Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2007

UNE EVOLUTION DECIDEMENT BIEN INQUIETANTE

J’aimerais revenir sur un aspect de l’élection de Nicolas Sarkozy sur lequel on ne s’est guère appesanti mais que je trouve pourtant très révélateur d’une évolution qui, une fois de plus, nous échappe et se passe largement au-dessus de nos têtes.

Il fut un temps pas si lointain où « être élu avec les voix du Front national » constituait l’horreur suprême. Les monstrueuses « voix du Front national » devaient être rejetées dans les ténèbres extérieures. La gauche était aux premières loges, assistée de toutes les assoces antiracistes, pour courir sus à la bête et dénoncer haut et fort ceux qui auraient accepté ces voix maudites.

Cette fois-ci, rien de tel. Silence radio. Il me semble pourtant que Sarkozy a bel et bien été élu « avec les voix du Front national ». D’où vient que l’on n’entende pas cette fois le chœur des pleureuses – même à gauche – et que l’on s’extasie au contraire sur la forte légitimité républicaine du nouvel élu ? Pourquoi ce traitement exceptionnel, ou cette amnésie? Que s’est-il passé entretemps ?

Eh bien, il s’est tout simplement passé que les responsables d’une certaine communauté très en pointe dans notre pays, ont viré leur cuti, déserté la gauche et sont passés avec armes et bagages dans le camp de la « droite ». Je vous rassure tout de suite, il s’agit de  la droite du système. Ils n’ont donc pas eu à aller bien loin. Ils l’ont fait car leur intérêt leur dictait de le faire. Après avoir fait entrer à tour de bras les immigrés dans notre pays, voilà que ces ingrats se retournaient contre leurs bienfaiteurs et allaient même jusqu’à se livrer à des actes antisémites qui n’étaient pas prévus au programme. Il fallait sévir, et pour ça, la « droite » avait l’air plus crédible. Pas n’importe quelle droite, naturellement. Une « droite » très contrôlée et très favorable, ayant à sa tête un homme proche. Tout fut donc mis en œuvre pour concourir à la réussite de l’OPA de Sarkozy sur la « droite », avec le succès que l’on sait,  et le Front national, qui n’y vit que du feu, eut droit à l’embrassade qui tue.

7f5b149f8027dfc60265374a649d3f8c.jpgLe livre La France LICRAtisée démontre très clairement que la LICRA, puissante association antiraciste, a eu une influence majeure sur la vie politique française de ces dernières décennies. Elle est restée à gauche – ses dirigeants ont toujours été communistes ou socialistes – jusqu’à l’arrivée à sa présidence de Patrick Gaubert, en 1999. A ce moment-là, l’évolution de la situation commandait de changer son fusil d’épaule. Ce qui fut fait. Patrick Gaubert est donc député européen UMP.

De son côté, le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), n’est pas resté inactif. Son soutien à Sarkozy a été marqué et il a été parmi les tous premiers à le féliciter. Comme la LICRA, le CRIF, qui ne représente pas tous les juifs de France, mais un certain nombre d’associations et organisations – 64 pour être précis – ne cache pas son soutien sans faille à l’Etat d’Israël. Ce qui est son droit. Je me demande simplement s’il est normal qu’une organisation partisane bénéficie d’une tribune publique et officielle, comme celle qui lui fut offerte le 23 janvier 2007 par une chaîne censée remplir une mission de service public, à savoir Public Sénat ?

690371ab2671565da048cf4e2af2257c.jpgPour la première fois en effet cette année, le dîner annuel du CRIF, auquel se pressaient 800 personnalités du monde politique – oui, j’ai bien dit 800 – fut tranquillement retransmis en direct et en intégralité sur cette chaîne financée par le contribuable. Le PDG de la chaîne, un certain Jean-Pierre Elkabbach, annonça d’ailleurs benoîtement : « En cette année présidentielle, la retransmission inédite de la première soirée du CRIF 2007 sur la chaîne d’information politique Public Sénat marque une nouvelle étape dans l’expression de la démocratie directe ». Plus c’est gros, mieux ça passe.

De toute façon, ce n’est là qu’un début. L’expression de la démocratie directe, le CRIF a bien l’intention de la pratiquer intensivement. Le Canard enchaîné de cette semaine révèle qu’il est intervenu directement auprès de Sarkozy pour exiger que Hubert Védrine, dont le nom avait été avancé, ne soit pas nommé ministre des affaires étrangères. Vous avez pu constater que le message est passé 5 sur 5. Voici l’article du Canard :

“L’ennemi d’Israël”: “Dès que les dirigeants du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) ont appris ce projet du nouveau chef de l’Etat, Roger Cukierman, président sortant du Crif, a appelé au téléphone Claude Guéant pour une violente mise en garde. “On a eu une réunion au Crif, aujourd’hui, et la rumeur d’une nomination de Védrine aux affaires étrangères a circulé. Cela a provoqué la panique parce que, pour nous, Védrine est pire que les anti-israéliens habituels du Quai d’Orsay.” Un peu plus tard, Cukierman a joint directement Sarkozy et lui a dit que la communauté juive prendrait la nomination de Védrine comme un “casus belli”. ll faut le comprendre : Cukierman et ses amis avaient fait campagne pour Sarko en expliquant que la victoire de Ségolène provoquerait le retour deVédrine au Quai !”

Commentaires

et une information bien intéressante

Écrit par : Paul-Emic | 24/05/2007

Les commentaires sont fermés.