Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2007

Le général Luo, alias Jacob Rosenfeld : un héros de la Chine communiste

b9cc91079cd4ecafb69eeb66ad5003a9.jpgDécidément, les programmes de télé sont une source remarquable de (dés)information. Avant-hier soir, la chaîne cryptée Histoire proposait L’étonnant destin du général Luo : L’incroyable parcours du chirurgien juif autrichien Jacob Rosenfeld, qui devint un héros de la Chine communiste, retracé grâce à son journal de bord.

Alléchant, n’est-ce pas ? Je n’ai pas tardé à trouver un autre résumé plus explicite et encore plus flatteur : Ce documentaire retrace le parcours hors du commun de l'Autrichien Jacob Rosenfeld, alias " général Luo ", héros de la Chine communiste, mort à Jérusalem en 1952. En 1939, ce chirurgien juif fuit l'Autriche et les persécutions nazies pour s'installer à Shanghai. C'est là qu'il s'engage, en 1941, aux côtés des révolutionnaires du Parti communiste chinois. Ses talents de chirurgien et d'organisateur le rendent bientôt indispensable à l'armée populaire et à Mao Tsé-Toung, dont il deviendra l'un des plus proches. En 1945, il est nommé général, responsable de la santé des armées et de toutes les zones libérées. Parmi les Occidentaux ayant combattu dans les armées de Mao, il est le seul à être monté aussi haut dans la nouvelle hiérarchie politique et militaire. Plus tard, il sera ainsi ministre de la Santé du premier gouvernement communiste.

A grand renfort d'images d'archives et de témoignages, ce destin extraordinaire est relaté en compagnie du professeur Kaminski, qui retrouva, en 2001, le journal de bord - vainement recherché jusqu'alors - du général Luo. Ce dernier y a scrupuleusement décrit les étapes de la Longue Marche, au terme de laquelle il pénétrait, en 1949, dans Pékin, entrant en même temps dans la légende...

Bon, on ne va pas pinailler pour quelques détails. Il ne s’est pas enfui en 1939 de Dachau, au moment de l’Anschluss, il a tout bêtement été libéré à condition de quitter le pays dans les deux semaines. Il s’embarque derechef pour Shangai qui ne réclamait pas de visas aux juifs (pour quelle raison ? on ne nous le dit pas), où il retrouve 25 000 coreligionnaires dont on peut supposer a priori qu’ils n’étaient pas hostiles au communisme.

Contacté par le Komintern, il ne tarde pas à faire la brillante carrière décrite plus haut. Je constate en tout cas que s’il est définitivement interdit d’être un « héros » de l’Allemagne nazie, on a toujours parfaitement le droit d’être un « héros » de la Chine communiste. Tant pis pour les dizaines de millions de morts laissés sur le bord de la longue marche par le Grand Timonnier. On n’y peut rien, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs.

6ba9dcb5d645c5cc12c7e272d6b426d8.jpgRaison de plus pour rappeler quelques faits laissés dans l’ombre sans doute par distraction: ces années de guerre civile et de guerre contre les Japonais, qui se termineront par l’avènement de la République populaire de Chine en 1949, sont marquées, déjà,  par des massacres et des horreurs sans nom.  Une période de terreur particulière va s’abattre notamment sur le pays en 1943 – purges, tueries, abjectes autocritiques, victimes enterrées vivantes par milliers, cannibalisme – sous la férule d’une bête féroce nommée Kang Sheng, formée par le NKVD soviétique.

Mao fut l’un des pires criminels de l’histoire, l’idéologue d’un communisme utopique et totalement déshumanisé. Si l’on ne peut pas être un héros de l’Allemagne nazie, alors, à plus forte raison ne peut-on pas être un « héros » de ce régime qui ne fut qu’une gigantesque machine à broyer des dizaines de millions d’êtres humains. Et je réclame pour tous la même opprobre ou le même acquittement.

D’ailleurs, voyez la différence de traitement encore et toujours recommencée. Je me demande même si les journalistes s’en rendent encore compte, tellement c’est caricatural. Je suis en train de lire 7 ans d’aventures au Tibet, d’Heinrich Harrer. Cherchant à en savoir plus sur l’auteur, sur quoi suis-je tombée ? Sur un petit article du Monde publié lors de son décès, l’an dernier en Autriche, à l’âge de 93 ans. Le voici : Ancien nazi, vainqueur de la face nord de l'Eiger, il était devenu le précepteur du dalaï-lama au Tibet. L'alpiniste autrichien Heinrich Harrer est mort samedi 7 janvier à l'âge de 93 ans à l'hôpital de Friesach, dans sa région natale de Carinthie. Il était le dernier survivant des quatre pionniers de la face nord de l'Eiger, dont l'ascension, en juillet 1938, reste une date marquante de l'histoire de l'alpinisme. En 1997, l'adaptation hollywoodienne de son best-seller, Sept ans d'aventures au Tibet, avait fait remonter à la surface un passé bien caché : l'engagement nazi de ses années de jeunesse. Heinrich Harrer est né le 6 juillet 1912 à Knappenberg en Carinthie.

Eclairant, non ? Et pourtant, c’était un sacré bonhomme. Qui devait valoir Jacob Rosenfeld.

Commentaires

Cet homme fut donc un Martyr Juif et un Héros du Grand Bond en Avant TOUT À LA FOIS, et vous osez persifler à son sujet ???......... Rassurez-moi : vous ne seriez pas d'extrême droâte, par hasard ? ;o)))))

Écrit par : Martial | 29/05/2007

Excellent texte Anne.

Au-delà de la question concernant la différence de traitement due à la "licratisation" de la France, nous devons nous interesser particulièrement aux faits. La pseudo-aventure de ce juif, n'est pas du tout étonnante, bien au contraire elle s'inscrit dans une tradition respectée à la letttre depuis toujours. Là où il y a de l'agitation, des problèmes, des morts, il y a souvent des personnages juifs.

Un petit lien intéressant pour ceux qui n'ont pas oublié leur héritage chrétien:
http://www.lefigaro.fr/international/20070227.WWW000000252_jesus_cameron_tombe_israel.html

Écrit par : Doctarace | 29/05/2007

Excellent texte en effet et où l'on mesure la distance qui sépare (dans l'esprit de ceux qui font l'Histoire) fascisme et communisme

Écrit par : Paul-Emic | 29/05/2007

Ce n’est pas non plus un hasard si on parle du « pacte germano-soviétique » plutôt que du « pacte soviéto-nazi », moins bienséant vous en conviendrez…

Écrit par : Erik | 29/05/2007

La "licratisation" ne serait-elle pas l'arbre qui cache la forêt de la "crifisation" de la France ?

Qu'en pensez-vous, chère Anne Kling ?

Très amicalement,

Daniel Milan

Écrit par : Daniel Milan | 03/06/2007

Ma foi, maintenant que vous m'y faites penser...

Écrit par : Anne Kling | 03/06/2007

Méconnu : "La Chine est maintenant une région frappée par un désastre écologique. Les régions les plus polluées de Russie et de l'Europe de l'est sont comme des réserves naturelles en comparaison. Il est des villes comme Benxi (peut-être la ville la plus sale du monde) où des jeunes Chinois de vingt-cinq ans meurent de cancer. (Dagens Nyheter, 9/1/1994)"

Connu : "Mao Tsé-toung avait des conseillers juifs. L'un d'eux était le Juif britannique Sidney Rittenberg qui travailla pour Mao de 1946 à 1976. On les appelaient des "conseillers volontaires". Grâce à leurs conseils, Mao assassina 46 000 intellectuels en 1957. Le nombre ces victimes devaient augmenter par la suite. 43 millions de personnes sont mortes de faim durant les trois années que durèrent le "Grand bond en avant". Deux millions furent assassinées en plus. Les "réformes" culturelles avaient déjà tué 1 500 000 propriétaires terriens. Pendant la révolution culturelle, les Gardes Rouges persécutèrent 100 000 000 de personnes, dont on estime qu'environ la moitié est morte. On sait que qu'au moins 400 000 d'entre elles furent tuées. Mais personne ne connaît les chiffres exacts (...)"

Méconnu : "Suivant des statistiques incomplètes, 90 000 personnes furent massacrées dans la seule ville de Guangxi. (Dagens Nyheter, 17/8/1992). En même temps, une épidémie de cannibalisme sévit à Wuxuan. Ses formes les plus extrêmes étaient des "banquets de cannibales" : viande, foie, coeur, reins, cuisses, ... cuits à l'eau, fris, grillés. Cette épidémie atteignit son comble lorsque de la viande humaine fut servie dans les salles à manger du comité révolutionnaire de la ville de Wuxuan. (Dagens Nyheter, 17/8/1992).
Zheng Yi, un Garde Rouge de Pékin, fit la déclaration suivante sur Mao dans un documentaire de la BBC en 1993 : " Au début, les gens s'entre-tuaient à cause de leurs convictions politiques. Ensuite ils ont commencé à manger des gens. les tuer ne suffisait pas. Ce n'est qu'en mangeant la chaire de leurs victimes qu'ils pouvaient montré leur conscience de classe. (...)"

"Zheng Yi est entré en dissidence par la suite et a réussi à photographier des documents secrets concernant les crimes communistes en Chine. Au moins 137 personnes et probablement des centaines d'autres furent mangées, selon des documents secrets sur le cannibalisme chez les Gardes Rouges de la province de Guangxi à la fin des années 1980".

(J. Lina, "Under the Sign of the Scorpion", Stockholm, 2002)

Écrit par : nic | 21/07/2007

Chers Amis,

Je suis sans doute hors-sujet par rapport au sujet de ce fil.

La France est certes licratisée, mais très certainement plus crifisée que licratisée !

Nous sommes chaque jour de plus en plus nombreux à témoigner contre les polices de la pensée ; mais hélas, nous somme trop peu nombreux encore à dénoncer leur inconstitutionnalité ainsi que leurs lois.

Et à ma connaissance, il ne se trouve aucun juriste pour travailler sur ce sujet pourtant capital.

Écrit par : Daniel Milan | 14/12/2009

Je vais mettre cet article dans mes favoris

Écrit par : site pari sportif | 27/05/2014

Bravo pour votre super article, assez complet et limpides, longue existence à votre blog.

Écrit par : cotes france honduras | 15/06/2014

Les commentaires sont fermés.