Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2007

10) La LICRA: son origine - ses objectifs - ses moyens d'action - le secret de son influence

Quelques courts extraits du livre illustrant ces diverses facettes vous seront proposés sur ce blog sous la rubrique "Extraits de La France LICRAtisée"

LE SECRET DE SON INFLUENCE - 10e extrait: La France est spécialement coupable

Oui, notre pays a participé à la shoah par l'intermédiaire du régime de Vichy et il va en payer le prix, en terme de culpabilité toujours renouvelée. La LICRA, qui ne cessera tout au long des années de rappeler la dette imprescriptible de la France à l'égard de sa population juive, va tirer l'essentiel de son pouvoir de ce sentiment de mauvaise conscience diffus dans le pays, mais présent surtout dans sa classe politique.

Elle veillera donc avec la plus scrupuleuse vigilance à ce que le noeud coulant placé autour de cette période complexe de notre histoire ne se relâche jamais, mais au contraire se resserre de plus en plus. Se plaçant elle-même, du fait de son ancienneté et de ses liens avec la Résistance, dans une situation d'arbitre moral incontesté, elle va définitivement et totalement diaboliser le régime de Vichy. Qu'elle va aussi, au mépris de toute vérité historique, systématiquement associer à la "droite". Cela lui permettra de disqualifier d'avance cette dernière et de la mettre à la merci de la gauche, qui lui dictera sa conduite et ses choix.

Entretenir sans relâche la culpabilité est une façon de se mettre à l'abri de futures mauvaises surprises, toujours possibles. Il n'en demeure pas moins que la meilleure assurance, aux yeux de la LICRA, est encore de voir son camp politique naturel, la gauche, arriver au pouvoir. Car la gauche est internationaliste, comme elle l'est elle-même, et extirper les racines, les identités, les appartenances, est l'essence même de son combat.

La LICRA, gauche "morale", va donc s'allier tout naturellement à la gauche politique et autres forces dites de progrès pour mener de concert, au nom de l'antiracisme et des droits de l'homme, l'offensive en faveur d'une immigration massive, considérée à juste titre comme le meilleur moyen de diluer une identité et une cohésion "nationales" jugées menaçantes à divers titres. Envers ceux qui s'y opposeraient, l'argument est tout prêt et imparable: ils sont forcément racistes, nostalgiques de Vichy, pire peut-être. En réalité, l'objectif est que la France se transforme en profondeur. Que sa population - et partant son électorat - se modifient dans un sens favorable à la gauche. Qu'elle devienne plurielle, de gré ou de force.

Dans ce jeu de rôles, chacun des partenaires saura fort bien utiliser les points forts et les spécificités de l'autre. La LICRA offrira la caution morale inattaquable, les partis et responsables politiques sauront, le moment venu, adopter les mesures favorables à l'objectif poursuivi.

Commentaires

On est là en présence d'un totalitarisme à visage citoyen avec usage et abus des mots qui tuent civiquement, d'un terrorisme feutré (de moins en moins), d'un asservissement progressif des consciences, d'une destruction méthodique et féroce de la liberté de pensée et d'expression sous couleur de défense des "droadloms". C'est vraiment abject. Vous avez employé l'image du noeud coulant, qui est tout à fait exacte. On pourrait aussi parler d'effet crémaillère. Mais d'une crémaillère paradoxale qui descendrait toujours et ne pourrait jamais remonter. Jusqu'à que quelque chose ou quelqu'un décide qu'en voilà assez et qu'il faut jeter la crémaillère. Ce quelque chose ou ce quelqu'un arrivera forcément, car on n'a jamais vu nulle part une telle oppression durer indéfiniment. Et le retour de manivelle sera terrible...

Écrit par : Martial | 17/01/2007

Comme vous le précisez, la culpabilité nécessite d'être perpétuellement entretenue, et l'actualité le démontre encore :
"PARIS (Reuters) - Jacques Chirac préside ce jeudi 18 janvier au Panthéon une cérémonie en hommage aux "Justes de France" qui ont aidé ou sauvé des juifs persécutés durant la Seconde Guerre mondiale. Le président rendra hommage aux 2.725 "Justes parmi les Nations" reconnus comme tels par le mémorial de Yad Vashem de Jérusalem, mais aussi à ceux qui ont aidé autrui à cette époque au péril de leur vie et ne se sont pas fait connaître."
Ce qui signifierait que que tous les autres étaient des collabos, des "injustes", l'État terroriste d'Israel ne leur ayant délivré aucun diplôme. A fortiori tous ceux qui sont nés après la guerre, et qui n'auront d'autre choix que de devenir "judéomaniaque" comme j'ai pu lire sur un autre sujet de ce blog, autre manière de qualifier ce qui n'est en fait qu'un syndrome de Stockholm, pathologie supplémentaire qu'un coreligionnaire de Freud attribue aux goyim.

Écrit par : Hervé | 18/01/2007

Les commentaires sont fermés.