par : anne kling | 18/07/2007

Je propose cette réponse à la question "qu'est-ce qu'être juif ?" C'est de qualifier tout ceux que l'on n'aime pas "d'antisémites". C'est un espèce de fourre-tout assez pratique où on peut y mettre du facho, de l'islamiste, du bon franchouillard FN, des écolos, etc.

Monsieur Robin, vous parlez de faits, mais quels faits ?? On attend avec impatience des précisions.

Quant aux pirouettes sémantiques, on accepte d'être laxiste sur certain vocabulaire lorsqu'il s'agit de rester dans le flou sur des agissements de juifs, pourtant lourds de conséquences pour l'espèce humaine (guerres, scandales financiers et économiques, ...)

En revanche, on exige de la précision lorsqu'on demande à clarifier des propos jugés douteux sur l'histoire du XX siècle : aucun flou n'est permis sous peine de 5 ans de prison et 45 000 euros d'amende !! Juste en parlant ou en écrivant ...

Écrit par : Jérôme | 19/07/2007

Tout ou presque est effectivement "à portée de clic", la question étant de savoir si l'on entend passer sa vie le doigt sur la souris, d'un blog l'autre, d'un forum l'autre.

Pour en venir à votre question, car, moi, je ne cherche à pas noyer le poisson et, contrairement à vous, je réponds aux questions qu'on me pose sans essayer de les déplacer :

Lorsqu'en l'an 19, les Juifs sont expulsés d'Italie par Tibère ; en 50, de Rome par Claudius, croyez-vous sérieusement que Tibère et Claudius se demandent, avant de passer à l'action, s'il suffit "d'avoir un grand-parent juif sur les 4 pour l'être"? En 1182, lorsqu'ils sont expulsés de France par Philippe Auguste ; en 1306, toujours de France par Philippe le Bel, croyez-vous tout aussi sérieusement qu'ils se demandent si, pour être juif, il suffit que "la mère soit juive" ou que "les deux parents (soient) juifs? J'irai plus loin et je me placerai sur votre terrain même : croyez-vous sérieusement que tel ou tel Juif expulsé par Tibère, Claudius, Philippe Auguste ou Philippe le Bel doute une seule seconde qu'il est juif?

Un Juif qui ne sait pas ce qu'est un Juif est un Juif qui a perdu ses racines, et, à ce titre, c'est tout aussi regrettable pou lui que le fait d'avoir perdu ses racines l'est pour un non Juif. De toutes façons, les questions que vous vous posez à cet égard n'ont aucun sens pour aucun des membres juifs du sénat et du congrès américains, ni pour aucun des mafieux en col-blanc qui gravitent autour du Kremlin : ils sont juifs depuis des générations et des générations, en ascendance paternelle et en ascendance maternelle, comme en témoigne leur arbre généalogique.

Écrit par : Nic | 19/07/2007

Ravi de constater que vous connaissez l'arbre généalogique d'une bonne centaine de personnes, en sachant qu'il y a des gens qui travaillent toute une vie sur la reconstitution de leur propre arbre. Mais passons.

Vous oubliez une chose de taille, c'est qu'à cette époque-là le mariage mixte était prohibé, tant du côté juif que du côté non-juif. La séparation était donc la règle, et la mixité l'exception.
Aujourd'hui, le premier risque d'extinction de la communauté ne vient pas de la fécondité mais de la mixité.

Votre démonstration n'est donc pas valable, et ne répond en rien à mes questions.

Écrit par : Jean Robin | 19/07/2007

Si, il y a encore quelques années, la plupart des gens souhaitant reconstituer leur arbre généalogique pouvaient passer des années à le faire, de mairie en mairie, d'évêché en évêché, il existe aujourd'hui des sites InterNet qui leur permettent, moyennant finance, de le sortir sur papier glacé en quelques heures (c'est qu'ils ne peuvent pas remonter jusqu'à ceux de leurs ancêtres qui sont nés avant la création de l'état-civil - début XVIème). Passons?

Quant aux autres, par exemple aux Juifs qui, de père en fils, et même, depuis peu, de mère en fille, siègent au congrès et au sénat américain ; quant aux Rothschild, dans toutes leurs branches, aux Murdoch, dans toutes leurs branches, etc. ; comment pouvez-vous penser une seule seconde que ces familles aient eu à "reconstituer" leur arbre généalogique? Ces familles n'ont jamais eu à "reconstituer" leur arbre généaolgique : pour la simple et bonne raison elles le tiennent scrupuleusement, depuis des lustres, tout comme toute lignée noble.

La question du marriage mixte est évidemment étroitement liée au problème qui nous occupe, puisque c'est en partie grâce à des mariages dans l'aristocratie que les Juifs (de cour) ont pu peu à peu s'infiltrer au coeur des monarchies européennes. Sans être un spécialiste de la question du mariage mixte, je sais que, au cours de l'histoire, il a été successivement autorisé et prohibé dans la plupart des pays européens. En Angleterre, ce n'est qu'en 1772 qu'on a ressenti la nécessité d'empêcher le mariage des membres de la maison royale anglaise avec des Juifs par la Royal Marriages Bill. Quoi qu'il en soit, cette question n'est pas déterminante, sachant que, pour se marier à une goy, il suffisait souvent de se, comment dire, "convertir", puisque, durant les dix-neuf premiers siècles de l'ère chrétienne, l'erreur a été commise de considérer la question juive à un point de vue strictement religieux, et il ne pouvait pas en être autrement, saint Pierre étant saint Pierre.

Le premier risque d'extinction de n'importe quelle ra... "communauté" est dû effectivement à la mixité. Mais, une fois encore, qui la promeut, furieusement, fanatiquement, hystériquement, à l'heure actuelle, notamment par la publicité, par l'hollywoodisme et par divers ministères interposés?

Qui.

Écrit par : Nic | 19/07/2007

Vous me semblez indécrottablement antisémite, je vous laisse donc le dernier mot.

Écrit par : Jean Robin | 19/07/2007

Et voilà, mis (de façon brillante) devant une démonstration implacable des agissements de la "communauté", le sieur botte en touche avec la suprême insulte de notre république démocratique, j'ai nommé ANTISEMITE !

On peut noter le "indécrottablement", crotte étant associé à ANTISEMITE ou SEMITE ?

Écrit par : Jérôme | 20/07/2007

Je ne vois pas le problème à qualifier un antisémite revendiqué d'antisémite. Vous, si ? Comment faudrait-il l'appeler alors ? Personne ayant peu d'empathie pour les juifs ?

Écrit par : Jean Robin | 20/07/2007

Au fond, c'est flatteur. Pensez donc, nous voilà aux côtés de Cicéron, Tacite, Erasme, Malesherbes, de Vigny, de Balzac, Hugo, Wagner, Michelet, de Maupassant, Goethe, etc.

Écrit par : Nic | 20/07/2007

C'est ça, et celui qui reste en prison pendant 28 ans peut se comparer à Mandela.

Écrit par : Jean Robin | 20/07/2007

Encore une fois, je me sens proche des pauvres palestiniens parqués et massacrés comme des animaux.
Comme ils sont de race sémitique, je ne suis pas antisémite. CQFD

DSK n'est pas de race sémitique, ni Rothschild. Si je manifeste peu de sympathie pour eux, je ne suis donc pas antisémite. Re CQFD

Oh je vous vois venir : manipulation sémantique, etc.

Et bien il faut trouver un autre terme ! Lancez un concours, faites des tests de sonorité marketing, faites une campagne de pub ...

Écrit par : Jérôme | 20/07/2007

De même que certains conseillent, pour comprendre vraiment K. Marx, de lire ses Poésies (ce n'est pas une plaisanterie, si on peut dire), ainsi, pour comprendre vraiment J. Robin, le mieux est sans doute de lire "Le Royaume du Graal" (Ed. Guy TREDANIEL (1993). Comme il fait dans les 900 pages, inutile de dire que c'est presque le compagnon idéal des jeunes femmes qui craindraient de se faire attaquer cet été sur les plages de "notre beau pays".

Écrit par : Nic | 20/07/2007

Je fréquente également le blog de Jean Robin et j'avoue ne pas comprendre sa réaction juvénile et presque calomnieuse dans l'espace d'Anne Kling. Le fait de dénombrer telle ou telle catégorie présente dans tel ou tel organisme n'à rien de choquant, du moins selon vous n'y aurait-il rien de choquant s'il s'agissait d'une énumération bienveillante et satisfaite telle celle récente et médiatique de la merveilleuse présence en nombre de musulmanes dans le gouvernement Français, il est vrai qu'on y trouve aussi beaucoup de représentants en plus grand nombre encore d'une communauté toute particulière et dont presque magiquement aucun média ne parle. C'est idiot de traiter quelqu'un d'antisémite sur la foi de peu d'argument, d'autant que vous savez que cette injure peut détruire des carrières, vous êtes plus intelligent que çà je pense, essayez de dépasser ce que vous êtes comme vous saviez le faire à l'accoutumée.

Écrit par : Yann | 23/07/2007

Cher Yann,

Si je dis que votre réponse est aussi conne que les bretons que me rappelle votre prénom, que penserez-vous de ma réponse ?

Ce n'est pas parce que je qualifie un argument d'antisémite que la personne est elle-même pétrie d'antisémitisme.
Que je sache, Mme Kling n'a jamais souhaité la disparition des juifs, ni affirmé leur infériorité. Par contre, Hervé Ryssen dont elle a dit du bien sur son blog, si. Et cet article sur les juifs qui seraient comme ci ou comme ça va hélas dans le même sens. Je n'en conclus pas pour autant que Mme Kling est antisémite, et même si je le faisais quelle légitimité aurais-je, et quelle influence sur mes condisciples ?

Les faits sont les faits, et ils sont têtus.
Si je vous juge en fonction de ce que vous êtes et non de ce que vous faites, je suis dans le racisme, c'est ainsi.

Écrit par : Jean Robin | 23/07/2007

Si vous saviez le nombre de "carrières" - et, bien plus important : d'hommes - que leur combat contre les forces d'occupation a détruit depuis 1945 en Europe...

J. Robin est intelligent, et c'est justement pour cela qu'il qualifie telle ou telle personne d'"antisémite", à tort ou à raison. En même temps, l'intelligence n'a jamais été considérée comme la vertu par excellence dans les sociétés indo-européennes, et surtout pas l'intelligence sous sa forme discursive. Le caractère, voilà ce qui primait dans ces sociétés. Alors que le caractère n'exclut pas l'intelligence, et une intelligence beaucoup plus que discursive, l'intelligence se rencontre chez des individus complètement dépourvus de caractère, il suffit de passer en revue les goyim qui constituent le personnel politique de la Vème république pour s'en rendre compte. Intérieurement informes, ils ont un QI de golfeur coréen.

Par ailleurs, le mot d'"antisémite" n'a rien d'injurieux en soi. Il l'est dans un pays géré par des Juifs. Il ne l'est pas dans un pays dirigé par des non Juifs.

Écrit par : nic | 23/07/2007

Les commentaires sont fermés.