Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2007

REPONSE A DEUX CORRESPONDANTS

Un commentaire intéressant concernant l’article d’hier relatif à la composition de la population juive, signé S. de La Pâture, enrichit encore le débat. Je vous invite à aller le consulter. On touche là un domaine éminemment sensible dans lequel je me garderai bien de prendre parti car j’avoue mon ignorance de la question. Mais les références données par Radwulf me donnent envie d’en savoir plus. 

 

medium_andrei_chkile_antisemite.jpgJe réponds également à la personne qui, il y a deux jours, m’envoyait une photo d’Andriy Shkil en me mettant au défi de la publier. Ce matin, il reconnaît sa surprise et m’en envoie une autre, pour le fun, dit-il,  car carrément non publiable. Alors franchement, je dois être bouchée, mais j’ai eu beau me triturer la cervelle, je n’ai pas réussi à voir en quoi elle serait davantage impubliable que l’autre.

Alors, « pour le fun » moi aussi, je vous la soumets et je propose par la même occasion qu’on en reste là avec Andriy Shkil et qu’on cesse l’escalade. Car, bon, il a beau être beau gosse, là il a carrément dépassé son quota…

En toute fraternelle inimitié.

Commentaires

Ça commence à s'éclaircir. On a donc : une veste militaire et un brassard, le tout porté par un homme de type européen qui pose fièrement. C'est sans doute cela qui déplait à votre correspondant : l'insoumission affichée d'un européen.

Écrit par : Hervé | 13/05/2007

C’est vrai que l’on a ici un cas assez caricatural de décalage au niveau de l’imaginaire. Pour ce "démocrate-anti-shkil", la simple vue d’un européen s’affichant fièrement dans un treillis avec un brassard comportant du rouge déclenche tout de suite, reflexe conditionné oblige, les associations d’idées que l’on peut imaginer. Mais tout le monde ne partage pas le même reflexe, ni surtout les appréciations en rapport. Et c’est valable aussi évidemment pour n’importe quel autre symbole. On peut par exemple imaginer que, pour un palestinien, la vue d’une étoile de David fait tout de suite penser à des monstres sanguinaires qui font froid dans le dos. Et pour bien des Irakiens, une photo de Bush peut inspirer des envies de meurtre.

Le tout est donc de savoir relativiser les choses en tenant compte du contexte. Pour reprendre l’exemple qui est sous-entendu ici, il suffit de visiter les sites néo-nazis américains pour se rendre compte que, pour leurs admirateurs, ni les nazis en général, ni Hitler en particulier ne représentent absolument pas des monstres, bien au contraire. Eux aussi, ils reconnaissent apprécier les valeurs de paix, de fraternité ou de courage et considèrent que leurs héros répondent parfaitement à leurs aspirations. De leur point de vue, ce serait donc plutôt les anti-nazis qui sont, ou des gens très mal informés car victimes d'une propagande haineuse, ou carrément des calomniateurs, avec des visées contre lesquelles ils s’insurgent.

Savoir qui a raison et qui a tort ressort ici de mes préoccupations. Mais pour le principe, je suis résolument pour la défense de la liberté d’expression pour tous. Que toutes les informations, toutes les interprétations, toutes les idées puissent s’exposer librement. A chacun ensuite d’apprécier en fonction de ses moyens ou de ses besoins. Pour moi, le simple recours à la censure est un aveu de faiblesse. C’est un hommage indirect en faveur de ce que l’on cherche à interdire. Des informations erronées ou mensongères devraient pouvoir être démenties facilement et des idées ridicules n’ont que peu de chance de convaincre des gens que le principe démocratique considère comme adultes et responsables.

Par conséquent, rien que l’acharnement de ce "démocrate" (rien à voir évidemment avec le "gouvernement du peuple" ou une quelconque volonté de la majorité !) suffit à aiguiser ma curiosité, et même à inspirer un préjugé favorable envers ce Andriy Shkil que j’ai envie de mieux connaître.

Écrit par : Radwulf | 13/05/2007

Chez certains, la vue même d'un brassard, fût-il de la croix rouge, renvoie aux heures les plus sombres de notre histoite. Les services d'ordre de la CGT, La CFDT, de FO, etc... portent des brassards permettant de les identifier. Je trouve que Andriy Shkil le porte en plus avec élégance.

Vive les brassards!

PS: Anne, si votre correspondant avait d'autres photos aussi sympathiques à vous envoyer, je serais ravi d'en prendre connaissance.

Écrit par : Robert Spieler | 13/05/2007

Les commentaires sont fermés.