Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2007

ELOIGNEZ LES ENFANTS DE LA TELEVISION !

medium_images.12.jpgJe regarde peu la télévision, mais je lis soigneusement tous les programmes. C’est essentiellement par là qu’est  quotidiennement déversé le poison destiné à embrouiller les cervelles fatiguées le soir, à faire voler en éclats les repères moraux, à formater les esprits, ou ce qu’il en reste. Car ce qui est dit et vu à la télé reste parole d’évangile pour beaucoup de gens.

Les comportements les plus déviants, les plus contraires à la morale, à la pudeur, ou à la décence - mots incongrus dans notre pays - apparaissent banalisés dès lors qu’ils sont mis en scène à une heure de grande écoute. Oh bien sûr, ils ont l’air d’être condamnés. Dans un premier temps. Mais l’essentiel est que la brèche soit ouverte.

Donc hier soir, pour la première fois, j’ai vu apparaître la zoophilie sur France 2, à 20h50, dans P.J.. Celle-là, on ne nous l’avait pas encore faite, ça manquait au palmarès de l’ignoble. Résumé de l’épisode du jour: « Venue au commissariat pour porter plainte, une belle jeune femme, Valérie, accuse un certain Satis d’avoir abusé d’elle en l’obligeant à visionner une vidéo zoophile. Etc, etc ».

La série policière P.J. est, paraît-il, très regardée. Normal, son site indique qu’elle est proche du quotidien des Français (si c’est vrai, je les plains encore davantage), et puis, elle montre une formidable équipe qui lutte pour imposer les valeurs de solidarité et le dialogue social (toujours d'après son site). Et croyez-moi, il en faut, des tonnes de solidarité et de dialogue social, pour faire éclater tous les misérables carcans moraux qui enserrent encore nos compatriotes et qui persistent à fausser leur jugement. Ce n’est pas de la tarte de faire évoluer cette France moisie.

On est donc peu à peu passé des rackets, cambriolages, meurtres et autres viols  - la délinquance de papa, d’une banalité à faire pleurer - à des sujets autrement plus actuels: drogue, homosexualité en tous genres, immigrés clandestins de toutes les couleurs, pédophilie sous toutes les coutures, etc. Nous voici maintenant arrivés à la zoophilie. Avant la fin de l’année, en bonne logique, on devrait avoir droit à la nécrophilie.

Une devinette à présent : qui a créé pour France 2 la série P.J. ? Allez,  je vous donne un indice : c’est lui aussi qui, depuis juin 2006, est co-président de l’UGS, l’Union-Guilde des Scénaristes. Vous ne voyez pas ? Il s’appelle Frédéric Krivine.  Il n’est pas tout seul. Il existe une seconde organisation de scénaristes. Elle s’appelle le Club des Auteurs et elle est présidée par Alain Krief.

Commentaires

Ils sont quand même forts, ces producteurs, que ce soit de ce côté de l'Atlantique ou de l'autre.
Si la relation avec les animaux est librement consentie de part et d'autre et qu'il n'y a pas maltraitance... qui sait, cela peut déboucher un jour sur une union qui sera célébrée par Noël Mamère !
- "Médor, acceptez-vous de prendre pour épouse Caroline Chombier ici présente, de l'aimer et de la chérir jusqu'à ce que la mort vous sépare ?"
-"Ouaf !"
S'ils font des petits, j'en prendrais bien un, quelle que soit son apparence physique. L'important, c'est l'éducation qu'on leur apporte. Je lui apprendrai tout de suite à lutter contre le racisme, en montrant les crocs quand il verra un Français de souche.

Écrit par : Hervé | 07/04/2007

Oups ! Dans mon précédent message, j'ai amalgamé producteurs et scénaristes, ça n'était pas intentionnel. Maintenant ça l'est.

Écrit par : Hervé | 07/04/2007

Scénario proposé à nos géniaux concepteurs de téléfilms bien franchouilles (que le monde nous envie comme le reste) :

Un Malien musulman, gay et séropositif tente en vain d'entrer dans la police nationale afin d'y introduire (oui, je sais, pardon...) un peu d'humanité et d'intelligence typiquement ethniques et mahométanes. Il est secondé dans ses efforts méritoires par une commissaire de souche, certes, MAIS (heureusement) lesbienne, de vieille famille communiste où règne une atmosphère chaleureuse et bon-enfant. Mais voilàt-t-y pas que, scandale et damnation, les subalternes de ladite commissaire, tous de souche et, PAR CONSEQUENT, picoleurs, bouffeurs de cochon, islamophobes, racistes, misogynes, proclamant sans arrêt tout le bien qu'ils pensent du FN et tout le mal qu'ils pensent du PS, violemment homophobes, zoophob... (non, pas ça), bref, des super-beaufs emblématiques de la France profonde et répugnante dont l'hexagone tente actuellement de s'extraire, voilà-t-y pas, donc, que ces détritus de l'humanité lui font les pires misères, à notre gentil héros, non sans réserver d'innombrables et innommables avanies à leur gentille chèfe !!... Vous vous rendez compte, du monde dans lequel on vit ?... Mais par un prévisible miracle citoyen et républicain, tout s'arrange à la fin : trois de ces beaufs se font dessouder par une bande de sympathiques rebelles façon Action Directe (hahaha !), le reste est muté en province, dans la (frissons) France profonde (bien fait pour leurs pieds !), et la Commissaire assiste en témoin (témoine ?) avec sa copine déménageuse au mariage du Malien avec son compagnon, qui se trouve être un intermittent du spectacle en fin de droits, déjà plusieurs fois victime (voyez comme le monde est petit) de l'odieux personnel de ce commissariat, enfin purgé, désormais, de ses éléments nauséabonds pour le plus grand soulagement des familles de téléspectâteurs et tâteuses.

Écrit par : Martial | 09/04/2007

c'est le genre de film que programme la 1 la 2 et la 5 régulièrement ...lol...mais moi ça ne me fait plus rire ,je préfère allez au ciné ou voir des vidéos que je choisi.
LA TÉLÉ (au propre comme au figuré ) AU FUMIER .

Écrit par : mijanne | 10/04/2007

Les commentaires sont fermés.