Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2007

LES "ETATS-UNIS D'EUROPE"

L’article qui suit, signé d’un fidèle participant de ce blog, est inspiré d’un article paru dans le périodique Sous la bannière de janvier-févier 2007. Il constitue, hors des sentiers battus,  un point de vue et une participation au débat.

 

medium_theneweurope.gif"La dissolution des nations européennes et la constitution d’un conglomérat à l’image des États-Unis d’Amérique avance à grands pas: stricte application du solve et coagula (dissoudre et recomposer) cher aux sectes mondialistes ; stricte application également d’un oukase proféré dans les années 70 par le baron Edmond de Rothschild : « La structure qui doit sauter, c’est la nation ». Il ne faut plus de nations dans le plan mondialiste européen ; il faut substituer aux États-nations des régions, ce qui explique la régionalisation en cours, étape obligée du « Plan Mondial ».

Ainsi la France est-elle promise à devenir un gigantesque parc de tourisme et de loisirs en perdant ses activités primaires (son agriculture et sa pêche, de plus en plus sinistrées, sont vouées à la disparition) et secondaires (son industrie bat de l’aile et se délocalise à marche forcée) ; ses activités tertiaires elles-mêmes sont en passe de péricliter, par exemple dans le domaine de l’informatique, où excellent les Indiens, qui se contentent de si peu et qui coûtent si peu. Quelle autre explication donner au fait que la recherche fondamentale et appliquée soit chroniquement le parent pauvre du budget national, alors qu’elle seule garantit le maintien de la puissance matérielle d’une nation ?

Au niveau mondial, l’élevage sera confié à des pays extra-européens : par exemple, l’Argentine pour les bovins et l’Australie pour les ovins ; idem pour les autres activités humaines. D’où une totale interdépendance entre régions : il est déjà pratiquement impossible à un pays de s’opposer aux autres pays du monde dans quelque domaine que ce soit. Cette étroite complémentarité, cette spécialisation forcenée des nations devenant à ce point dépendantes les unes des autres sont évidemment voulues, programmées et en cours de réalisation. Dans l’esprit de ceux qui nous concoctent ce monde unifié préalablement découpé en régions, les oppositions génératrices de conflits ne seront plus pensables. Aucune région ne pourra affronter la coalition des autres régions liguées entre elles si, par extraordinaire, il lui reste assez de ressort pour faire une tentative de sécession : la répression sera immédiate, totale et sans pitié au nom de la « paix », de l’« unité » et de la « solidarité » universelles. Le découpage du monde en régions n’a pas d’autres raisons d’être : sous des prétextes ethniques ou linguistiques, on veut enfermer les ensembles régionaux dans leurs spécificités respectives et laisser la direction mondiale à des instances savamment cooptées qui ne toléreront aucun dérapage, aucune opposition, aucune sédition.

Deux ouvrages à lire d’urgence : Le plan de régionalisation et de mondialisation étant en bonne voie de réalisation, on ne peut que recommander la lecture de deux ouvrages de Pierre Hillard sur la question (éditions François-Xavier de Guilbert (ŒIL) :  La décomposition des nations européennes – de l’Union euro-atlantique à l’État mondial, géopolitique cachée de la Constitution européenne, 2001, et Minorités et régionalisme dans l’Europe fédérale des régions (enquête sur le plan allemand qui va bouleverser l’Europe), 2005. "

Martial

(dessin de Chard)

Commentaires

Cher Martial, permettez moi d'être en désaccord avec votre analyse. Que représente la France seule sur les plans diplomatiques et militaires. Pas grand chose... Comment voulez vous peser face à l'impérialisme américain, la puissance asiatique et la montée de l'islam, sans constituer la Grande Europe, l'Europe de la puissance. Je ne pense évidemment pas à l'Europe des nains arrogants de Bruxelles... Mais d'une Europe respectueuse de ses identités nationales et régionales. Je respecte les Nations, dans le sens que ce mot avait avant 1789. Burdeau disait que la Nation est le rêve d'un avenir partagé et Barrès parlait de la gestion d'un antique cimetière où gisent tous ceux qui sont morts pour cette "idée". Je ne respecte pas l'Etat-Nation, invention de la Révolution Française et cause des dizaines de millions de morts dans des guerres imbéciles qui ont peut être définitivement tué l'Europe.
Je crois en l'ardente nécéssité d'une Europe militaire et diplomatique, alliée à la Russie. Je crois en la nécessité de construire une Europe économiquement auto-centrée, avec la Russie, et de sortir de la logique ultra-libérale et mondialiste.
On me dira que les chinois n'achèteront plus d'Airbus, puique nos barrières empêcheront l'entrée de produits fabriqués dans des conditions qui tuent nos emplois? Et alors, dès lors que les européens et la Russie achèteront européen...
Je me ferai un plaisir de vous offrir le prochain numéro de la revue Synthèse Nationale, dirigée par mon ami Roland Helie, qui paraitra le 20 Avril. J'y ai écrit un article où j'aborde tous ces thèmes et où je rappelle le débat toujours actuel entre Althusius et Bodin.
PS: j'ai eu l'occasion de débattre avec Hillard, qui est certainement une personne de qualité, mais dont la thèse me parait aussi fantaisiste que celle de Grossmann qui voit dans l'enseignement bilingue en Alsace le risque d'une regermanisation de notre région...

Écrit par : Robert Spieler | 26/03/2007

Cette volonté tacite de dissoudre les nations est bien réelle, et la « régionalisation » décrite ici vise à l’établissement d’un grand Empire mondial.

Je propose une autre définition du « régionalisme » : l’Humanité se distingue en grandes régions continentales qui développèrent, depuis les temps préhistoriques les plus lointains, de grandes infracultures régionales (Afrique noire, Inde, Asie, Europe, et à leur carrefour le Moyen-Orient).
Au sein de chacune de ces régions, les barrières géographiques ont délimité des grands bassins qui correspondent globalement aux nations modernes. Ainsi la France (ex Gaule) est délimité par des mers, des montagnes, des grands fleuves, et forme un bassin ayant sa propre identité culturelle.
Selon le même principe, une nation est décomposable en petits pays ayant une identité locale.

Le respect de la dignité des peuples commande de respecter cette hiérarchie des identités culturelles.
Pour moi le régionalisme ce n’est pas la déconfiture des peuples à travers la confiture des identités, mais au contraire la reconnaissance de l’harmonie de l’Humanité à travers son système naturel et étagé d’identités géoculturelles.

Ce régionalisme là, c’est l’union des nations contre l’impérialisme mondial occulte qui nous menace actuellement.

Écrit par : Erik | 01/04/2007

Les commentaires sont fermés.