Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2007

AUTORITES JUDICIAIRES ET LICRA: UNE PROXIMITE EXEMPLAIRE

Il n’y a pas lieu de s’étonner de l’intense activité procédurière de la LICRA. Elle reçoit un très fort soutien de la part des autorités judiciaires elles-mêmes. Dans ce domaine, la LICRA Bas-Rhin, sans doute parce qu’elle est dirigée par un avocat  - Raphaël Nisand, par ailleurs élu socialiste - est spécialement active. Elle n’en fait d’ailleurs pas mystère et l’annonçait même fièrement en ces termes dans un numéro du Droit De Vivre, l’organe officiel de la Ligue : « La LICRA Bas-Rhin rencontre le Procureur de la République  tous les mois depuis 1996 afin d’échanger les informations et les points de vue sur les dossiers judiciaires et sur les questions d’ordre public. Depuis quelques années, le Parquet de Strasbourg nous avise d’ailleurs systématiquement lorsqu’il y a une procédure de racisme de façon à ce que nous puissions nous constituer partie civile ». Une telle sollicitude se fonde sur des raisons financières: il faut savoir que si la LICRA entreprend elle-même une procédure qui se conclut par la relaxe, elle se voit condamnée aux dépens.Si par contre, la LICRA obtient du Procureur que ce soit lui qui enclenche la procédure et qu’elle-même se constitue partie civile, elle ne risque aucun débours en cas d’échec. Et engrange de substantiels dommages-intérêts en cas de condamnation.En d’autres termes, à défaut de gagner à tous les coups, elle ne perd jamais.

Les relations se sont-elles distendues, ou bien les affaires de « racisme » ont-elles été moins nombreuses ? Toujours est-il qu’en 2006, dans le Bas-Rhin toujours, ces rencontres se sont tenues sur une base trimestrielle : 1er mars, 7 juin, 27 septembre, 13 décembre. Outre Raphaël Nisand déjà cité, y participaient Eric Sander, Secrétaire général de la LICRA, Secrétaire général de l’Institut de Droit local, Gilbert Roos, Consul honoraire d’Israël à Strasbourg, Pierre Lévy, Délégué régional du CRIF, Anne Hulne, membre du Comité de la LICRA, assistante parlementaire du député UMP André Schneider, également membre de la Ligue. Comme le souligne Le Droit De Vivre, ces rencontres ont permis « une concertation au plus haut niveau entre la LICRA et le Ministère public sur les dossiers de racisme, de discrimination et d’antisémitisme ».

Une proximité décidément troublante…

Commentaires

Allons, allons, tant que ce n'est pas la LICRA qui rémunère les juges, il reste un peu d'espoir !

Écrit par : Martial | 09/01/2007

En somme, une association chargée de surveiller l'opinion des gens fait cause commune avec la justice.

Allez va, ils ne restent plus qu'à leur donner un uniforme et ce sera une police politique tout ce qu'il y a de plus traditionnel.

C'est comme l'arnaque des deux partis là, vous savez l'UMP et le PS... C'est très futé, on croit que nous sommes en démocratie parce qu'en apparence on a le choix. Mais en fait ce sont les mêmes, ils fonctionnent ensemble, c'est l'UMPS et on y voit que du feu.
On y voyait que du feu disons...

Alors ? Qui tire les ficelles ? Sacré Soviet l'UMPS et l'UE, car en URSS nous savions qui dirigeait, mais là, c'est officieux.

Écrit par : Eric | 10/01/2007

L'UMPS, parti unique de ce pays atteint d'un ségosarkome au stade terminal !

Écrit par : Martial | 10/01/2007

Les commentaires sont fermés.