Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2007

12) La LICRA: son origine - ses objectifs - ses moyens d'action - le secret de son influence

Quelques courts extraits du livre illustrant ces diverses facettes vous seront proposés sur ce blog sous la rubrique « Extraits de La France LICRAtisée »

SES MOYENS D’ACTION – 12e extrait : L’arsenal des législations antiracistes se met en place

 

« Il s’agit de voter pour les antiracistes, de ne voter et faire voter que pour eux. Il s’agit de voter et faire voter contre tous les autres ! ». Tel est le mot d’ordre de la LICA apolitique aux électeurs lors des législatives de 1967. A peine élus, tous les députés reçoivent un questionnaire leur demandant notamment : « Croyez-vous que les lois actuelles soient suffisantes pour endiguer la résurgence du racisme et de l’antisémitisme dans notre pays ? ». Nous sommes en 1967 et que les Français aient à cette époque d’autres préoccupations qu’un supposé racisme ou antisémitisme importe peu ! L’essentiel n’est pas là. L’essentiel est de contribuer à créer un climat dont l’exploitation permettra de tracer le chemin du pouvoir pour la gauche, même si cet objectif apparaît encore lointain.

Pour y parvenir, il faudra travailler les esprits et arriver à accoucher, au forceps s’il le faut, d’une France nouvelle. Une France qui ne pourra cependant être vraiment nouvelle que si sa population subit des modifications sensibles. L’immigration de peuplement, essentiellement afro-maghrébine, sera donc à partir de ce moment-là systématiquement soutenue et encouragée.

Il était inévitable que cette pression immigrationniste rencontre des oppositions. Notamment de la part de la droite, par nature plus soucieuse d’identité et de cohésion nationales. Ou du moins dont on s’attendrait à ce qu’elle le soit.

Dès le départ, ces oppositions vont donc être délégitimées et même criminalisées. Toutes les questions sensibles vont sortir du champ politique, trop dangereux car il autorise le débat, pour entrer dans la sphère morale, forteresse à peu près inexpugnable dont la LICRA se fera gardienne vigilante. Seront désormais stigmatisés sous le vocable de racistes tous les opposants à ce qui deviendra très vite la pensée unique. Faute d’applaudir sans réserve à la multiculturalité obligatoire et au métissage – nouvel horizon radieux offert aux masses – on sera lynché et exclu de la vie publique.

Pour punir et dissuader les esprits forts, rien de plus efficace qu’un arsenal juridique renforcé. Celui de la France va vite devenir, en matière d’antiracisme, l’un des plus répressifs qui soient au monde. Il ouvrira toutes grandes à la LICRA les portes du combat judiciaire et très vite, dans la foulée, politique.

Les commentaires sont fermés.