Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2007

LE MONDE ENTIER CONTRE SOI….CA NE FAIT PAS UN PEU BEAUCOUP ?

Un livre intitulé Le Monde contre soi – Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme vient de paraître sous la plume de Paul-Eric Blanrue. Si le mot antisémitisme ne figure pas dans le titre, il n’est malgré tout pas loin puisque cette compilation de citations sur la judéophobie est qualifiée par l’auteur lui-même, de livre universaliste se proposant de lutter contre les préjugés. Il semblerait que ce livre soit malgré tout accueilli avec des pincettes du côté de la Communauté, sans doute en raison de la personnalité de l’auteur, du choix de son éditeur, etc. Pourtant, ils devraient être rassurés. Dans le texte de présentation, on lit que l’auteur

« a défriché des documents de diverses natures (livres, interviews, films, etc.), cachés, méconnus, lus ou vus trop vite, qui incommodent parfois ceux qui aimeraient mieux ne pas savoir ce que leurs contemporains et prédécesseurs ont déclaré à un moment de leur vie, en public comme en privé (…) Ce projet, qui réserve de grandes surprises, se présente comme une sorte de manuel d'éducation civique non conformiste. L'objectif de l'auteur est "d'ouvrir les yeux de ceux qui veulent savoir d'où ils viennent et à quel type d'humanité ils appartiennent." Car on ne combat que ce que l'on connaît. » 

Ailleurs dans sa présentation, Paul-Eric Blanrue utilise le terme d’énigme antisémite pour qualifier la persistance proprement étonnante à travers le temps et l’espace de ladite  « judéophobie ». Une judéophobie qui s’étendrait jusqu’à avoir carrément le monde entier contre soi…Cela fait quand même beaucoup. A ce stade, je me demande s’il ne serait pas plus judicieux de prendre le problème par l’autre bout et de s’interroger sur une telle constance. Oui, enfin, pourquoi ? Pourquoi une persistance aussi stupéfiante de la « judéophobie » dans le temps et dans l’espace ? Il n’y aurait donc jamais eu que des salauds partout et en tous lieux ? Bizarre, quand même…

 

88eec873a6ea91562fc0e648bcbc0896.jpgLorsque les responsables communautaires parlent d’ouvrages de référence sur l’antisémitisme, ils se réfèrent rarement à celui de Bernard Lazare, publié en 1894 et intitulé L’antisémitisme, son histoire et ses causes. Parce qu’il date de 1894 ? Je ne pense pas que ce soit la bonne réponse. Ce serait plutôt parce que Bernard Lazare, bien que juif, n’a pas été à proprement parler tendre avec ses coreligionnaires et qu’à cette époque où l’on avait encore le droit d’exprimer quelques vérités, il a déclaré ceci en préambule de son livre :

« On m'a reproché à la fois d'avoir été antisémite et d'avoir trop vivement défendu les Juifs, et pour juger ce que j'avais écrit on s'est placé au point de vue de l'antisémitisme ou à celui du philosémitisme. On a eu tort car je ne suis ni antisémite, ni philosémite ; aussi n'ai-je voulu écrire ni une apologie, ni une diatribe, mais une étude impartiale, une étude d'histoire et de sociologie.

Je n'approuve pas l'antisémitisme, c'est une conception étroite, médiocre et incomplète, mais j'ai tenté de l'expliquer. Il n'était pas né sans causes, j'ai cherché ces causes. Ai-je réussi à les déterminer ? C'est à ceux qui liront ces pages d'en décider. Il m'a semblé qu'une opinion aussi universelle que l'antisémitisme, ayant fleuri dans tous les lieux et dans tous les temps, avant l'ère chrétienne et après, à Alexandrie, à Rome et à Antioche, en Arabie et en Perse, dans l'Europe du Moyen Âge et dans l'Europe moderne, en un mot, dans toutes les parties du monde où il y a eu et où il y a des Juifs, il m'a semblé qu'une telle opinion ne pouvait être le résultat d'une fantaisie et d'un caprice perpétuel, et qu'il devait y avoir à son éclosion et à sa permanence des raisons profondes et sérieuses. Aussi ai-je voulu donner un tableau d'ensemble de l'antisémitisme, de son histoire et de ses causes, j'en ai voulu suivre les modifications successives, les transformations et les changements.

Dans une telle étude il y aurait eu la matière de plusieurs livres, j'ai été par conséquent obligé de resserrer le sujet, d'en montrer les grandes lignes et d'en négliger le détail. Je compte en reprendre quelques parties, et un jour que j'espère prochain je tenterai de montrer quel a été dans le monde le rôle intellectuel, moral, économique et révolutionnaire du Juif, rôle que je n'ai fait ici qu'indiquer. (…) Si cette hostilité, cette répugnance même, ne s'étaient exercées vis-à-vis des juifs qu'en un temps et en un pays, il serait facile de démêler les causes restreintes de ces colères ; mais cette race a été, au contraire, en butte à la haine de tous les peuples au milieu desquels elle s'est établie. Il faut donc, puisque les ennemis des Juifs appartenaient aux races les plus diverses, qu'ils vivaient dans des contrées fort éloignées les unes des autres, qu'ils étaient régis par des lois différentes, gouvernés par des principes opposés, qu'ils n'avaient ni les mêmes moeurs, ni les mêmes coutumes, qu'ils étaient animés d'esprits dissemblables ne leur permettant pas de juger également de toutes choses, il faut donc que les causes générales de l'antisémitisme aient toujours résidé en Israël même et non chez ceux qui le combattirent.

Ceci n'est pas pour affirmer que les persécuteurs des Israélites eurent toujours le droit de leur côté, ni qu'ils ne se livrèrent pas à tous les excès que comportent les haines vives, mais pour poser en principe que les Juifs causèrent  en partie du moins leurs maux. Devant l'unanimité des manifestations antisémitiques, il est difficile d'admettre comme on a été trop porté à le faire qu'elles furent simplement dues à une guerre de religion, et il ne faudrait pas voir dans les luttes contre les Juifs la lutte du polythéisme contre le monothéisme et la lutte de la Trinité contre Jéhovah. Les peuples polythéistes, comme les peuples chrétiens, ont combattu, non pas la doctrine du Dieu Un, mais le Juif.

Quelles vertus ou quels vices valurent au Juif cette universelle inimitié ? Pourquoi fut-il tour à tour, et également, maltraité et haï par les Alexandrins et par les Romains, par les Persans et par les Arabes, par les Turcs et par les nations chrétiennes ? Parce que partout, et jusqu'à nos jours, le Juif fut un être insociable. Pourquoi était-il insociable ? Parce qu'il était exclusif, et son exclusivisme était à la fois politique et religieux, ou, pour mieux dire, il tenait à son culte politico-religieux, à sa loi. »

Un peu long, mais pas inintéressant, non ? L’étude de Bernard Lazare est fort instructive et mérite la lecture, spécialement les chapitres consacrés aux juifs et aux mouvements révolutionnaires. D’autant qu’ils ont été écrits en 1894. Donc, avant les événements que nous connaissons et que Bernard Lazare ne connaîtra pas car il mourra très jeune en 1903, à l’âge de 38 ans. Mais nous en parlerons demain.

Commentaires

Question innocente : quel est LE point commun entre tous les "antisémites" ?...........

Écrit par : Martial | 03/07/2007

Les commentaires sont fermés.