Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2007

POLYGAMIE, SOUPE AU COCHON ET CONSEIL D'ETAT

On me pardonnera de revenir une fois encore à l’arrêté du Conseil d’Etat interdisant la soupe au cochon – pris en un temps record – car cette décision me plonge décidément dans un abîme de perplexité. Voyons…voyons… N’est-ce pas également le Conseil d’Etat qui, en son temps, avait donné une base légale à la polygamie en France ? Le problème, c’est qu’on a la mémoire courte dans ce pays. Du moins pour certains faits. Raison de plus pour rappeler quelques souvenirs.

 

Nous sommes en 1980. La pression des antiracistes, alliés à la gauche pour promouvoir une immigration  massive, est déjà très forte. Bien logiquement, les étrangers affluent et comme nous sommes à la grande époque du droit à la différence – alors défendue bec et ongles par la LICRA -  la France est priée, sous peine d’être accusée de racisme, de se plier aux « cultures » étrangères.

 

Il y a cependant des résistances. Ainsi le préfet de l’Essonne, se fondant sur l’ordre public français, refuse de régulariser la situation de la seconde épouse d’un Béninois dénommé Montcho, et ordonne son expulsion. C’est cette décision qui sera annulée par un arrêt d’assemblée du Conseil d’Etat, pris le 11 juillet 1980, le fameux arrêt Montcho. Cette décision, qui fut déplorée par bon nombre d’associations de femmes immigrées, légalisa le droit au regroupement familial d’étrangers en cas de polygamie. La bonne nouvelle, à savoir que la France reconnaissait la polygamie sur son territoire, se répandit très vite. Dès lors, les tribunaux n’avaient plus qu’à emboîter le pas, puisque l’exemple venait de si haut.

 

Depuis, la polygamie est toujours très présente en France avec son cortège d’abus, notamment en matière de prestations sociales, mais chut, c’est un sujet tabou.

En tout cas : autorisation de la polygamie, interdiction de la soupe au cochon… nous  restons dans le même registre bien connu.

 

Anne Kling

http://france-licratisee.hautetfort.com

Commentaires

Le problème principal, ça n'a jamais été l'envahisseur. Le problème principal, ce sont les collabos de l'envahisseur. C'est donc ce problème-ci qu'il importerait de régler en premier. L'ennui est que la voie démocratique pour y parvenir semble archi-bouchée...

Écrit par : Martial | 11/01/2007

Les commentaires sont fermés.