Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2007

11) La LICRA: son origine - ses objectifs - ses moyens d'action - le secret de son influence

Quelques courts extraits du livre illustrant ces diverses facettes vous seront proposés sur ce blog sous la rubrique "Extraits de La France LICRAtisée"

LE SECRET DE SON INFLUENCE - 11e extrait: La France est spécialement coupable (suite)

Mais pour que la dimension "morale" produise son plein effet paralysant, il était nécessaire que le débat se déplace. Les questions sensibles seront donc extraites du champ politique, qui a le tort de permettre l'expression d'opinions divergentes, et introduites dans une sphère qui n'admet, elle, aucune contradiction: celle de la défense obligatoire et inconditionnelle des droits de l'homme. Opération présentant le très grand avantage de délégitimer par avance toute velléité de débat.

Afin de verrouiller définitivement toute opposition, ce déplacement du champ politique vers le champ moral va logiquement s'accompagner de l'installation d'un arsenal juridique antiraciste extrêmement dissuasif, que la LICRA s'emploiera à inspirer et à imposer dès les années 1970. Il suffira désormais d'un rien pour se faire traiter de raciste et la définition qui en sera imposée - en gros, est raciste celui ou celle qui, pour défendre son identité, s'oppose à l'immigration massive de populations arabo-musulmanes et à l'implantation de l'islam en France - n'aura plus aucun rapport avec celle du petit Larousse.

Enfin, le Front national, lorsqu'il apparaîtra réellement sur la scène politique, en 1983, sous le premier septennat de François Mitterrand, sera largement instrumentalisé par la gauche, qui saura s'en servir comme repoussoir absolu et réussira à stériliser tous les suffrages qui se porteront sur lui en interdisant tout rapprochement avec la droite classique, au nom de l'antiracisme. Et de la démocratie.

L'influence de la LICRA va pleinement s'exercer dans ces différents domaines, fortement liés. Tous convergent, malgré les habillages moraux et humanitaires dont ils sont revêtus, vers un unique objectif commun aux différents partenaires: la conquête, puis la conservation du pouvoir. Ou tout au moins d'une très forte influence.

Commentaires

Ah, la culpabilisation des Français de souche et, d'une manière générale, de l'Occident civilisateur !... Quel inépuisable filon pour les culpabilisateurs patentés en gros et au détail ! Nous sommes tous des salauds, nous sommes tous COUPABLES, mes frères et mes soeurs : COUPABLES DE l'esclavage, quand bien même les rois de l'esclavage ont toujours été les Arabo-musulmans, qui poursuivent d'ailleurs cette pratique (dans le silence assourdissant des culpabilisateurs patentés en gros et au détail) aujourd'hui même au Soudan, avec un authentique génocide à la clé contre les chrétiens et les animistes ; COUPABLES de la colonisation, dont il est interdit de dire qu'elle a eu de bons côtés, car l'idéologie officielle, obligatoire et politiquement correcte soutient que la colonisation a été une ignominie de A à Z malgré l'alphabétisation des populations concernées, malgré la construction d'infrastructures vitales, telles des routes et des hôpitaux, malgré l'arrêt des guerres tribales meurtrières (qui ont repris avec une intensité décuplée depuis la décolonisation, comme au Rwanda... où nous en sommes évidemment les seuls COUPABLES) ; COUPABLES de la Shoah, bien sûr, c'est la moindre des choses : TOUS coupables, même ceux qui ne savaient pas et qui étaient donc COUPABLES de leur ignorance même ; COUPABLES du réchauffement de la planète ; COUPABLES de la dérive des continents ; COUPABLES de l'extinction du Tyrannosaurus Rex ; COUPABLES de la disparition des forêts de l'Île de Pâques ; COUPABLES du coryza du fox à poil dur ; COUPABLES de la pollution de Saturne (on ne sait jamais), etc. etc. etc. etc. etc. etc......... Ah, battons très fort notre coulpe, frères et soeurs COUPABLES ! Revêtons une bure bien rugueuse sur nos blancs épidermes amollis par la bonne chère que nous ne cessons de faire au mépris de la faim-dans-le-monde, ceignons-nous de haires, de disciplines et de cilices bien douloureux, couvrons-nous la tête de cendre, allons pieds nus et la corde au cou, auto-flagellons-nous à toute volée et rendons-nous en pèlerinage - non sans traverser nos banlieues les plus chaudement ethniques - sur tous les lieux où se sont impudemment déployés notre rapacité sans bornes, notre invraisemblable complexe de supériorité (comme si un solo de tam-tam n'avait pas une valeur au moins égale à celle du Requiem de Mozart, comme si un bout de bois vaguement taillé à la machette ne relevait pas d'un art supérieur à celui de la Pieta de Michel-Ange). Pleurons à grands cris notre ridicule arrogance, notre égoïsme féroce, notre esprit de domination universelle et tous les autres nouveaux péchés capitaux qui ne sont pas encore inventés, mais ne vont pas tarder à l'être !

Et après avoir ainsi fait REPENTANCE, trouvons-nous les trous de souris les plus minuscules et ensevelissons-nous dedans à jamais pour tenter de faire oublier à notre mère, la planète Gaïa, tant outragée par nous, qu'elle a porté des êtres aussi infâmes, aussi méprisables, aussi abjects que les Français de souche et autres Occidentaux.

Écrit par : martial | 29/01/2007

Les commentaires sont fermés.