Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2007

IL FAUT DEGOMMER PAUL GOMA

32027951b29a8b717038f14d9b00699f.jpgLe  Monde a publié le 29 mai, sous la plume de Mihaï Dinu Gheorghiu, un article intitulé L’honneur perdu d’un dissident roumain s’indignant de ce que l’écrivain roumain Paul Goma ait été nommé « citoyen d’honneur » de la ville de Timisoara, et en appelant à l’Etat français et à l’Europe. Pourquoi une telle indignation ? C’est que Paul Goma a commis un crime épouvantable. Le pire qui se puisse commettre sous la voûte des cieux. J’ose à peine l’évoquer, mais enfin, à demi-mot, je vous le glisse. Tâchez de ne pas l’ébruiter. Il serait antisémite. Incroyable ! Encore un !

Tâchons de débrouiller cette histoire roumaine compliquée. L’accusateur, d’abord : Mihaï Dinu Gheorghiu est sociologue, professeur à l'université de Iasi et membre de l'Institut Elie-Wiesel de Bucarest.  Il a la double nationalité française et roumaine et vit en France.

L’accusé est Paul Goma, né en 1935, écrivain roumain et dissident anti-communiste. Lui aussi vit en France où il est réfugié politique depuis 1977. Et apatride, puisque la Roumanie lui a retiré sa nationalité et qu’il n’a pas souhaité devenir français.

Dans son désir d’honorer ce citoyen courageux, qui a connu les geôles et la torture de la Securitate, la mairie de Timisoara, circonstance aggravante, n’a pas péché par ignorance. Elle connaissait parfaitement les écrits « antisémites et négationnistes » de Paul Goma. D’ailleurs, la lettre détaillant les raisons qui l’ont amenée à lui offrir cet honneur comporte le paragraphe suivant :

"En 2002, Paul Goma écrit l'essai La Semaine rouge 28 juin-3 juillet, ou la Bessarabie et les juifs. Dans cet ouvrage, l'auteur présente les atrocités commises par la population non roumaine (dont aussi des juifs) pendant la retraite des troupes et de l'administration roumaine de Bessarabie et de Bucovine, après les ultimatums soviétiques de juin 1940 (le pacte germano-soviétique attribuait une partie de l'est de la Roumanie à l'URSS - partie qui fut occupée jusqu'au déclenchement de l'offensive de l'Axe contre l'Union soviétique). L'explication de l'auteur pour la fermeté avec laquelle le régime Antonescu avait puni les juifs, après le 22 juin 1941 (date de l'entrée des troupes allemandes et roumaines en URSS, les populations juives étaient accusées d'avoir sympathisé avec les Soviétiques), est fondée sur la vengeance pour les faits condamnables de l'année précédente. Paul Goma milite en même temps pour que les juifs assument la responsabilité de leurs crimes commis contre les Roumains et il se prononce contre la falsification (distorsion) de l'histoire avec l'intention de faire un mythe exclusif d'un génocide contre les seuls juifs avec des objectifs politiques (de domination), économiques (extorquer des fonds) et de culpabilisation de toutes les autres nations, non juives, sans une analyse de leurs propres actions criminelles anti-roumaines, soutenues et approuvées par la quasi-totalité des cercles juifs. Entre 2002 et 2005, cet essai a connu plusieurs versions. (...)"

Reconnaissez qu’il y va fort, Paul Goma. Et qu’il faut le dégommer en vitesse, avant qu’il ne donne des idées à d’autres. D’ailleurs, la communauté juive roumaine et l’ambassade d’Israël à Bucarest ont officiellement protesté, elles aussi.

ba492ec21458c2fca07b4973a6b3b8e3.jpgEn fait,  l’histoire est encore plus compliquée qu’il n’y paraît et a, comme toujours, des racines plus lointaines. L’an dernier, en avril 2006, le gouvernement avait créé une commission, dite commission Tismaneanu, chargée de procéder à des investigations au sujet des exactions commises par les communistes en Roumanie. Bonne idée, non ? Sauf que le président de cette commission, Vladimir Tismaneanu, n’était pas n’importe qui. Ses parents étaient tous deux juifs, communistes et vétérans de la guerre civile espagnole. Son père occupait la chaire de marxisme-léninisme à l’université de Bucarest. Dans ces conditions, Vladimir Tismaneanu était-il la personne la plus qualifiée pour enquêter sur les crimes du communisme en Roumanie ? C’est une bonne question qu’on a fini par se poser même là-bas et les conclusions de la commission, rendues en décembre 2006 – ça a été du travail rapide, pas comme le procès dont nous parlions hier – sont légèrement controversées.

D’ailleurs, Paul Goma y avait fait un tour, à cette commission. Pas longtemps. 9 jours. Il s’était rapidement fait éjecter. Une polémique l’avait opposé à Tismaneanu qu’il estimait incapable d’être impartial en cette affaire, ayant été élevé dans la nomenklatura. Et il avait rappelé que son père, Leonte Tismaneanu, avait été “l’un des principaux agents du communisme en Roumanie, et l’un des plus féroces ».

Commentaires

La Shoah comme écran de fumée, on connaissait déjà ; ça se confirme. Le bolchevisme étant quelque chose de bien installé dans certaines têtes, le mur de huit mètres de haut qui sépare les bons Israéliens des méchants Palestiniens ne va pas sans rappeler celui de Berlin, qui n'était qu'un élément spécial du Rideau de fer. Il faut avoir vu ce mur de béton couper en deux des oliveraies et autres exploitations de simple subsistance pour mesurer l'invraisemblable violence que subissent quotidiennement des Palestiniens musulmans ou chrétiens. Heureusement, il y a des Paul Goma à désigner à l'opprobre international... qui marche de moins en moins dans la combine, preuve définitive que tout non-Juif est un "antisémite" au moins potentiel.

Écrit par : Martial | 31/05/2007

Et bien entendu c'est Le Monde qui se fait le relais de tout cela, ledit Gheorghiu n'étant pas vraiment celui qui pousse à cela d'ailleurs, mais bien Nicolas Weill et sa compagne Alexandra Laignel-Lavastine qui, inlassablement, prêchent la bonne parole dans les colonnes de la Pravda germanopratine, dont ils sont les gardiens de la vigilance contre le retour de la bête immonde...

Très intéressant cette affaire. Elle montre à quel point un certain lobby a repris une vigueur incroyable en Europe de l'Est, où des musées de la mémoire fleurissent un peu partout, grâce à l'action des fondations Elie Wiesel et autres, loin d'être dépourvues de moyens...

Écrit par : comte zaroff | 31/05/2007

Mes chers amis.... ce que vous oubliez nous dire ce que Monsieur Paul Goma n'est pas qu'un antisémite mais un négationniste….qui fait attention comment il glisse ses « réflexions » mais négationniste quand même !
Il faut le lire en roumain pour comprendre cela…il ne loupe pas une occasion pour dire « tout bas – ce qu’il pense tout haut » !
Avant de faire l’apologie d’un tel personnage – faut peut-être se renseigner !

Écrit par : myriam | 07/03/2008

Point n'est besoin d'être antisémite pour être "négationniste", c'est-à-dire, tout bonnement, pour s'interroger sur la validité du dogme des six millions de morts. Il suffit pour cela d'être un historien soucieux de vérité démontrée... et courageux. Il faudra qu'on m'explique un jour ce qu'ont à gagner les "négationnistes" à émettre publiquement de simples interrogations, qui leur valent automatiquement des condamnations judiciaires très lourdes et la déchéance sociale, ainsi que la réprobation de leurs concierges nourris à la shoah obligatoire, sarkoïde ou non. Le fascisme n'est décidément plus là où il est encore de bon ton de le voir.

Écrit par : Martial | 08/03/2008

J'ajoute qu'on n'a jamais vu, jusqu'à présent, une THEORIE HISTORIQUE (car ce n'est qu'une théorie) s'imposer par voie législative et judiciaire. J'ajoute, enfin, qu'une THEORIE HISTORIQUE (car ce n'est qu'une théorie) qui a besoin de l'appareil législatif et judiciaire pour s'imposer avoue du même coup sa fragilité en tant que dogme arbitrairement et unilatéralement déclaré. Tout esprit libre doit absolument se révolter contre ce genre de totalitarisme comme contre tous les autres genres de totaliltarisme, quitte à encourir la réprobation et (ou) la condamnation des esprits dominés par la peur que l'idéologie dominante cherche à leur communiquer pour les maintenir dans l'ignorance et le mensonge

Écrit par : Martial | 09/03/2008

« Courageux » ???? Vous dites que Paul Goma est courageux parce qu’il est négationniste ?

NON ! C’EST LE CONTRAIRE !!!

Je sais qu’il est dur d’admettre que la génération de ses parents et ses grands-parents était capable du pire. Paul Goma devrait pourtant connaître cette vérité car il est né en 1933 en Bessarabie et il avait 8 ans lors des massacrés qui ont eu lieu dans sa région – il devrait se souvenir de ce qu’il a vu dans son village… Or il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre !
La Roumanie vient de reconnaître (on dit que vaut mieux tard que jamais !) que maintenant après 60 ans - la Shoah sur son territoire: The report of the International Commission on the Holocaust in Romania was submitted to President Ion Iliescu in Bucharest on November 11, 2004. Il conclut qu’entre 45 000 et 60 000 mille Juifs ont été tués en Bessarabie et Bucovine en 1941. Entre 105 000 et 120 000 Juifs roumains, ont été déportés et tués en Transnistrie. Entre 115 000 et 180 000 Juifs habitant les régions d’Odessa et les districts de Golta et Berezovca ont été liquidés. Au moins 15 000 Juifs de Regat ont été tués. Environ 132 000 Juifs ont été déportés et tués entre mai et juin 1944 dans le nord de la Transylvanie sous l’autorité hongroise. Environ 25 000 Roms (dont la moitié parmi eux étaient des enfants) ont été déportés en Transnistrie et environ 11 000 ont péri.

Contrairement à ce que vous dite, il faut être courageux pour accepter la vérité…
Mais même si on se bouche les yeux comme Goma, le passé nous rattrape tôt ou tard. Même après 60 ans, le cadavre enfermé dans le placard finit toujours par être découvert - la vérité est libératrice et nécessaire, comme un rayon de soleil qui s’oppose aux ténèbres de l’ignorance.
Vous demandez pourquoi il faut une loi contre le négationnisme ? PARCE QU’IL FAUT UNE LOI POUR DEFENDRE LA MEMOIRE DES MORTS QUI NE PEUVENT PLUS SE DEFENDRE - CAR ILS SONT PARTIS EN FUME !!!

Écrit par : myriam | 10/03/2008

Vous ne semblez pas comprendre le ras-le-bol à la fois raisonné et épidermique des Français à qui on ne cesse de faire grief (faussement, mais qu'importe !) de chaque mort juif de la deuxième guerre mondiale, et pas seulement de ceux qui ont été raflés en territoire français. Je vais vous horrifier davantage, mais tant pis : tous ces malheureux Juifs qui ont péri à cause de la folie païenne des nazis (il y en a eu beaucoup : on ne discute pas là-dessus) ont payé injustement pour les Juifs bolcheviques pétris de haine antichrétienne, anti-boyards, anti-koulaks qui ont fait périr des millions d'Ukrainiens, entre autres : ce chiffre est de plus en plus avéré par les recherches historiques enfin libérées du marxisme, de ses pompes et de ses oeuvres. Alors, de grâce : changez de disque. Il est rayé, et il commence à filer gravement les boules à pas mal de gens, y compris des gens qui, comme moi, ont longtemps coupé dans les bobards vraiment "trop excessifs" des grands prêtres patentés du Shoah Business. Nous faisons une OVERDOSE massive de Shoah, voyez-vous. Pas courageux, un Faurisson ? Depuis le temps qu'il en prend plein la gueule parce qu'il réclame juste le droit de DISCUTER !... La Shoah est une religion qui a ses thuriféraires, ses cériféraires, ses chantres, ses pleureuses et surtout, sa Haute Inquisition. Je ne peux plus supporter les jérémiades, glapissements et autres hurlement de douleur par procuration de tout ce monde-là. Et je ne suis pas le seul : ça a commencé par les gens qui essayent de réfléchir un peu. Attendez que ça gagne le populo, et vous constaterez qu'une fois de plus, en faire trop vous retombe toujours sur le nez. L'antiracisme a créé un surcroît de racisme. Le Shoah Business va susciter un désintérêt croissant pour la Shoah. C'est affiché.

Écrit par : Martial | 10/03/2008

Ça c'est la meilleure !

Un Blog d'extrême droite qui récupère un militant anti-communiste dont tout le monde sait à quel point il déteste tant l'extrême droite (française ou "nationalement internationale", d'aujourd'hui ou d'hier) que l'extrême gauche.

Le Pen avait déja essayé, mais s'y était déja cassé les dents.

Et le dégoût de Paul Goma pour les extrêmes ne s'arrêtes pas au seul domaine politique mais s'étend à toutes les formes d'êxtrémisme : idéologique, religieux, historien; et bien évidemment les deux pires formes d'extremisme mère de tous les extrémismes : l'Ignorance et l'oubli.

Ignorance, qui entraine la haine de l'autre qui est différent, l'ignorance qui appelle l'oubli de ce qui à pu être su, l'ignorance qui vous condamne à regretter un passé idéal qui n'a jamais existé...

Elle doit bien se marrer la mère Kling
Entre le scéptique de service (on n'y était pas donc on sait pas) et l'agent d'influence de service (j'écris ce qu'on ma dit d'écrire)...

Je me désole de voir ce genre de disputailles en terre ennemie ou l'un pense que les pays de l'Est sont libérés du communisme et l'autre imaginer qu'un peuple victime ne peut en aucun cas avoir eu ou encore avoir aujourd'hui des criminels dans ses rangs...

Et comme disait Ionesco "Les extrêmes couchent dans le même lit de haîne et de folie, se nourrisent de la même ignorance et au grand jour font comme si elles ne se connaissaient pas..."

Écrit par : Anti extrêmes | 12/03/2008

J'ignore quelle part de vrai il y a dans ce qu'on nous raconte au sujet de la Shoah. Ce dont je suis sûr, en tout cas, c'est que la Shoah est une affaire qui marche : après l'Allemagne et la Suisse, la Belgique en sait à son tour quelque chose, qui s'apprête à payer au terrorisme idéologique juif la coquette somme de 110 millions d'euros pour avoir été un pays goy occupé par les nazis pendant la seconde guerre mondiale. Tant mieux pour les Juifs qui vont palper ce pactole aujourd'hui. Tant pis pour ceux (il y en a eu) qui sont "partis en fumée", comme on nous l'a rappelé dernièrement ; peut-être que le fumet de cet argent - qui a une odeur, paraît-il - parviendra jusqu'à l'endroit où se toruvent à présent les âmes de ces malheureux, mais je doute que cela leur apporte la moindre consolation.

THERE IS NO BUSINESS LIKE SHOAH BUSINESS !!!

Écrit par : Martial | 12/03/2008

Ecrit par Martial: « Je ne peux plus supporter les jérémiades, glapissements et autres hurlement de douleur par procuration de tout ce monde-là. »

Ben alors…. Mais qui vous oblige d’écrire sur un sujet que vous ne pouvez plus « supporter » d’entendre parler ?

Si vous en pouviez plus entendre parler de la Shoah, pourquoi vous n’arrêtez pas d’écrire sur ce sujet ?

Quand on ne supporte plus quelque chose, on n’y touche plus !!! Or, votre acharnement prouve incontestablement que ce qui vous fait plaisir c’est justement de parler sur ce sujet !

Vous « glapissez », vous nous cassez les oreilles par des....« jérémiades,en hurlant la douleur par procuration » du monde frustré des négationnistes, antisémites et tout sortes des nazillons amères et frustrés qu’ils ne peuvent plus lever la main droit en criant en publique « Heil » comme dans les années 30 !

En « glapissant » contre les lois, les morts, les vivants, la mémoire et… une vérité qui vraisemblablement vous dérange…

Écrit par : myraim | 12/03/2008

Anti extrême: »Un Blog d'extrême droite qui récupère un militant anti-communiste dont tout le monde sait à quel point il déteste tant l'extrême droite (française ou "nationalement internationale", d'aujourd'hui ou d'hier) que l'extrême gauche. »

Vous vous trompez cher ami, de croire que Paul Goma n’est pas « un militant extrémiste » !

Anti-communiste oui…Mais il était depuis toujours un d’extrême droite - sympatisant du régime fasciste d'Antonescu, d'ailleurs comme ses confrères Eliade et Cioran !!!!!

Alors ne vous étonnez pas de le trouver ici sur ce blog d’extrême droite, chouchouté par des antisémites et des négationnistes, et d’être présenté comme une victime expiratoire !

Pour quoi pensez vous qu’il était « éjecté » depuis partout dans tous les milieux ?? Parce qu’il est qu’un doux agneau militant et anti-communiste qui déteste les extrêmes ?

Ces articles, livres, et ses discours dites en roumains (car en français il fait plus attention à ce qu’il dit !) nous donnent une idée plus clairvoyante de ce personnage : un être méprisable, et haineux, qui joue double !

Écrit par : myriam | 12/03/2008

Ce qui dérange en fait l'"anti-extrême" (sic) de service, ce n'est pas que des gens de droite citent un anti-fââchiste (il prétend y voir une tentative de "récupération" !), c'est qu'un homme bien placé pour vomir EN TOUT CAS le communisme puisse émettre des propos "révisionnistes". Là, ça devient difficile à défendre, pour lui, il ne sait plus très bien où il en est, le gars, et il s'exprime donc de manière confuse. Je trouve amusant aussi d'assister une fois de plus à ce tic de gauche, voire d'extrême gauche qui consiste à ne voir que de l'extrême droite partout, alors que ce qui est taxé d'extrême droitisme aujourd'hui n'est que la droite d'hier, c'est-à-dire la vraie, ni plus, ni moins. Je renvoie dos à dos Myriam, qui déteste Goma-le-révisionniste, et Anti-extrêmes, qui défend vaillamment la mémoire de Goma-l'anti-totalitaire" : mais s'ils veulent nous faire beaucoup de petits rigolos comme eux, qu'ils se retournent de temps en temps ! Allez, bonhomme, tu as bien craché ta bile rosâtre foncé sur le blogue de la "mère Kling". Maintenant, "casse-toi, pauv' con !".

Écrit par : Martial | 12/03/2008

Dieu sait que je n'ai pas vraiment envie de rigoler en ce moment, mais mes chers correspondants ont quand même réussi à me dérider.
Tout d'abord, pourquoi exhumer aujourd'hui une note vieille de près d'un an? Mystère ...
Ensuite, considérer que Paul Goma a été sur ce blog "chouchouté par des antisémites et des négationnistes et présenté comme une victime "expiratoire", là, franchement, je me suis marrée. Dieu merci, Paul Goma n'a pas encore "expiré", mais par contre, nous expions tous dans le climat actuel de ce pays le crime intolérable qui consiste à se poser quelques questions et à essayer de démêler les fils confus de l'histoire et les responsabilités, bien partagées, de toutes les horreurs commises.
Bon, allez, encore quelques commentaires du même tonneau et je sens que la forme va revenir ...

Écrit par : anne kling | 12/03/2008

« dans le climat actuel de ce pays le crime intolérable qui consiste à se poser quelques questions et à essayer de démêler les fils confus de l'histoire et les responsabilités, bien partagées, de toutes les horreurs commises. »



Mais voyons !!! Une partie des réponses que vous vous posez, vous pouvez les trouver à travers l’émission : « La Shoah par balles, L’histoire oubliée » sur France 3 à 20h55 ce soir le 12.03.08 !

Écrit par : myriam | 12/03/2008

Chère myriam, je vous met au défi de me donner la page et le nom de l'ouvrage où Paul Goma aurait pu avoir de propos à caractère antisémite ou révisionniste

c'est pourtant simple, la quasi totalité de ses écrits sont disponibles sur son site, en PDF
Pour ce qui est de comprendre le roumain, ne vous en faites pas, je me débrouille parfaitement, c'est comme qui dirait ma langue maternelle.

Pour ce qui est de "Mais il (Paul Goma) était depuis toujours un d’extrême droite - sympatisant du régime fasciste d'Antonescu, d'ailleurs comme ses confrères Eliade et Cioran !!!!!"
C'est marrant mais c'est exactement le genre de débilités que la les agents d'influence de la Securitate utilisaient à l'époque et qu'utilisent encore aujourd'hui ses détracteurs (du gouvernement ou d'ancien anti-communistes, qui se trouvent à la tête d'édition, de rédactions, attachés culturels voire même ambassadeurs)
allez une petite liste des qualificatifs discalifiants accollés à Paul Goma:
Enjuivé (épouse et beau parent Juifs et évidement son fils)
Homosexuel (ça peut faire sourire mais c'était une cause d'emprisonnement dans l'ére Ceaucescu)
Espion Russe
Agent occidental
et avec la Semaine Rouge (Săptămâna Roşie) de pro Antonescu (Faciste étant un terme abusif puisqu'il désigne les Partisant de Mussolini, il était Légionaire : Equivalent de l'extrême droite, de type militaire).

Alors que que l'exercice fait dans "la Semaine Rouge" est d'expliquer et non pas de justifier ou d'excuser, les évènements des cette époque troublée que Paul Goma a vécu en Direct Live(réfugie partie de bassarabie pour la transilvanie, toujours prêts à fuire les troupes armées quelles soient russes ou Allemande), il se trouve accusé de partager à 100% des opinions des personnages qu'il couche sur le papier?

Et ce que vous semblez oublier lorsque vous osez parler du cas roumain, c'est que La Roumanie à eu à choisir entre la Peste et le Choléra dans cette guerre.
D'un côté l'URSS qui avec le Pacte Staline-Hitler (improprement dénommé Molotov-Ribbentrop) bouffait la Bessarabie et de l'autre après un changement d'alliance des renforts pour récupérer ces territoires tout en subissant la revanche des Hongrois qui s'installait sur une autre partie du territoire.
La France n'a heureusement pas eu à faire ce choix cruel.
Bien qu'ironiquement La France aussi possède son lot d'amnésie sur les 22 première semaines d'occupation Allemande lorsque le Pacte Hitler Staline était encore de mise :
Les communistes français (ceux fideles à Staline, pas les factions communistes parties se battre en Espagne et se faire assasiner par les groupes Stalinistes) ont pendant 22 semaines aplaudit des deux mains l'occupation Allemande... et plus selons leur affinitées et/ou directives de cellules.



Donc Miss Myriam, le mot est lancé : Prouvez par des citations avec nom d'ouvrage et n° de pages les propos callomnieux qui sont les votres ou que l'on vous a soufflé.
Votre bibliothèque de référence est disponible en accès gratuit sur le Web (paulgoma.free.fr)
Et pas la peine de biaiser en sortant les extraits de leur contexte, je lis suffisamment bien le roumain.

Écrit par : Anti Extrêmes | 14/03/2008

Pour éviter les confusions le commentaire est en roumain.
"Din câte stiu negationist este calificativul celui ce neaga metodele naziste de exterminare a evreilor prin gaz , întrebare: unde si în ce context Paul Goma a negat existenta acestor metode ? A reaminti ca evreii din Basarabia, în particular cei implicati în politica Kremlinului, nu au fost deloc îngeri cu populatia romaneasca nu înseamna antisemitism sau negationism domninisora Myriam."

Écrit par : serban picanta | 20/07/2008

Je suis arrivé aux mêmes conclusions sans fréquenter certains milieux décriés par la bien-pensence ou me nourrir de théories anti-sémites. C'est le bon sens élémentaire qui me pousse à me poser des questions légitimes sur l'omni-présence du devoir de mémoirede de la Shoah et l'amnésie prèsque institutionnelle sur les crimes du communisme à travers la planète. Oublier que les théoriciens du communisme ont été juifs et par la suite l'appareil politique a été juif par prédilection, pour ne parler que de la Roumanie à la mise en place de la funeste dictature.
Concernant Goma, j'ai beaucoup d'admiration pour son courage. Avoir écrit, mis noir sur blanc une page très douloureuse de l'histoire de la Roumanie, tout en connaissant l'opprobe qui allait s'abattre sur lui, c'est un acte de bravoure, sinon de suicide littéraire ou intellectuel. Il a prouvé encore une fois à travers son existence qu'il est vraiment loin de tous les " arrangements" avec l'histoire. L'Histoire lui donnera raison, je n'en doute pas. Et s'il y a une revanche à prendre on la prendra. Il faudra du temps, mais je crois dans les forces du bien, dans l'humanité.

Écrit par : antiMyriam | 23/09/2012

C'est bien simple: la Roumanie est le pays présenté comme celui où la raffle des juifs a été parmi les plus systématiques en Europe.

Or, selon le rapport démographique du Congrès juif mondial lui-même à l'issue de la guerre, la Roumanie comptait en 1945 plus de 600000 juifs. Comme efficacité, on a déjà vu mieux....

Écrit par : Fred | 09/10/2012

Les commentaires sont fermés.