Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2007

MEMOIRE POUR TOUS - 2

Assez de repentance à sens unique. Non au monopole du droit à la mémoire ! Si les juifs ont le droit de ne pas oublier leur holocauste et l’idéologie nazie qui l’a inspiré, les victimes du communisme ont, elles aussi, le droit de ne pas oublier leur propre holocauste et l’idéologie marxiste qui l’a inspiré.

2) Quelques réflexions éparses sur le marxisme, extraites de Holocauste de gauche de Anne Yélen

medium_images.jpgSi le marxisme, comme il a été dit, est un délire de l’intellect, cela ne l’a nullement empêché d’être aussi un moyen d’anéantissement des corps. Par son racisme de classe, qui n’admet pas les différenciations sociales « verticales », il a fait « plus » sur ce plan que le racisme biologique de type hitlérien. On ne cesse d’entendre rappeler la mort des juifs victimes des camps nazis et les pharisiens de s’indigner : « Plus jamais ça ! » alors que la plupart d’entre eux ont fort bien supporté, de Lénine à Mao Tsé Toung, les camps aussi terrifiants du goulag socialiste.

Si l’on appelle « génocide » l’extermination programmée de populations sans défense coupables d’être nées dans une ethnie, une classe ou une religion condamnées, le marxisme, variante extrémiste du socialisme au même titre que le nazisme [le mouvement d’Hitler se présentait comme « national-socialiste » et Mussolini fut d’abord un militant socialiste avant de créer le « Fascio »], s’est rendu coupable de génocides multiples.

Contrairement à ce que l’on cherche à nous faire croire, il n’y a pas un marxisme qui serait bon en lui-même mais dénaturé par des exécutants maladroits : c’est dans la théorie même que le ver est vrillé, dans son mécanisme de pensée que gît la perversité.

Comment s’immuniser contre cette dialectique délétère ? Peut-être en affinant son esprit de synthèse et de justesse, en examinant les grands problèmes éternels sous leurs différents aspects sans oublier de les resituer dans le courant des influences dominantes qui ont présidé à leur coloration. Sans oublier non plus de les poser au cœur même de ce que nous sommes, observateurs réagissants.

VOIR le TOUT et en faire le TOUR, recommandait  Lanza del Vasto lorsqu’il écrivait : « Quand le marxiste est minoritaire…c’est toujours lui qui tient le beau rôle… C’est lui qui dénonce les scandales financiers, politiques, policiers, militaires, coloniaux, judiciaires, qui réclame l’abolition des abus, la cessation des guerres,…la paix pour le sauvage et pour le nègre…

Mais dès que débarrassé de ses ennemis, il a enfin les mains libres…dès qu’il dicte sa loi, il devient inique, brutal, cruel, froid, perfide, menteur, implacable, impitoyable, inhumain… D’où vient cet étrange retournement ? Il n’y a pas de retournement. Il y a ceci : qu’on voit enfin le tout et qu’on en fait le tour » (extrait de : Les Quatre Fléaux, Denoël, 1959)

Eh oui, dès que le marxisme a les mains libres…s’installe le goulag. Il n’y aura pas longtemps à attendre. Le système concentrationnaire bolchevique naît officiellement le 15 avril 1919, date du décret n° 45 du gouvernement soviétique portant le titre : « Au sujet des camps de travaux forcés ». Un système qui sera vite perfectionné. Un camp de la mort, destiné à la suppression physique des détenus, commencera à fonctionner dès 1921. Il s’appelait Holmogor et était situé près de la ville d’Arkhangelsk.

Commentaires

La prosternation devant le totalitarisme, TOUS les totalitarismes, ne connaît aucune limite. Ainsi les "intellectuels" français qui s'étaient rendus en visite d'accréditation-sanctification dans la jeune Union Soviétique - où on les avait promenés devant des décors - revenaient-ils conquis par le "modèle marxiste" et l'amabilité de "Monsieur Staline". Ainsi le couple Triple-Pattes et Patapon que constituaient Chamberlain et Daladier s'en retournèrent-ils lâchement rassurés de leur visite à "Monsieur le Chancelier Hitler" et furent-ils acclamés pour leur attitude capitularde par des peuples devenus aussi veules qu'eux. Ainsi la classe politique actuelle, suivie comme un seul homme par la "justice", le chaubize, le monde médiatique et la faune des "assoces", s'applique-t-elle à dérouler le tapis rouge devant l'islamisme conquérant, qui n'en méprise que davantage tous ces candidats enthousiastes à la dhimmitude (mais suant de trouille) et qui se voit déjà appliquant souverainement et intégralement sa charia dans l'Occident apostat. "Tolérance !", "multiculturalisme !", "métissage !", "dialogue interculturel et interreligieux !", bêlent ou chevrotent en choeur tous ces laquais des barbus, oubliant que pour dialoguer, il faut être deux, et que jusqu'à preuve du contraire, leur "dialogue" n'est qu'un clapotis unilatéral de lavettes tièdes.

Écrit par : Martial | 26/02/2007

Les commentaires sont fermés.