Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2007

Fernand Schir, Bruno Gollnisch et l'imam de Vénissieux

Ainsi donc, Bruno Gollnisch a été condamné par le tribunal correctionnel de Lyon pour propos « révisionnistes ». Le crime absolu dans ce pays. N’a-t-il pas osé dire, en octobre 2004, que « sans nier les chambres à gaz homicides », il fallait laisser les historiens en discuter et que « cette discussion devait être libre » ?  Dieu merci, la loi Fabius-Gayssot est là pour empêcher de telles dérives. Où irait-on si l’on permettait à tout un chacun de remettre en question, ou même de s’interroger sur tel ou tel épisode de notre histoire récente ?

En tout cas, il n’aura pas échappé à la sagacité de mes lecteurs que le président du tribunal qui vient de condamner Bruno Gollnisch, à savoir Fernand Schir, est également le président qui avait, en son temps, relaxé l’ancien imam de Vénissieux, Abdelkader Bouziane. Ce qui prouve en tout cas qu’en France, il vaut mieux prôner les châtiments corporels - voire la lapidation - pour les femmes infidèles, que de réclamer la liberté des recherches historiques.

Allez, pour le plaisir, on va s’offrir un petit rappel qui ne manque pas de sel :

Le 21 juin 2005, le tribunal correctionnel de Lyon a donc relaxé Abdelkader Bouziane – imam salafiste, polygame, père de seize enfants dont quatorze Français – qui était poursuivi pour des propos musclés à l’égard des femmes parus dans Lyon Mag. Lequel Lyon Mag se retrouvera d’ailleurs mis en examen pour la même interview! Il avait eu le tort de reproduire les propos tenus par l’imam !!!

Fernand Schir avait justifié la relaxe en ces termes : « Abdelkader Bouziane est un homme de religion qui s’est limité à expliquer ce que dit sa religion au travers du Coran ». Ah tiens, c’est intéressant, ça…

Il avait poursuivi : « Il n’appartient pas au tribunal, en dépit du caractère choquant et non-conforme aux valeurs de la laïcité républicaine, de porter une appréciation sur un texte ou un commentaire du Coran que les auteurs les plus savants s’accordent à reconnaître polysémique et parfois ambigü ». Qu’en termes galants…

On aura au moins appris que le Coran est polysémique. C’est-à-dire que les mots peuvent avoir plusieurs sens. Tout s’éclaire…

 

Anne Kling

http://france-licratisee.hautetfort.com

Commentaires

Comme disait l'autre, "j'ai confiance dans la justice de mon pays" !!

Écrit par : Martial | 20/01/2007

Les commentaires sont fermés.