Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2007

LA HOUTSPA DE M. FINKIELKRAUT (bis)

medium_images.16.jpgCet  article a suscité un certain nombre de commentaires, dont une attaque frontale, ce que je trouve très sain et normal, attaque qui avait paru hier dans les commentaires. A son tour, cette attaque a suscité une réponse de la part de l’auteur de l’article sur Einstein paru également hier. Dans cet échange, on touche un problème de fond, que l’on peut certes appréhender avec plus ou moins de nuances ou de radicalité, mais qui est en tout cas matière à débat et à réflexion. C’est pourquoi je le reproduis ci-dessous.

« Cette attaque contre Finkielkraut est minable, ce dernier nous représente et a le courage de ne pas pratiquer la politique de l’autruche. Bravo à lui de critiquer ce qui devient un interdit ... sinon Tarik Ramadam se lèchera les babines. » (Alonso)

 

« C’est sans doute ce que beaucoup de petits malins de la "résistance" durant la 2e guerre devaient aussi répéter continuellement. Bravo aux judéo-communistes de Staline et aux judéo-américains de Roosevelt de nous débarrasser des Allemands ! Résultat, l’Europe entière perd pour longtemps la maîtrise de son destin après avoir laissé sur le carreau plusieurs dizaines de millions de ses enfants et subi les pires destructions de son histoire. Et ce qui en reste n’a même plus le droit de changer de perspective puisqu’il leur est interdit de penser que les vainqueurs pouvaient avoir tort. Ceux-ci ont en effet décidé que les seuls et uniques responsables de tous nos malheurs, du passé comme du présent et de l’avenir, sont les vaincus réduits à l’impuissance, directement ou à travers l’idéologie diabolique qu’on leur attribue d’autorité, et que l’on doit donc combattre nous-mêmes, perpétuellement. Vigilance donc, préservons-nous du "fachisme" et du racisme à n’importe quel prix, même celui de notre vie. Comment alors s’étonner si les peuples européens sont maintenant menacés de disparition à brève échéance sans même que leurs maîtres leur donnent la possibilité de se défendre de manière conséquente.

Les gens comme Finkielkraut ont beau alors envoyer quelques traits d’humeur sur l’envahisseur, cela ne devrait jamais nous faire oublier qu’en réalité, ce sont eux-mêmes qui ont introduit l’ennemi dans nos murs. Et même pire, ils ont tout fait pour que nous ne puissions nous en défendre, jusqu’à maintenant. Pourquoi croyez-vous que même les policiers censés nous défendre n’osent s’opposer sérieusement à une poignée de racailles de banlieue !

Je pense donc que si l’on peut toujours profiter des quelques opportunités que nous fournissent les gesticulations des tenants du pouvoir, on ne doit pas oublier pour autant qui sont nos véritables ennemis, les principaux responsables de nos problèmes, après notre propre démission et notre coupable passivité. Sans l’emprise de ces gens-là qui nous paralysent, y compris mentalement, il nous suffirait d’une chiquenaude pour nous débarrasser de tous nos envahisseurs.

Qu’on laisse alors les Finkielkraut et autres Sarkozy rabattre le caquet aux Ramadan mais en les tenant toujours bien à l’œil, pour ensuite les neutraliser eux-mêmes à la première occasion. En attendant, il n’est pas question de compter sur eux pour nous simplifier la vie. Ni même évidemment de les considérer comme étant des nôtres. D’ailleurs, pour eux-mêmes, que sommes-nous sinon simplement de vils goyim, de la race du bétail comme l’enseigne religieusement le Talmud. » (Radwulf)

Commentaires

Errare humanum est, persevare diabolicum. Bien sûr, Finkielkraut fait partie de ces Juifs ex-gauchistes qui regrettent d'avoir eux-mêmes ouvert la boîte de Pandore de l'immigration parce qu'ils croyaient alors que ce qui était mauvais pour les goyim était "bon pour Israël". Bien sûr, son ressaisissement est tout ce qu'il y a de plus intéressé. Mais ne crachons pas trop sur un pécheur qui se repend, sa contrition fût-elle manifestement imparfaite. Que ne pourrions-nous lui reprocher s'il persistait dans son erreur comme tant d'autres de sa famille socio-politique originelle ! Laissons-le se réveiller dans sa cellule de dégrisement, cognons plutôt sur ces autres-là et - sans illusion, mais aussi sans vindicte inutile, voire contre-productive - encourageons tous les Finkielkraut à parfaire leur conversion. Il ne faut jamais désespérer des hommes.

Écrit par : Martial | 09/04/2007

Les commentaires sont fermés.