Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2007

COMMENT FAIRE DU NEUF AVEC DU VIEUX : VIEILLE RECETTE FRANCAISE

On a vu hier, de manière quasi caricaturale, à quel point le système entend se perpétuer en modifiant le moins de choses possible. Il ne se donne même pas la peine de changer de têtes, à quoi bon ? Bon nombre de reconduits, qui figuraient dans les gouvernements précédents, n’y ont laissé strictement aucun souvenir. Il est donc facile de les faire passer pour neufs.

J’en discutais hier avec mon mari, qui me rétorquait que oui, bon, d’accord, mais enfin, ces gens n’étaient quand même pas n’importe qui. Pour devenir ministre, il fallait, c’est évident, des compétences qui n’étaient pas à la portée de tout un chacun.

Il ne faisait là que reprendre à son compte ce qui est profondément inscrit dans le crâne de la plupart de nos compatriotes, et qui permet au système de perdurer. Ils voient pourtant que le pays va de plus en plus mal, ils constatent que ce sont les mêmes qui sont aux commandes et se repassent les plats depuis trente ans, sous leur nez. Eh bien, malgré tout, ils continuent à éprouver une espèce de révérence devant cette caste d'intouchables apparemment destinée à régner de toute éternité. Sans même avoir une obligation de résultat.

0a7184d267cd033bc072e0d0a8fa538e.jpgBref, cela m’a donné l’idée d’aller voir d’un peu plus près si les diplômes et professions exercées dans le civil par ces messieurs-dames (lorsque professions il y a) justifiaient pareille prétention d’un côté et pareille révérence de l’autre. Je vous livre le résultat de mes recherches. Loin de moi l’idée de croire que les  diplômes sont forcément liés à l’intelligence et à la compétence. Nous savons tous que c’est loin d’être le cas. De toute manière, pour réussir en politique à l'heure actuelle, il faut satisfaire à d'autres critères et faire preuve d'autres aptitudes qui ne sont pas, c'est vrai, données à tout le monde.

 

Ce qui suit est juste un petit exercice qui nous permettra de mieux situer les personnages à qui nous aurons affaire dans les années (ou mois) qui viennent. Certains se sont montrés très lapidaires dans leur CV, où il n'est question que d'"études" et non de diplômes. Leur modestie est tout à leur honneur.

-         François Fillon : DEA en droit public et DEA en sciences politiques

-         Alain Juppé : agrégation de lettres classiques  - ENA

-         Michèle Alliot-Marie : docteur en droit et en sciences politiques – CAPA (certificat d’aptitude à la profession d’avocat)  –  maîtrise d’ethnologie

-         Bernard Kouchner, médecin

-         Xavier Darcos, professeur agrégé de lettres classiques

-         Dominique Bussereau, conseil en entreprises

-         Christine Lagarde :  DESS de droit social  –  maîtrise d’anglais

-         Roselyne Bachelot-Narquin, pharmacienne

-         Xavier Bertrand : diplômé en droit, agent d’assurances

-         Brice Hortefeux : maîtrise en droit public

-         Jean-Louis Borloo : licences en droit, philosophie, histoire et sciences économiques

-         Eric Woerth : ancien élève de HEC Paris et de l’Institut d’études politiques de Paris

-         Hervé Morin : administrateur à l’Assemblée nationale

-         Eric Besson : études à l’Ecole supérieure de commerce de Montpellier puis Institut d’études politiques de Paris

-         Christine Boutin, journaliste

-         Jean-Pierre Jouyet : diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris  –  ENA

-         Roger Karoutchi, inspecteur général de l’éducation nationale

-         Martin Hirsch : DEA de neurobiologie  –  ENA

-         Valérie Pécresse : diplômée HEC  –  ENA

-         Christine Albanel : professeur agrégée de lettres

-         Rachida Dati : maîtrises en sciences économiques et en droit public. A déclaré à son arrivée place Vendôme : Je suis le symbole de la France. Elle a raison, son parcours, particulièrement atypique et fort instructif, en témoigne.

J'allais oublier le premier d'entre eux. Nicolas Sarkozy: diplôme de droit public et de sciences politiques  - maîtrise de droit privé  -  CAPA

Commentaires

Pas de polytechniciens, d'ingénieurs des mines ? Des gestionnaires du pouvoir, des étudiants pas finis, des spécialistes du verbalisme : on peut s'attendre à de belles constructions ! L'élite quoi ! C'est la lie de la technocratie, qui était déjà une catastrophe... et en plus recyclée ! Des pneus usés pour roues carrées.
"Les Technocrates, c'est la nouvelle race de feignant" (Coluche).

Écrit par : Hervé | 22/05/2007

Pour quelqu'un qui ne pense pas que les diplomes soient une preuve d'intelligence, je trouve que tu leur donnes beaucoup d'importance... Pour être l'heureuse propriétaire de deux masters, je peux témoigner que c'est absolument inutile. C'est même devenu depuis les dernières années une sorte de sélection sociale: entre ceux qui ont les moyens de se payer des études et les autres. C'est d'ailleurs une des seules fonctions (perverse) que j'y vois, parce que je suis persuadée que n'importe qui de raisonnablement intelligent et impliqué peut faire la même chose que moi.

Donc, il serait plus pertinent que tu nous parles des réalisations de ces diverses personnes et des changements qu'ils ont provoqués (ou pas d'ailleurs...). Kouchner a fondé 2 mouvements internationaux de secours médical: pourquoi ? comment? Quelles réalisations sont à créditer à Fillon pour justifier son poste; il est au même niveau d'études que moi, mais il a acquis plus de compétences: lesquelles?
Parce que la liste de leurs diplomes, ou la simple mention de leur passé de journaliste: c'est vraiment pas très éclairant!

Et puis je suis assez d'accord avec papa pour dire que ces gens ont des compétences particulières qui ne sont pas à la portée de tout le monde. Ta façon de voir les choses me rappelle beaucoup Arlette Laguillier: tous les patrons sont des pourris qui nous exploitent et nous mentent... citoyennes, citoyens, réveillez-vous et allez casser la gueule aux exploiteurs! Si on remplace "patron" par "politicien", on a exactement ton discours... (comme quoi les extrêmes se rejoignent toujours... ) Je trouve ça vraiment très mince comme raisonnement: tu généralises et tu méconnais complètement leur travail.

Bo, je passe aux articles suivants: je suis en forme aujourd'hui!
Bisous

Écrit par : Isabelle | 22/05/2007

J'ai simplement voulu démontrer que leur parcours n'avait rien de particulièrement percutant, en tout cas pas de nature à justifier l'espèce d'admiration béate qu'ils semblent susciter, ni les espoirs qui sont placés en eux assez inconsidérément. L'écrasante majorité d'entre eux a déjà occupé des postes ministériels. Où sont leurs réalisations? J'aimerais bien le savoir, moi aussi. Vont-ils réussir à présent ce qu'ils ont été incapables de faire auparavant? Je suis assez d'accord avec les "capacités particulières" nécessaires pour pratiquer ce métier. Il en faut, des "capacités particulières", pour avaler des couleuvres au kilomètre et accepter les avanies et les reniements qui vont de pair avec la politique à "haut niveau". Car une chose est sûre: tous ces gens qui n'ont que le mot de "démocratie" à la bouche, se gardent bien de la mettre en pratique et gardent les portes du système jalousement verrouillées. On ne respire plus dans ce pays qu'un air confiné, qui devient de plus en plus délétère. D'ailleurs, ne l'as-tu pas quitté tout simplement pour trouver du travail?

Écrit par : anne kling | 22/05/2007

Plutôt d'accord avec Isabelle pour dire qu'étaler les diplômes des uns et des autres n'est pas très révélateur. Dans une France où l'ascenseur social fonctionne de moins en moins bien, ceux-ci sont le plus souvent un indicateur du milieu socio-culturelle des parents rien de plus.

Après, qu'il aient déjà servi ou pas, le simple fait qu'ils appartiennent à des partis de collabos, aussi talentueux et cultivés puissent-ils être par ailleurs, les disqualifie définitivement. Tous sont au choix, cyniques, naïfs ou, pire, mus par la haine de la race blanche et de la civilisation Française.

Écrit par : Housse | 23/05/2007

C'est mignon ces petites réunions de famille ! Kouchner d'après mes souvenirs à débuté comme commercial chez oncle ben's puis il s'est recyclé dans l'extermination de Serbes.

Écrit par : Yann | 25/05/2007

Les commentaires sont fermés.