Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2007

ANTISEMITISME?

b412088b1f5faa2910a6c402d82f4e0b.jpg

Avant mon départ, j’ai été prise à partie par un correspondant, en dehors du blog, dans le registre : “votre antisémitisme est indécent, votre judéophobie obsessionnelle, vos idées haineuses, etc, etc”. J’ai donc décidé de faire une mise au point pour moi-même, car il faut toujours se remettre en question, et pour ceux qui me lisent.

Ce blog reflète-t-il de l’antisémitisme ? Franchement, je ne le crois pas et je pense avoir d’excellentes raisons à cela. J’ai épousé un juif il y a trente ans, à une époque bénie où cette « qualité » relevait du seul domaine privé et n’avait pas encore envahi pratiquement tout l’espace public. Pour tout dire, à cette époque, être juif ou pas n’avait strictement aucune importance. Et on ne parlait pas d’antisémitisme car, à part quelques irréductibles, personne ne se sentait concerné.

La situation est à ce point différente aujourd’hui qu’on finit par avoir l’impression que la planète entière tourne exclusivement autour des juifs et de l’antisémitisme. Bizarre, non ? Or, pour apprécier le phénomène dans sa réalité, il faut bien se rendre compte que ce terme a totalement changé de sens. « L’antisémite n’est pas celui qui n’aime pas les juifs, c’est celui que les juifs n’aiment pas ». J’adore cette formule, que j’ai trouvée au hasard de mes lectures et qui est parfaitement pertinente. La voilà, la nouvelle définition de l’antisémitisme. Un  retournement assez génial, il faut le reconnaître.

Ce qui est sûr en tout cas, c’est que mon regard sur cette communauté, qui était très chaleureux il y a trente ans, a considérablement évolué. Peu à peu, au fil de mes activités politiques, j’ai été amenée à constater un certain nombre de réalités que je ne percevais pas auparavant. Et surtout, je me suis rendu compte qu’il était faux de parler, en France en tout cas, « des juifs » en général car, outre les disparités inhérentes à tout groupe humain, cohabitent sous ce vocable deux groupes profondément différents: la majorité, comme mon mari, qui vit sa judéité de façon distanciée et pour qui elle constitue une identité relèvant de la tradition familiale, sans plus. Qui ne se sent pas spécialement concerné par Israël et qui n’y a même jamais mis les pieds.

Et une minorité particulièrement agissante, généralement très engagée politiquement – à gauche jusqu’à une époque récente, mais les choses ont évolué – qui, elle, mène, à l’intérieur de notre pays, un combat différent et accapare la sphère publique dans des proportions sans commune mesure avec son importance numérique. C’est cette minorité, pour laquelle je ne cache pas ma profonde antipathie, qui constitue ma cible. Pour des raisons politiques, est-il besoin de le préciser.

Tout l’objet du livre La France LICRAtisée a été de démontrer de façon claire et difficilement réfutable, l’incroyable puissance de cette minorité dans la vie politique française des dernières décennies. Cette puissance, elle l’a exercée principalement à travers les médias. Car oui, c’est vrai, ce n’est pas un fantasme, cette frange minoritaire numériquement, mais très influente, très agissante, très soudée, très solidaire, est particulièrement présente dans les médias. Il y aurait une étude intéressante à faire sur la question. On remonte d’ailleurs assez facilement à la source de cette influence. Qui, au lendemain de la guerre, a été chargé de la liquidation des entreprises de presse confisquées aux pétainistes ou présumés tels ? Un député socialiste (nous étions sous la présidence de Vincent Auriol, président socialiste) qui s’appelait, le monde est petit, Jean Pierre-Bloch, futur président inamovible de la LICRA. Cet homme a eu la haute main sur la réorganisation de toute la presse française au lendemain de la guerre. Personne ne s’étonnera que beaucoup de ruisseaux d’aujourd’hui soient issus de cette source mirifique.

Etant à ce point présente dans les médias à des postes de direction, cette minorité parvient sur bien des points à faire passer son message de façon quasi totalitaire. Gare aux opinions éventuellement divergentes ! Elles se verraient automatiquement frappées du tabou suprême: antisémitisme. Mais la plupart du temps, il n’est même pas utile de brandir cette menace terrifiante. L’autocensure, obligatoire pour tous ceux qui ne souhaitent pas se suicider professionnellement et socialement, veille à la bonne conformité des opinions. Comme c’est simple ! Et efficace. Le verrouillage est particulièrement bien fait.

Face à cette situation de pouvoir quasi absolu, je considère qu’il faut malgré tout essayer de lutter et de préserver quelques espaces de parole divergente. Même si ces espaces sont limités et menacés, ils doivent au moins exister. Et semer quelques graines.

Voilà pourquoi je continuerai tant que je le pourrai à apporter d’autres éclairages, à braquer quelques projecteurs sur les zones d’ombre bien camouflées, à essayer d’appuyer là où ça risque de faire mal. Dieu sait qu’il ne manque pas de lieux où la parole totalitaire règne sans partage, sur ce blog en tout cas, on entendra autre chose.

Pas par « antisémitisme », aussi débile que n’importe quel racisme, mais par souci de rétablir quelques vérités dans leur complexité et leurs nuances, bien éloignées de l’indigeste et incroyable pâtée que l’on fait ingurgiter à une masse élevée à la pensée unique. Et qui ne s’en rend même plus compte.

Et je revendique le droit à la virulence, et même à la méchanceté. Malgré tous mes efforts, je sais que je n’arriverai jamais à atteindre le niveau de haine et de violence que ces gens ont déversées sans désemparer sur nous et nos idées depuis si longtemps. Et avec succès puisque plein de petits citoyens bien formatés volent à leur secours dès qu’ils entendent le mot fatidique : « antisémitisme ».

Nous, nous ne sommes pas des chiens de Pavlov et dans notre camp retranché, nous résisterons encore et toujours aux envahisseurs et à la pensée unique et obligatoire…Avec ou sans potion magique.

 Dessin de Konk

Commentaires

heureux de retrouver votre franchise et talent. un régal.

Écrit par : Esprit5 | 25/06/2007

Les cousins d'Amérique vous ont donc relâchée ! Welcome back !!

Écrit par : Martial | 26/06/2007

Heureux de vous retrouver Anne ! ;-)

Écrit par : Hervé | 26/06/2007

Moi aussi !

Excellente mise au point !
Le brave garçon qui vous critique n'est sans doute jamais passé devant les tribunaux !

Concernant la gigantesque influence des Juifs dans les médias, comment ne pas citer le cinéma ? Que votre valeureux contradicteur se donne la peine de lire le nom des producteurs des films et séries américaines. Ce qui leur donne une gigantesque influence sur les cerveaux. Cette situation dure depuis les débuts du cinéma : lire " le royaume de leurs rêves : la saga des Juifs qui ont fondé Hollywood " de Neil Glaber paru chez Calmann-Lévy en 2005, 564 p.

Écrit par : l'Eurasien | 27/06/2007

" J’ai épousé un juif il y a trente ans, à une époque bénie où cette « qualité » relevait du seul domaine privé et n’avait pas encore envahi pratiquement tout l’espace public."

Je ne comprends pas que vous vous serviez de votre mari juif pour pulvériser les attaques à votre encontre au sujet de votre prétendu antisémitisme. L'internaute n'ayant que les articles de votre blog pour se forger son avis. D'autre part, ça renforce l'idée, selon laquelle il faut, soit être juif, soit lié intimement à des juifs, pour pouvoir "s'arroger le droit" de porter un regard acide sur les travers des membres bien en cour de la "Communauté".

Dernière chose: il me semble contradictoire de défendre l'identité d'un pays, tout en cédant par ailleurs soi-même aux chants des sirènes du métissage. Je dirais la même chose concernant Gollnisch, qui s'est marié à une Japonaise.

Un fidèle de votre blog, surpris par vos dernières révélations.

Écrit par : JJ | 28/06/2007

bouh, que vous êtes compliqué! Je ne crois pas me "servir" de mon mari juif, j'essaie simplement d'expliquer mon évolution. Forcément à partir de mon cas particulier. Cette proximité m'a quand même permis d'apprendre un certain nombre de choses, dont les différences idéologiques essentielles qui existent entre les juifs, en France, ce dont je ne me serais sans doute pas rendu compte autrement. Loin de moi l'idée que seuls certains pourraient "s'arroger le droit" de critique. D'ailleurs, lorsque la LICRA m'a renvoyée en correctionnelle, comme bien d'autres et pour les mêmes raisons, mon mari juif ne m'a nullement "servi". C'est en tout cas à partir de ce moment-là que j'ai commencé à me poser certaines questions et à y chercher des réponses.

Votre deuxième remarque est pertinente. Il faut croire que je ne voyais pas les choses comme ça il y a trente ans et que ça ne m'est même jamais venu à l'esprit. Manque d'imagination, sans doute. Ceci dit, vous ne croyez pas qu'il y a métissage et métissage? Et que si l'identité du pays n'est guère menacée par la présence d'une communauté de 600 000 juifs, généralement d'un bon niveau culturel et social, les choses changent considérablement avec d'autres communautés infiniment plus nombreuses et moins éduquées? Le problème, c'est que c'est justement une fraction, numériquement minoritaire mais politiquement et médiatiquement très puissante, de la communauté juive, qui a ouvert à double battant, pour les raisons que j'expose dans mon livre, les portes à l' immigration massive que nous connaissons. Je ne reproche pas à ces gens-là d'être juifs, mais de s'être servi (eux, je crois qu'on peut le dire) de cette "qualité" pour imposer une évolution néfaste et contraire aux intérêts du pays. Mais apparemment conformes à d'autres intérêts.

Écrit par : anne kling | 28/06/2007

Les deux remarques de ce monsieur sont fort pertinentes. Pour me limiter à la première, il n'a pas dit, ni même sous-entendu, que vous pensez que "seuls certains [c'est-à-dire les Juifs] pourraient "s'arroger le droit" de critique". Ce qu'il a dit, c'est qu'"il faut, soit être juif, soit lié intimement à des juifs, pour pouvoir "s'arroger le droit" de porter un regard acide sur les travers des membres bien en cour de la "Communauté" [de la Kahal]". Il fait donc là un constat objectif. De fait, seuls les Juifs, les philosémites ou les antisémites sémitisés peuvent aujourd'hui critiquer le Juif sans s'exposer à autre chose qu'à des procès. Par là, je veux dire que, dans tous les cas, ils ont la vie sauve. L'emprise du Juif sur l'Occident est devenue tellement manifeste qu'il faut être sourd et aveugle pour ne pas s'en rendre compte. Comme il reste encore quelques Européens lucides, le Juif a tout intérêt à créer des "soupapes de sécurité" : vous, par exemple.

Écrit par : Nic | 28/06/2007

JJ votre message est un peu ridicule, parler de métissage à propos de l'union d'un Juif et d'une Chrétienne... Du metissage Religieux alors, et entre deux dogme d'une même racine. Ridicule.

Écrit par : Yann | 28/06/2007

bof, bof, moi une soupape de sécurité créée par les juifs? j'avoue que même dans mes rêves les plus fous, je n'avais jamais pensé à ça... mais bon, je respecte toutes les opinions...
de quels juifs parlez-vous d'ailleurs? si vous pensez à mon mari (pardon d'en parler encore) c'est l'homme au monde qui s'intéresse le moins à mes activités et à mon blog, ainsi qu'aux juifs en général d'ailleurs. si vous pensez à ceux de la LICRA et consorts, j'ai encore plus de mal à comprendre???

Écrit par : anne kling | 28/06/2007

"même dans mes rêves les plus fous"? On n'est pas loin du lapsus révélateur. A quel Juif est-ce que je me réfère? Ni à l'"agent culturel' (l'"artiste"), ni au Juif plus ou moins embourgeoisé des classes moyennes, mais à celui qui est la créature de la Loi et l'agent conscient de la Loi. Pour celui-ci, la démocratie est - comme l'avait justement noté Aristote - une des armes les plus efficaces pour éliminer la fleur d'une société, c'est-à-dire les meilleurs, et donc, en l'espèce, de détruire l'Occident. Et c'est précisément ici que, bien modestement, vous intervenez, en combattant les ennemis de la France au nom de la démocratie. Or, c'est justement la démocratie qui, historiquement et idéologiquement, est responsable de la situation dans laquelle ce pays et l'Europe se trouvent.
A bien d'autres égards, votre ouvrage n'en reste pas moins remarquable.

Écrit par : nic | 29/06/2007

Allez, allez, ne prenez pas pour argent comptant mes mauvaises plaisanteries... et où avez-vous pêché que je combattais "au nom de la démocratie"? quelle démocratie, d'ailleurs? la fausse, celle que nous connaissons, qui n'en a que l'apparence, et pas la réalité?
Si vous rejetez la démocratie - qui n'est pas un si mauvais système que ça sous certaines conditions -, que proposez-vous? L'aristocratie? celle du mérite, je veux bien. Pour le reste... La dictature? bof...
Et puis, est-ce réellement la démocratie qui est responsable de l'état du pays? il y a bien des pays démocratiques qui ne sont pas, de loin, dans cet état. Ne serait-ce pas plutôt la veulerie d'un peuple qui se trouve très bien de la société de consommation qui est la sienne en ce moment, et qui n'en demande pas davantage?

Écrit par : anne kling | 29/06/2007

Pour parler de métissage en cas de mariage chrétien européen-juif, il faudrait que les juifs soient d'une autre race que les européens. Or, ce n'est pas vrai pour les juifs ashkénases, qui descendent d'européens convertis au judaïsme à la suite d'un très ancien métissage. C'est également en grande partie faux pour les juifs pieds-noirs, qui descendent soit de juifs ibériques expulsés (donc européens), soit de tribus berbères converties au judaïsme (or, les berbères descendent en grande partie d'européens : romains, vandales, etc.).

Bref, rappel utile aux racialistes : les seuls descendants des hébreux sont les juifs qui n'ont pas été dispersés par les romains après les révoltes des 1er et 2ème siècles, parce qu'ils étaient chrétiens et ne se sont donc pas révoltés. Les autres se sont tellement métissés que leurs gènes se sont fondus dans ceux des populations qu'ils ont cotoyées.

Donc, les vrais descendants des hébreux sont les palestiniens chrétiens. Cela illustre d'ailleurs le fait que le judaïsme est une race mentale et explique que le mari d'Anne comme ses enfants peuvent parfaitement participer à la défense de notre identité européenne sans pour autant tomber dans la prétendue (mais par qui ?) "haine de soi".

Écrit par : Eric Lerouge | 29/06/2007

Vos interviews sont pleines de référence à la nécessité de s'opposer à l'islam, au communisme, etc, au nom de la démocratie, et, en tout cas, au nom des pseudo-valeurs qui sont au fondement de la démocratie. Pour prendre un exemple limite, un serf n'avait aucun liberté d'expression et se fichait d'ailleurs pas mal d'en avoir une : en revanche, il vivait de son travail, et pas en parasite, comme la plupart de nos contemporains, que ce soit par instinct ou par nécessité. Le démocrate a certains traits en commun avec le communiste : pour le démocrate, il y a la "vraie démocratie" et la "fausse démocratie", tout comme, pour le communiste, il y a le "vrai communisme" et le "faux communisme", ni l'un ni l'autre de nos rêveurs ne se rendant compte que la démocratie et le communisme tels qu'ils sont apparus dans l'histoire sont l'application parfaite des principes qui les sous-tendent chacun. Relisez Platon et Aristote, - des philosophes qui étaient aussi hommes d'Etat - et vous vous rendrez compte que la démocratie moderne reproduit à l'identique la démocratie antique, y compris en ce qui concerne la corruption. Même Vidal-Nacquet l'a entrevu, c'est vous dire.

La démocratie mène à la tyrannie, car "un excès de liberté ne peut tourner qu'en excès de servitude aussi bien pour l'individu que pour l'Etat" ("La république"). De la démocratie on passe à la tyrannie. A la tyrannie, et non pas à la dictature, qui, dans l'antiquité, était une magistrature : un homme fort prend le pouvoir afin d'éviter que l'Etat et la société ne sombre dans le chaos. De même, aujourd'hui, le petit blanc individualiste et je-m'en-foutiste drogué au téléphone portable et au bulletin de vote a bien besoin d'être sérieusement repris en main.

"la démocratie, dîtes-vous, n'est pas un si mauvais système que ça sous certaines conditions". Pas "sous certaines conditions" (comme l'histoire le montre : les mêmes causes produisent les mêmes effets en politique), mais "pour certains". Nuance. La démocratie est un régime idéal et même paradisiaque pour les veules et les lâches, qu'elle fabrique en série par l'intermédiaire de son "éducation". C'est si vrai que le type humain qui sert de personnel politique et administratif aux démocraties est celui-là même qui portait le nom de "paria" ou de "sans foi ni loi" dans les sociétés traditionnelles indo-européennes.

Disraeli disait à juste titre : "le sang, c'est tout". Même si le mérite comptait bien davantage dans les sociétés traditionnelles européennes qu'aujourd'hui, le fait est que la notion d'"aristocratie du mérite" est une notion romantique. De toutes façons, l'aristocratie européenne est actuellement en majorité juive. Fort heureusement, nos ancêtres ont eu la bonne idée de se reproduire hors mariage.

"des pays démocratiques qui ne sont pas, de loin, dans cet état"? Il est certain que la Norvège gynécocratique et le supermarché d'Andorre ne sont pas encore en phase terminale.

Écrit par : Nic | 29/06/2007

"Soupape de sécurité", "antisémite sémitisée" ...
Ne vous étonnez pas, Anne Kling, de ces "qualificatifs". Vous avez probablement affaire à l'intervention d'un adepte de la galaxie sectaire des "Nationaux-Révolutionnaire". Votre tort ? Être proche du milieu identitaire qui a été décrété par le gourou et messie cosmoplanétaire Christian Bouchet du haut de son Mandarom comme un repaire d'atlanto-sionistes.

Une certaine prose sur vous, "la vraie sioniste, voire la juive inavouée - avec un nom pareil ! - qui fait semblant de combattre une trop grande influence juive en France et en Europe pour mieux rappeler à ces même juifs leur obligations et leur devoir envers l'Israël" court actuellement sur internet et agite certains milieux comme les nouveaux alliés de circonstances du sieur Bouchet, à savoir les immigrationnistes gauchistes de "La banlieue s'exprime" proche de Dieudonné M'Bala M'Bala et de José Bové ...

J'ai moi-même été traité de sioniste par ces gens (les NR)pour avoir dit qu'il fallait faire la part des choses entre la population d'origine juive et les lobbies et pour avoir suggéré que l'influence néfaste d'un lobby était moins due à la puissance réelle de ses membres qu'à faiblesse des individus sur lesquels il font pression, bref pour avoir dit que l'influence du CRIF n'est que circonstancielle et que le véritable ennemi des libertés et des intérêts des peuples de France, c'était le pouvoir républicain.
J'avais également suggéré que l'Israël n'exerçait aucune influence sur les USA mais qu'au contraire, tout indique - je suis en accord sur ce point avec Philippe Grasset du site "de defensa" - que les USA influencent bel et bien la politique israëlienne.
En fait, j'avais simplement relativisé, ô crime suprême, la réalité d'une inébranlable influence juive sur toute les affaires du monde et suggéré que plutôt que se répandre dans le défaitisme inopérant et les imprécations antisémites, concentrer ses attaques de toute nature contre les véritables détenteurs du pouvoir, ceux qui laissent délibérément s'exercer sur notre sol des influences étrangères et néfastes à nos intérêts ...

Écrit par : Sylf | 02/07/2007

merci d'éclairer ma lanterne. j'ai une très grande force - ou une très grande faiblesse, ça dépend de quel point de vue on se place - c'est que je me contrefiche de ce que l'on peut penser ou dire à mon sujet. c'est comme ça, je n'y peux rien. je fais ce que j'estime devoir faire, ce qui correspond à ce que je pense réellement et advienne que pourra! je ne suis pas une théoricienne ni une dogmatique et je suis parfaitement consciente de tout ce que j'ignore. de toute façon, le sujet qui nous occupe est le plus passionnel qui soit et personne ne possède la vérité, toute la vérité et rien que la vérité sur la question. à chacun de l'appréhender en fonction de sa personnalité, de son parcours et de ses convictions. dommage quand même que dans ce milieu on perde son temps à des futilités pareilles alors qu'il y aurait tant à faire...

Écrit par : anne kling | 02/07/2007

En affirmant que "le véritable ennemi des libertés et des intérêts des peuples de France, c'était le pouvoir républicain", vous êtes dans un cercle vicieux, car le pouvoir républicain est un pouvoir juif, directement inspiré par les principes du Kahal et les préceptes talmudiques.

Écrit par : Nic | 04/07/2007

Superbe article sur l'action menée par le fameux lobby tout-puissant en France. Jusqu'à quand ? :

http://borislelay.blogspot.com/2008/04/la-marche-historique-de-la-pieuvre.html

Écrit par : l'Eurasien | 28/04/2008

Ce blog me vas bien, très instructif

Écrit par : yapukaloq | 03/07/2014

Les commentaires sont fermés.